Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Protégés par la loi, 11 rapaces ont pourtant déjà été abattus depuis l'ouverture de la chasse, une tuerie organisée

Publié par wikistrike.com sur 11 Décembre 2020, 10:19am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Protégés par la loi, 11 rapaces ont pourtant déjà été abattus depuis l'ouverture de la chasse, une tuerie organisée

Depuis l'ouverture de la chasse en septembre, 13 oiseaux protégés, dont 11 rapaces, ont été ciblés par des tirs dans les Hauts-de-France, dénonce la Ligue protectrice des oiseaux auprès de 20 Minutes. L'association a porté plainte contre X pour tenter de retrouver les responsables.

Le 6 décembre dernier, un promeneur dans le Pas-de-Calais a retrouvé une buse variable blessée à l'aile par un tir de plombs. Comme les autres rapaces, son espèce est protégée en France. Pourtant, comme le souligne la Ligue protectrice des oiseaux (LPO) auprès de 20 Minutes, une dizaine d'entre eux ont été ciblés par des tirs dans la région depuis l'ouverture de la chasse.

La buse en question a été soignée chez un vétérinaire partenaire de l'association et devra rester en centre de soins pour une longue période de convalescence. Le rapace «n'est pas tiré d'affaire pour autant, beaucoup d'oiseaux supportent mal la captivité», déplore une bénévole de LPO.

Selon l'ONG, il s'agit du 13ème oiseau plombé dans les Hauts-de-France depuis le mois de septembre, parmi lesquels 11 rapaces, «sans compter tous ceux que l'on ne retrouve pas». Sans vouloir accuser directement les chasseurs, pour la bénévole, cela ne fait aucun doute qu'ils sont les responsables de ces actes illégaux. «Ils [les rapaces] sont considérés comme de la concurrence pour certains gibiers comme les faisans», explique-t-elle.

 

Plainte déposée


Toujours selon le média, la Ligue protectrice des oiseaux a porté plainte contre X auprès du parquet de Boulogne-sur-Mer. «Il faut que les plaintes soient très étayées. Que le lieu où l’oiseau a été tiré soit identifié et que celui qui l’a découvert accepte de témoigner», précise l'association, laquelle reconnaît toutefois que ces procédures ne permettent que rarement de trouver le coupable.

 

Source 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents