Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Crèmes solaires et anti-âge (entre autres): Un nouvel ingrédient soupçonné d’être cancérigène

Publié par wikistrike.com sur 12 Mars 2021, 10:27am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Santé - psychologie

Si avec toutes les merdes qui s'y cachent, vous n'avez pas le cancer... préférez celui de la peau. 

Crèmes solaires et anti-âge (entre autres): Un nouvel ingrédient soupçonné d’être cancérigène

Avec le temps, l'octocrylène se transformerait en un composé « perturbateur » hormonal

Devenus des éléments indispensables de la trousse de maquillage de nombreuses personnes, les différents types de crèmes pour la peau sont des produits que l’on utilise au quotidien. Si la composition de ces produits a été le sujet de débats à de nombreuses reprises, c’est encore le cas actuellement. Dernièrement, c’est l’octocrylène qui est au cœur du problème parce que cet ingrédient en particulier serait cancérigène.

 

UN COMPOSÉ FRÉQUEMMENT PRÉSENT DANS LES PRODUITS D’HYGIÈNE ET DE BEAUTÉ


Crème solaire, crème anti-âge, crème hydratante, shampoing ou autobronzant, tous ces produits contiennent de l’octocrylène, un produit potentiellement cancérigène. En effet, une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’université de la Sorbonne et du Haereticus Environmental Laboratory a démontré que cet ingrédient en particulier se dégradait en un produit chimique hautement toxique et cancérigène en vieillissant. Selon l’étude publiée dans la revue Chemical Research in Toxicology, l’octocrylène se dégrade naturellement en benzophénone au fil du temps.

« L’octocrylène se dégrade au sein même des flacons en un composé connu, cancérigène et perturbateur endocrinien : la benzophénone », a expliqué l’équipe de chercheurs à l’AFP. Plus inquiétant encore, plus le produit vieillit, plus la concentration de benzophénone qu’il contient augmente. Durant leur étude, les chercheurs ont étudié le vieillissement de neuf produits de beauté français et huit produits américains contenant de l’octocrylène. « Des augmentations de benzophénone dépassant les 100 % et même atteignant les 200 % ont ainsi été observées », ajoute le biologiste. « C’est la première fois que l’on montre cette dégradation de l’octocrylène en benzophénone », ont constaté les chercheurs.


A cela s’ajoute le fait que l’octocrylène comme la benzophénone sont des composants facilement absorbés par la peau. Selon de précédentes études, l’absorption cutanée de la benzophénone dans le corps peut dépasser les 70 %. Or, il a été conclu par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) que la benzophénone est classée dans le groupe 2B. Cela signifie que le composé peut être cancérigène – non seulement chez l’être humain, mais aussi chez les animaux. De précédentes études ont déjà démontré que ce produit induit des cancers du foie et des lymphomes chez les animaux.


UN COMPOSÉ NÉFASTE POUR LA SANTÉ ET L’ENVIRONNEMENT


Outre les soucis d’ordre sanitaire, l’octocrylène est également un produit particulièrement néfaste pour l’environnement, en particulier pour la vie marine. Plus précisément, les personnes qui nagent dans les mers et les océans ont tendance à s’enduire de crème solaire, dont un bon nombre contiennent de l’octocrylène. Or, ce composé peut se mélanger à l’eau de mer quand les consommateurs nagent. Une fois dans l’eau, l’octocrylène perturbe la reproduction et le développement de nombreuses espèces marines, notamment les coraux, un élément très important pour l’équilibre environnemental. « Certains fabricants l’ont retiré de leurs crèmes solaires pour des raisons environnementales », a déclaré Philippe Lebaron, coauteur de l’étude.


Face aux résultats de cette étude, ainsi que de tant d’autres, qui dénoncent les effets négatifs de l’octocrylène et de la benzophénone, les scientifiques estiment qu’il serait utile d’interdire ces composants dans les produits de beauté. En attendant qu’une meilleure régulation sur ces composés soit mise en place, les scientifiques conseillent aux consommateurs de respecter scrupuleusement la date de péremption de leurs produits de beauté afin d’éviter de potentiels problèmes de santé graves. Ils soulignent également que leur objectif n’est nullement d’encourager à renoncer à l’utilisation de crème solaire, dans la mesure où les rayons du soleil restent le premier responsable en ce qui concerne les cancers de la peau, a rapporté Les Échos.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents