Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Biélorussie: Et maintenant, la grève générale

Publié par wikistrike.com sur 26 Octobre 2020, 08:54am

Catégories : #Social - Société, #Politique internationale

Biélorussie: Et maintenant, la grève générale

Alors que le délai de l’ultimatum qu’elle avait lancé aux autorités arrive à expiration, l’opposante biélorusse Tikhanovskaïa a appelé à la grève générale, dès le 26 octobre.

L’ancienne candidate à la présidentielle Svetlana Tikhanovskaïa a annoncé le début de la grève générale dans le pays pour le 26 octobre, sur son compte Telegram.

Ce dimanche expire en effet le délai donné dans «l’ultimatum du peuple» que l’opposante avait envoyé au Président Loukachenko, exigeant notamment sa démission, la fin des violences dans la rue et la libération des prisonniers politiques.

Mme Tikhanovskaïa avait déclaré que si les demandes de l’opposition n’étaient pas satisfaites au 25 octobre 23h59, toutes les entreprises du pays se mettraient en grève. Position qu’elle a répétée sur Telegram en commentant la dispersion d’une manifestation à Minsk.

«Le régime a de nouveau montré aux Biélorusses aujourd'hui que la violence est la seule chose dont il est capable […] Le régime n'est pas prêt à dire la vérité, à tenir sa parole et à répondre aux demandes du peuple […] Par conséquent, demain, le 26 octobre, commencera la grève générale», a écrit l’opposante sur Telegram.

Auparavant, le Bureau du procureur général et le Comité d’enquête de Biélorussie avait déclaré vouloir se pencher sur la légalité de la demande.

Des fonds provenant de l’Union européenne?

Plus tôt, Mme Tikhanovskaïa avait indiqué que l’Union européenne pourrait fournir une assistance financière à la Biélorussie en cas de changement de régime. Cette aide, destinée à soutenir les futures réformes, pourrait se chiffrer en «milliards de dollars», avait affirmé l’opposante sur une chaîne YouTube consacrée à «l’ultimatum du peuple».

«De nombreux pays de l'UE, en particulier la Pologne, la Roumanie et la Lituanie, ont préparé un projet d'assistance sur les réformes futures. On parle de milliards de dollars. De nombreuses entreprises privées sont prêtes à fournir un plan d'investissement pour la future Biélorussie», a-t-elle déclaré. 

Les manifestations continuent

Les manifestations se succèdent à Minsk depuis l’élection du 9 août, qui a vu la victoire d’Alexandre Loukachenko, réélu pour un sixième mandat avec 80,1% des voix. L’opposition estime au contraire que Svetlana Tikhanovskaïa a remporté le scrutin.

Celle-ci a créé un Conseil de coordination pour organiser la transition du pouvoir. Ses membres demandent notamment la tenue de nouvelles élections.

La fin du jeu en Biélorussie est proche

Après une accalmie ces 3-4 derniers week-ends, les manifestations anti-gouvernementales à Minsk, en Biélorussie, ont repris de plus belle aujourd’hui. Cela fait suite à trois choses.

Premièrement, certains signes commencent à montrer que Moscou se sent frustré du fait que le Président biélorusse Alexandre Loukachenko se soit rétracté par rapport aux assurances qu’il avait données au Président Vladimir Poutine lors de leur réunion à Sotchi le 14 septembre, à savoir qu’il lancerait une réforme constitutionnelle et un processus politique inclusif, puis organiserait de nouvelles élections et accepterait un verdict démocratique.

Deuxièmement, un appel téléphonique du Secrétaire d’État américain Mike Pompeo à Loukachenko le 23 octobre a remonté le moral de l’opposition biélorusse. Troisièmement, la candidate de l’opposition aux dernières élections d’août et « leader national » autoproclamé de la Biélorussie, Svetlana Tikhanovskaya, a appelé à des grèves nationales le 26 octobre, ce qui a créé une atmosphère d’apothéose imminente, réelle ou surréelle.

Lors d’un événement public à Moscou le 22 octobre, Poutine s’est étendu sur la situation difficile de la Russie dans « l’espace post-soviétique », apparemment avec un sentiment de découragement et de résignation. En ce qui concerne la Biélorussie, il a déploré que la « communauté d’intérêts » qui lie les anciennes républiques soviétiques ne soit pas suffisamment appréciée. Comme il l’a dit, « une infrastructure commune, un système de transport et d’énergie commun et une langue commune qui nous unit plutôt que de nous diviser, etc. constituent notre avantage concurrentiel distinct ».

Poutine a souligné comment la révolution de couleur en Ukraine a détruit un pays qui était « peut-être la république soviétique la plus industrialisée, et pas seulement l’une d’entre elles ». Poutine a déclaré : « Lisez les statistiques publiées par les services statistiques ukrainiens : la production diminue, comme s’il y avait plusieurs pandémies. Certaines des industries locales, celles dont l’Union Soviétique et l’Ukraine elle-même étaient fières – l’industrie aéronautique, la construction navale, la construction de fusées – développées par des générations de Soviétiques, de toutes les républiques soviétiques, un héritage dont l’Ukraine, elle aussi, pouvait et devait être fière – ont presque disparu. L’Ukraine est en train de se désindustrialiser ».

En référence directe à la situation en Biélorussie, Poutine a signalé que la Russie n’a pas l’intention de s’ingérer dans ce pays. Il a suggéré que l’Occident devrait également donner au peuple biélorusse « la possibilité de gérer calmement sa situation et de prendre les décisions appropriées ».

« Les décisions qu’ils prendront pourraient ouvrir la voie à l’amendement de la Constitution du pays ou à l’adoption d’une nouvelle Constitution… rien de ce qui sera introduit de l’extérieur sans tenir compte des particularités, de la culture et de l’histoire du peuple ne travaillera jamais pour cette culture, ce peuple », a-t-il déclaré.

À première vue, on peut considérer qu’il s’agit d’un revirement spectaculaire par rapport à la position russe antérieure, qui indiquait que Moscou était déterminé à maintenir la Biélorussie dans l’orbite russe, quoi qu’il en coûte.

Les médias russes ont rapporté la semaine dernière que le chef des services de renseignement Sergey Naryshkin était à Minsk pour une visite inopinée. Selon le journal Nezavisimaya Gazeta, Loukachenko est devenu « trop toxique » pour le Kremlin, qui fait donc pression pour une réforme constitutionnelle et un probable successeur à Minsk.

L’appel de Pompeo à Loukachenko le jour suivant suggère que Washington est en train de tester l’eau. Washington n’est pas sûr : a) si le Kremlin mène une « guerre psychologique » avec Loukachenko pour le rendre réceptif aux exigences russes ; b) si la Russie pourrait accepter comme fait accompli un changement de régime en Biélorussie et l’émergence d’un régime successeur pro-occidental à Minsk ; ou c) si Moscou et Minsk ne font qu’organiser une mascarade élaborée pour tromper les États-Unis.

Bien entendu, il est probable que les trois possibilités ci-dessus existent dans une situation caractérisée par un manque de transparence abyssal à tous les niveaux. Les chances que Pompeo accepte l’offre de Poutine de promouvoir conjointement une transition démocratique ordonnée en Biélorussie doivent être totalement écartées dans le climat actuel des relations américano-russes. Moscou ne peut pas non plus s’attendre à un public réceptif dans l’Union Européenne.

D’autre part, le fait que les manifestations du week-end à Minsk aient été dynamisées indiquerait que Washington fait avancer à plein régime la révolution de couleur.

En effet, si l’appel à la grève de Tikhanovskaya mobilise demain un soutien important des travailleurs des usines industrielles d’État biélorusses, cela pourrait être un tournant. L’État contrôle 80% de l’économie planifiée de la Biélorussie, et si la chaîne de commandement s’affaiblit, les vannes seront ouvertes.

Au contraire, si l’appel à la grève échoue, cela signifiera la mort soudaine des protestations de l’opposition qui seront exposées comme manquant de soutien de la population. La semaine prochaine, le retour du pendule peut être crucial pour la fin du jeu en Biélorussie. Les chances semblent toujours être en faveur de Loukachenko. Il est possible que Moscou parie également sur ce point.

M.K. Bhadrakumar

source : https://indianpunchline.com

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents