Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La schizophrénie identifiée comme le deuxième plus grand facteur de risque de décès par la COVID-19

Publié par wikistrike.com sur 9 Février 2021, 10:33am

Catégories : #Santé - psychologie

La schizophrénie identifiée comme le deuxième plus grand facteur de risque de décès par la COVID-19

Les programmes de vaccination COVID-19 se déploient dans le monde entier. Pendant ce temps, les scientifiques travaillent toujours d’arrache-pied pour identifier les groupes de personnes les plus susceptibles de contracter l’infection ou d’en mourir, celles qui ont un besoin plus urgent des vaccins tant attendus.

Récemment, une nouvelle étude (lien plus bas) portant sur près de 7 400 personnes à New York, qui ont toutes été testées positives à la COVID-19, a révélé que la probabilité que les personnes atteintes de schizophrénie meurent de la COVID-19 est près de trois fois supérieure à celle des personnes qui n’en souffrent pas.

Cela suggère que la schizophrénie pourrait rendre ces personnes plus vulnérables aux infections virales, bien que ces surprenants résultats ne soient que le reflet des inégalités en matière de soins de santé révélées par la pandémie.

Selon la psychiatre Katlyn Nemani du centre médical Langone de l’université de New York (NYU) :

Nos résultats montrent que les personnes atteintes de schizophrénie sont extrêmement vulnérables aux effets du COVID-19.

Grâce à cette nouvelle découverte, les prestataires de soins de santé pourront mieux prioriser la distribution des vaccins, les tests et les soins médicaux pour ce groupe.

Dans cette étude, Katlyn Nemani et ses collègues ont comparé la manière dont les personnes traitées pour la COVID-19 à New York au plus fort de la pandémie de coronavirus dans la région s’en sortaient 45 jours après avoir été testées positives.

En parcourant les dossiers médicaux du système de santé du NYU Langone, qui comprend quatre hôpitaux, l’équipe a identifié 7 350 adultes qui avaient été testés positifs à la COVID-19 entre mars et mai 2020, dont 75 avaient diagnostiqué une schizophrénie.

La schizophrénie est un trouble mental qui interfère avec la perception de la réalité d’une personne et affecte son humeur.

Mais il convient de noter ici que la schizophrénie est une maladie encore énigmatique que les scientifiques tentent toujours de comprendre, et cette étude n’a pris en compte que les personnes ayant des antécédents documentés de ce trouble.

Le nombre de personnes atteintes de schizophrénie dans l’étude n’était pas énorme non plus, bien que la taille globale de l’échantillon ait été large et diversifiée.

Les personnes souffrant de troubles de l’humeur tels que l’anxiété ont également été prises en compte, mais l’analyse a révélé que ces personnes ne présentaient pas de risque accru de mourir de la COVID-19, même si de précédentes études ont montré que les personnes souffrant de troubles mentaux sont plus susceptibles d’être infectées.

Les chances que les personnes atteintes de schizophrénie meurent de la COVID-19 étaient assez mauvaises : le risque de mourir de ce coronavirus est 2,67 fois plus élevé que pour les personnes non schizophrènes.

Ce résultat signifie que la schizophrénie est le deuxième facteur de risque (après l’âge) de décès par COVID-19 dans ce groupe de New-Yorkais, après que les auteurs de l’étude aient pris en compte d’autres variables, telles que l’âge, le sexe, la race, le diabète, les maladies cardiaques et le tabagisme (mais pas la consommation de médicaments ou l’obésité).

 

Lire la suite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents