Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Et si le SARS-Cov2 était le résultat raté d’un vaccin conçu contre le VIH et le paludisme ?

Publié par wikistrike.com sur 30 Décembre 2020, 10:02am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Santé - psychologie

Et si le SARS-Cov2 était le résultat raté d’un vaccin conçu contre le VIH et le paludisme ?

Comme nous l'avons vu au chapitre précédent, depuis le début des années 2000 on sait manipuler un génome complet de coronavirus, en particulier on sait échanger et manipuler le domaine S1 de la protéine de pénétration cellulaire qui est au cœur du débat. Il est à noter que tous les articles universitaires décrivant les découvertes et les mises au point des techniques publiées depuis 20 ans dans ce domaine impliquent des chercheurs d'origine chinoise. Ils se retrouvent toujours en grand nombre dans la liste des auteurs et quasi systématiquement au premier plan comme premiers auteurs. Les manipulations de microbiologie et le temps nécessaire aux recherches dans ce domaine impliquent un nombre d'heures considérable passées dans les laboratoires. En fait, il s'agit d'y passer le plus clair de son existence, souvent au-delà de 10 heures par jour, 7 jours sur 7. Depuis 30 ans, les étudiants chinois ont eu la patience et le courage de se plier à cet esclavage dans les pays occidentaux, en particulier les USA, pour parvenir à un niveau de compétence qui leur assure une avancée sociale. Cela leur a également permis de ramener en Chine la maîtrise des techniques de manipulation les plus performantes. Soyons clair, la Chine n'a pas eu plus de complexe dans l'exploitation de ces techniques que les pays occidentaux n'ont en eu dans l'exploitation des étudiants chinois. Il est incontestable que la Chine s'est livrée depuis une décennie au moins à de multiples recherches sur l'élaboration de virus vaccinaux de synthèse contre le SARS mais aussi très certainement contre d'autres maladies qui sont des fléaux comme le sida et le paludisme.  

Partie 1.  Les vaccins à ARN messager et le lobby pharmaceutique risquent de nous faire passer de Charybde en Scyllaclose

 
 

Le fléau du lobbying pharmaceutique a pesé sur le non traitement de l'épidémie en France.

A présent, le fléau désigné par les autorités est le SARS-Cov2 et la folie vaccinale a saisi les gouvernants occidentaux (UK, EU et USA), faisant fi des possibilités existantes par traitements antiviraux à usage prophylactique chez les personnels à risque ou dès les premiers symptômes chez l'ensemble de la population. Il serait presque inutile de rappeler ici le bénéfice avéré des traitements à base d'HCQ et d'azithromycine tant la population française est à présent consciente d'avoir été manipulée. Nous remercions le combat du Pr Raoult à l'IHU Méditerrané et celui de bien d'autres praticiens connus comme le Pr Perronne, ou bien médecins anonymes, pour faire connaître dans notre pays le mérite de ces traitements très peu coûteux (moins de 10 euros par patient). Ces deux professeurs font face à des ennuis qui relèvent d'un régime de dictature. France Soir a fait paraître depuis plus de 6 mois d'innombrables articles (ref1ref2ref3ref4ref5,...) relatant ce combat pour la vérité contre les puissances de l'argent qui dominent la France.

Ces molécules ne sont pas les seules à pouvoir améliorer grandement le tableau clinique de cette épidémie. Citons également l'ivermectine un médicament antiparasitaire surpuissant, contre la gale et les parasitoses intestinales, dont les propriétés antivirales sont en train d'être découvertes ou redécouvertes depuis 6 mois. Il est très efficace sur les parasitoses, même aux stades les plus avancés, et il fait baisser radicalement les niveaux de SARS-Cov2 en 48 heures. Une prise orale unique ajustée au poids de la personne suffit (coût du traitement < 10 euros). Selon les études cliniques randomisées effectuées depuis 6 mois et publiées ce médicament réduit de 3 à 4 fois la mortalité hospitalière reliée au SARS-Cov2. Pourtant, les autorités de santé sollicitées refusent d'autoriser sa prescription dans le cadre de la lutte contre l'épidémie, que ce soit en prophylaxie, en traitement précoce ambulatoire, ou en traitement hospitalier. Nous supposons que le prétexte est que cette molécule peut comme tout médicament actif engendrer des effets secondaires potentiellement toxiques, mais très rares qui concernent les patients parasités. Il s'agit en l'occurrence principalement d'atteintes hépatiques dont la sévérité est variable et le plus souvent reliée à la densité parasitaire. Les effets indésirables sont dans la plupart des cas légers et transitoires, mais leur incidence et gravité peuvent être majorées chez les sujets poly-parasités. Selon le Vidal, un effet très dangereux mais très rare (< 0.01%) est la nécrolyse épidermique toxique, qui peut être observée aussi avec de très nombreux médicaments surdosés. Bref, cela montre que ce médicament très puissant ne peut pas être prescrit en prophylaxie généralisée mais pourrait parfaitement être utilisé de façon encadrée au moins en milieu hospitalier. J'ai travaillé pendant 13 ans à l'élaboration d'essais cliniques dans le domaine de la cancérologie et j'ai pu observer que des effets secondaires médicamenteux extrêmement délétères pour le patient étaient systématiquement minimisés, voire passés sous silence, tant par les investigateurs cliniques que par les autorités de santé, mettant en avant systématiquement les bénéfices pour le patient. Certains traitements d'une toxicité effrayante sont autorisés au prétexte qu'ils rallongent l'espérance de vie moyenne de deux mois, faisant fi de la qualité de vie du patient. Ce genre de traitements coûte des dizaines de milliers d'euros par patient au système de santé et en rapporte autant à Big Pharma.

Avec le Covid-19, nous assistons à l'inversion totale du paradigme. L'objectif noblement affiché par nos gouvernants est à présent le risque médicamenteux zéro. On pourrait penser que cela relève d'une méconnaissance médicale naïve car aucun médicament actif n'est dénué d'effets secondaires. Cependant, nous notons que pour le remdésivir ce principe de précaution n'a pas été mis en avant, pas d'avantage que pour la vaccination par ARN messager de Pfizer et Moderna. Le remdésivir est un médicament dont le développement n'a coûté à Gilead que 150 millions d'euros, et qui a bénéficié d'une campagne éhontée de promotion et de lavage de cerveau rarement égalée par le passé. Son usage, d'un coût de 2000 euros par patient, a été finalement abandonné devant sa difficulté d'administration, 10 perfusions intraveineuses ce qui en soi présente déjà un danger, sa génotoxicité probable et sa très forte toxicité rénale qui était  connue depuis le début. L'UE en a quand même acheté pour 1 milliards d'euros à son fabricant sur les deniers des contribuables des pays membres et contributeurs nets. Nous voyons donc que les actions du gouvernement sont dictées par les intérêts pharmaceutiques. Pour promouvoir la vaccination généralisée, celui-ci continue de refuser l'usage des antiviraux comme l'HCQ et l'azithromycine, en préventif et comme traitement précoce, et l'ivermectine en traitement encadré. L'UE a passé commande de 1.9 milliards de doses de vaccins (dont 160 millions chez Moderna pour 5,6 milliards d'euros) auprès de 6 compagnies pharmaceutiques pour les 448 millions d'habitants de l'UE (hors UK), soit 4 doses par habitant, pour un coût exorbitant total de 21 milliards d'euros. Il faut noter d'ailleurs, qu'en ce qui concerne ces traitements, le problème politique est le même aux USA, pays des lobbys institutionnels. C'est un secret de polichinelle que les lobbys gangrènent à présent les allées du pouvoir en France. 

Le vaccin à ARN messager en plus d'une efficacité incertaine ouvre une boîte de Pandore

Ce vaccin qui injecte l'ARN messager (ARNm) de la protéine de pointe S (spicule) du virus SARS-Cov2 laisse pantois. Les coronavirus de chauves-souris sont très éloignés des humains sur le plan évolutif en raison de notre séparation physique avec une espèce restée confinée dans les lieux les plus reculés. Il n'y a quasiment pas eu de coévolution avec l'homme ces derniers millénaires, et le système immunitaire humain manque d'adaptation pour réagir de façon optimale sur l'ensemble de la population. L'introduction forcée, en deux décennies, des coronavirus de chauves-souris dans l'espèce humaine est certainement le résultat de la folie des 10 000 marchés aux animaux sauvages chinois ainsi que des 20 000 fermes d'élevages de gibier et des trafics de chauves-souris associés. Dans une mesure, que l'on ne connaît pas encore, les laboratoires de recherche conjoints en Chine et ailleurs ont peut-être également contribué à créer une situation potentiellement plus explosive dans le futur que maintenant.

Contrairement à la paranoïa gouvernementale, dont les fondements sont à chercher ailleurs, cette épidémie n'est pas de nature à créer une mortalité excessive. Nous étions à 0.046% à la fin du printemps. A présent, avec la vague de novembre nous atteignons malheureusement 0.09% étalé sur une année, touchant essentiellement un population âgée ou très âgée. Rappelons que 1% de la population française meure chaque année de maladie, d'accidents divers et variés et de vieillesse. L'épidémie perdure en France à cause de l'apparition et la réintroduction régulière de nouveaux variants. Ce prolongement est favorisé par les confinements et l'absence de contrôle des frontières. Au printemps, cela a freiné l'établissement d'une immunité collective, même partielle. Le maintien de l'ouverture des frontières pendant l'été a permis la réintroduction du virus sous forme de variants. Le confinement de novembre démontre que cette approche ne marche pas, ou que très médiocrement, car il est impossible de s'opposer à la diffusion d'un virus une fois introduits sur un territoire. Les confinement sont délétères, ils donnent au virus du temps pour s'adapter et évoluer vers d'autres variants dangereux, en optimisant leur pouvoir de contamination. Il n'est pas interdit de penser que l'absence de confinement et le maintien des frontières fermées dès la fin du mois de janvier ou en février eut été plus efficace.

 

 

Le fait que l'épidémie perdure va pousser le gouvernement à tenter de forcer la vaccination généralisée par tous les moyens de persuasion. Que se passe-t-il dans la tête du président et de ses ministres pour laisser penser qu'ils croient les vaccins plus exempts de problèmes que les traitements antiviraux. Les effets secondaires, très peu fréquents, des traitements antiviraux sont immédiats alors que la plupart de ceux engendrés par les vaccins vont être largement différés sur des mois et des années sans que l'on connaisse à priori leur fréquence. Il faut également appliquer le raisonnement du ratio bénéfice/risque pour juger du bien-fondé d'un vaccin pour une population donnée. Sur le plan de l'éthique médicale on ne vaccine que lorsqu'il il n'y a pas de traitement alternatif et que le ratio bénéfice/risque escompté l'autorise. Nous voyons que l'éviction des traitement antiviraux permet au gouvernement de privilégier la vaccination généralisée de Big Pharma sans même devoir estimer le ratio bénéfice/risque. En faisant cela le gouvernement choisit qu'il le veuille ou non l'option « après moi le déluge ».

Au-delà des réactions hypersensibles immédiates, qui n'entraînent que très rarement le décès (<1 cas par million), tous les vaccins classiques recèlent des pièges qui ne se dévoilent que plus tard. En particulier, ils déclenchent un certain nombre de réactions autoimmunes à quelques semaines, quelques mois ou quelques années de leur administration. Ce fut le cas avec le vaccin contre le virus H1N1, responsables de cas de narcolepsie en 2009.

En 2010, pas moins de 23,5 millions d’américains présentaient un diagnostic de maladies autoimmunes selon l'Office of Women's Health du Ministère de la santé américain. Un chiffre étonnement élevé qui révèle l’émergence d'un spectre de conditions auto-immunes répandues à l’échelle d'une population entière. Sans pour autant être la cause de l’intégralité de ces troubles, les adjuvants des vaccins sont de plus en plus suspectés d'en être responsables pour une partie non négligeable : troubles auto-immuns rassemblés sous la dénomination ASIA par le National Institute of Health (NIH) aux USA et pouvant apparaître entre 3 jours et 5 ans après l'injection d'un vaccin à adjuvant aluminique.

En ce qui concerne les vaccins à ARN messager, la boîte de pandore est ouverte car ils relèvent autant du domaine de la thérapie génique que de la vaccination, et le danger vient plus de l'homme et son aveuglement que de la nature.

Le principe de ce vaccin est d'injecter de façon intramusculaire l'ARNm codant la protéine S (spicule) complète responsable de la pénétration dans les cellules pulmonaires par l'intermédiaire de sa liaison au récepteur ACE2. Le gène de la protéine S est la fraction de matériel génétique la plus cruciale du virus puisque c'est celle qui le rend si pathogène en lui conférant un pouvoir de pénétration tout à fait unique dans la lignée des coronavirus à SARS. Les ribosomes des cellules vont transcrire ce matériel génique en protéines S que le système immunitaire va reconnaître comme antigène. Subséquemment, des anticorps spécifiques vont être générés, entraînant également un mécanisme de mémorisation de cette pseudo-infection virale par le système immunitaire. Si par la suite la personne vaccinée est en contact avec le virus, son système immunitaire devrait alors réagir en produisant en grande quantité anticorps dont il aura gardé la mémoire. Nous avons donc bien là en théorie un procédé vaccinal tentant. Cette méthode n'a jamais été testée auparavant sur l'être humain et on ne connaît pas la réalité ni la durée de la réponse immunitaire au-delà des quelques mois de recul des essais conduits récemment.     

Cependant, la principale inquiétude avec ce vaccin est qu'il s'agit d'injection de matériel génétique qui peut se retrouver intégré à l'ADN de nos cellules par l'effet de transcriptases inverses. Ces transcriptases peuvent être déjà présentes dans notre organisme à la suite d'une infection par un rétrovirus. Elle peut être asymptomatique ou avoir des effets très différés comme dans le cas du cancer du col de l'utérus (sarcome de Rous) généré par le papilloma virus qui est assez répandu. De plus : « le génome humain comprend naturellement des séquences d'ADN d'origine rétrovirale (8%). Elles sont les vestiges de l'infection de cellules de nos ancêtres primates il y a plusieurs millions d'années et la plupart de ces séquences semblent inactives. Cependant certaines d’entre elles codent encore des protéines » (Source Institut Pasteur). Cela devrait faire réfléchir nos dirigeants de savoir que des protéines virales introduites dans le génome humain il y a des centaines de milliers, voire des millions d'années, puissent encore être actives.

Des preuves expérimentales que le virus SARS-Cov2 puisse être intégré au génome des cellules infectées surexprimant une transcriptase inverse sont pré-publiées sur le site bioRxiv. Cela expliquerait pourquoi certaines personnes restent positives au test PCR du SARS-Cov2 pendant des mois après leur infection. Que va-t-il se passer chez la fraction de personnes vaccinées qui aura intégré la protéine S du SARS-Cov2 dans son génome ? On peut imaginer que l'ARNm de ce gène, sous certaines conditions, va pouvoir être exprimé dans les cellules et pourra, non pas générer le SARS-Cov2 mais créer des réactions d'hypersensiblité autoimmune en déclenchant indûment le système immunitaire. On peut imaginer également que l'ARMm de cette protéine se recombine avec le coronavirus d'un rhume bénin pour créer un nouveau virus du type SARS-Cov... Il ne faut toutefois pas trop s'affoler à l'avance car, comme nous l'avons vu au paragraphe précédent, notre génome porte déjà de nombreuses traces de virus que nous avons intégrés au cours de centaines de milliers d'années. Cela est plutôt rassurant même si on ne sait pas quel en a été le coût en termes de maladies transmises et auto-transmises et de sélection de populations humaines ou pré-humaines.

En tout cas nous voyons que ce vaccin, au lieu de nous libérer, pourrait risquer de nous rendre dépendant de gestes barrières à vie pour nous et notre descendance ; entre ceux qui seraient devenus un réservoir naturel de coronavirus de type SARS-Cov et les autres pour ne pas propager à leur insu ces nouveaux virus. Biensûr, il ne faut pas être paranoïaque, loin de là, mais ce genre d'hypothèse doit être formulée en conscience par ceux qui conseillent nos gouvernants. Il est à noter que dans une interview récente le Pr Montagnier nous met en garde contre les vaccins à ARNm, stipulant qu'ils pourraient s'intégrer au génome en restant actifs sur plusieurs générations et, entre autres problèmes, engendrer des réactions autoimmunes ou créer également des cancers. En ce qui concerne les vaccins plus classique contre le SARS, on sait déjà depuis 2012 qu'ils peuvent engendrer des réactions autoimmunes après immunisation au niveau des poumons lorsque la personne vaccinée est exposée ensuite au virus réel. D'autre part, des réactions adverses sont de toute façon reliées à tout vaccin avec des fréquences d'apparition variables selon les cas. Aux USA, un hôpital de banlieue près de Chicago suspend déjà la vaccination Covid-19 après que 4 personnes sur 3 000 vaccinées ont développé une réaction adverse (tremblement et élévation du rythme cardiaque).

Cerise sur le gâteau, qui démontre le côté potentiellement illusoire de cette vaccination généralisée qui se profile, est que l'on arrive à une phase où le virus mute beaucoup, en particulier dans la région du domaine S1, qui pourrait rendre rapidement inopérant les vaccins. La direction de Moderna ainsi que le gouvernement indiquent déjà que les gestes barrières (masques et distanciation) resteront obligatoires même après la vaccination ! C'est dire le degré de confiance que ces gens ont dans leur vaccin. La Grande Bretagne semble avoir accéléré, dans une fuite en avant, la vaccination car un mutant se répandrait dans le sud-est de l'Angleterre plus rapidement que les souches précédentes. Il est aussi étrange que l'UE précipite et accélère sa campagne Pfitzer. La perte d’efficacité vaccinale est une possibilité à prendre en compte, mais en réalité l'immunité croisée entre les différents variants existent en général dans une très large proportion. Donc, un vaccin efficace devrait le rester pour un temps suffisant sur une période de 6 mois à un 1 an. Ainsi, le Pr Raoult observe que seulement 18 patients sur les 10 000 traités à l'IHU auraient développé une seconde fois le Covid-19 au contact des nouveaux variants introduits pendant l'été. Cela est très rassurant et indique que cahin-caha on se dirige vers l'immunité collective et la fin de l'épidémie, indépendamment d'une vaccination généralisée. De toute façon, les vaccins à ARNm ne sont absolument pas indispensables et leur application relève de l'expérimentation humaine à grande échelle. 

Pour conclure cette partie et introduire les suivantes, qui traitent des arguments scientifiques développés autour de l'origine possible du virus, nous soulignons des faits remarquables concernant les mutations qui apparaissent. Elles se concentrent en 3 endroits particuliers du génome du virus, codant la protéine S, dont 2 concernent le domaine S1. Une large section du domaine S1, incluant toute la partie N-terminale du domaine S1 et le domaine de liaison au récepteur ACE2 jusqu'au motif de liaison, avait été repérée dès le mois de janvier, par le chercheur universitaire James Lyons Weiler, comme une région à part dans le génome du SARS-Cov2. En effet, elle représente seulement 1,4% de celui-ci mais est très divergente sur le plan évolutif par rapport au coronavirus le plus proche qui était à ce moment-là le virus Bat-Cov-ZC45 identifié par la recherche militaire chinoise. De cette observation, Lyons Weiler en a déduit l'hypothèse, sévèrement réfutée par l'Institut Pasteur de Shanghaï, que cette région pouvait avoir été manipulée génétiquement. Il n'était pas interdit de le penser étant donné que le domaine S1 des coronavirus a été l'objet de manipulations constantes depuis une vingtaine d'années. Nous étudierons cette hypothèse dans la partie suivante. Le troisième endroit se situe dans la partie S2 de la protéine S toute proche d'une position très particulière près des résidus 986 et 987 qui sont des prolines à l'état naturel du virus. Les prolines ont été mutées artificiellement dans la conception des vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna pour stabiliser la protéine complète qui en dehors de l'assemblée virale perd sa conformation active. La région spatiale autour de ces mutations très stabilisantes est supposée être une cible antigénique performante pour les anticorps neutralisants (nAb) dans la conception de ces vaccins. Bien que des anticorps neutralisants puissent être générés a priori en tout endroit bien exposé au cytoplasme, à la surface de l'assemblée supramoléculaire de la protéine S en trimère, toute mutation dans cette région fait craindre que le pouvoir du vaccin soit partiellement compromis. Si c'est effectivement le cas, ce qui n'est pas impossible, alors ce serait donc raté pour Pfizer et Moderna ainsi que pour Jansen Pharmaceuticals (autre groupe ayant développé un vaccin à ARNm). Seules ces sociétés le savent car elles ont les données intégrales concernant l'élaboration de leurs vaccins et leurs capacité à générer des anticorps en de multiples endroits du trimère S (ou pas). Nul doute possible qu'elles ont vérifié cela. De plus, malheureusement, les anticorps générés ne sont pas forcément neutralisant, mais peuvent être également sensibilisant et déclencher les réactions d'hypersensibilisation auto-immune. En principe les autorités de santé doivent connaître ces informations avant d'autoriser un vaccin. Car si le vaccin s'avérait inutile en plus de ses effets secondaires potentiels à long terme et les milliards qu'il coûte alors le seul bénéficiaire de cette opération serait Big Pharma. De façon générale, toute mutation de surface de ces protéines, mutations qui sont les plus à-même de se produire naturellement, peut potentiellement réduire l'efficacité vaccinale et leur accumulation ne peut être que délétère. Par exemple, la très forte variabilité du virus de la grippe force à recomposer le vaccin chaque année : « Les virus grippaux ont la fâcheuse tendance à muter particulièrement vite. De sorte qu’attraper la grippe une année n’immunise que rarement contre la souche qui circulera l’année suivante, car elle est suffisamment différente pour tromper notre système immunitaire. Raison pour laquelle aussi, la composition du vaccin contre la grippe dite saisonnière doit être revue chaque année. » (Sciences et Avenir). En réalité, c'est l'immunisation vaccinale qui n'est pas reconductible annuellement, car lorsque l'on attrape réellement la grippe une année il est rare d'en refaire une autre avant de très nombreuses années, voire des décennies. Le peuple français pourrait donc découvrir bientôt que l'oligarchie financière à déjà un plan de revaccination pour l'année 2022...

Une des deux autres régions de mutations observées, d'une longueur de quelques centaines de bases, est une sous-section de la région de Lyons Weiler dans la domaine N-terminal de S1. Elle a été identifiée par le Pr Montagnier et le mathématicien Jean-Claude Perez comme une région dont la composition ne semble pas en harmonie avec le reste du virus à cause de la présence concentrée de courtes séquences (20 à 30 nt). Ces séquences sont identiques ou très similaires à celles que l'on peut trouver dans des protéines essentielles du VIH, comme la protéine gp120 responsable de la pénétration du virus dans les lymphocytes T par l'intermédiaire du récepteur CD4. Le Pr Montagnier avait annoncé dans son interview d'avril que les mutations auraient une propension à apparaître dans les régions naturellement peu harmonieuses du virus, ou à des endroits qui auraient pu être manipulés.      

Le second endroit de mutation correspond au site de clivage de la furine, à l'intersection des domaines S1 et S2, qui a fait également couler beaucoup d'encre et que nous traiterons dans la suite du chapitre. Ce site de clivage, entre les domaines S1 et S2, existe chez 2 des quatre coronavirus de rhume saisonniers (hCoV-HKU1 et hCoV-OC43 réputés pour leur transmission efficaces chez l'homme) mais n'est pas observé chez tous les autres coronavirus connus de type SARS. Sans être nécessaire au SARS-Cov2 il semble avoir renforcé son pouvoir de pénétration. Une mutation à cet endroit est potentiellement reliée d'une diminution de pathogénie du virus ce qui serait une bonne nouvelle, mais aussi indicatif qu'un tel site à cet endroit ne serait pas ou peu naturel au virus.

Rédaction achevée le 19 décembre 2020.

 


Auteur(s): Valère Lounnas et Gérard Guillaume

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents