Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Washington continue de piller la plupart des richesses pétrolières du nord-est de la Syrie

Publié par wikistrike.com sur 22 Mars 2021, 12:38pm

Catégories : #Economie, #Politique internationale

Washington continue de piller la plupart des richesses pétrolières du nord-est de la Syrie

Le ministre syrien du pétrole a condamné les forces américaines pour avoir agi « comme des pirates » alors que Washington continue de piller la plupart des richesses pétrolières du nord-est du pays, riche en ressources, où le Pentagone soutient les milices kurdes.

« Les Américains et leurs alliés ciblent la richesse pétrolière syrienne et ses pétroliers comme les pirates », a déclaré cette semaine à la télévision d’État le ministre du Pétrole et des Ressources minérales, Bassam Tomeh, ajoutant que cette décision vise à paralyser l’économie syrienne, qui dépend des revenus pétroliers.

Ce qui s’est passé tout au long de la guerre en Syrie ne s’est produit dans aucun pays, en termes de nous empêcher d’exploiter nos richesses et en même temps d’empêcher les produits de base d’atteindre notre pays.

Tomeh a déclaré que le total des dommages infligés au secteur pétrolier syrien en raison de l’occupation américaine dépasse 92 milliards de dollars, notant que Washington contrôle actuellement 90% des ressources de pétrole brut dans la région du nord-est.

La Syrie et la Russie accusent les États-Unis d’avoir acheminé des fournitures sous prétexte « d’aide humanitaire » à des terroristes attaquant une nation du Moyen-Orient ravagée par la guerre.

Dans une interview accordée le mois dernier au journal libanais al-Akhbar, le gouverneur de la province du nord-est de Hasakah, Ghassan Khalil, a déclaré que des militants kurdes soutenus par les États-Unis volaient chaque jour 140 000 barils de pétrole brut dans les champs de la région. Il a affirmé que les combattants avaient ensuite utilisé des pétroliers pour faire passer le pétrole en contrebande de l’autre côté de la frontière irakienne.

Depuis au moins 2015, le Pentagone offre un soutien direct aux Forces démocratiques syriennes, une faction dominée par les Kurdes qui contrôle un territoire important dans le nord-est. Les États-Unis eux-mêmes maintiennent une force d’environ 900 soldats dans le pays, la plupart intégrés aux côtés des FDS.

Alors que les responsables américains maintiennent la présence militaire en Syrie – illégale au regard du droit international, l’ancien président Donald Trump a souvent parlé franchement de son désir de s’emparer des richesses pétrolières du pays.

« Nous gardons l’huile – souvenez-vous de cela » a déclaré le président de l’époque en octobre 2019. « J’ai toujours dit : Gardez l’huile. Nous voulons garder le pétrole. Quarante-cinq millions de dollars par mois ? Gardez l’huile ».

Bien que Trump ait largement abandonné les efforts du président Barack Obama pour renverser le président syrien Bashar al-Assad – qui a vu les États-Unis verser des centaines de millions de dollars dans des groupes militants liés aux terroristes – il a défendu à plusieurs reprises l’occupation des champs pétrolifères tout en développant cette politique.

L’année dernière, l’administration Trump a facilité un accord entre les FDS et une société pétrolière américaine nommée Delta Crescent Energy, selon Politico et d’autres médias. La société est dirigée par un ancien ambassadeur américain au Danemark, James Cain, ainsi qu’un officier à la retraite de l’élite Delta Force de l’armée et un ancien dirigeant du secteur pétrolier britannique. Protestant contre le pillage continu des champs pétrolifères, Damas a critiqué l’accord « dans les termes les plus forts », décrivant le contrat de « nul et vide ».

Alors que l’administration Joe Biden a signalé qu’elle ne donnerait plus la priorité à l’occupation des ressources pétrolières syriennes, le mois dernier, les médias locaux de langue arabe ont rapporté que les forces américaines construisaient un nouvel aéroport à côté du champ pétrolifère d’al-Omar, où Washington maintient une installation militaire. À peu près au même moment, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a précisé que le DoD n’avait pas le droit de coopérer avec les entreprises énergétiques sur le terrain. « Sauf le cas échéant en vertu de certaines autorisations existantes », suggérant que Biden peut continuer la pratique sur une base limitée. Un porte-parole de la coalition dirigée par les États-Unis, le colonel Wayne Marotto, a réitéré cette position plus récemment, sans toutefois mentionner la faille citée par Kirby.

Des responsables syriens, y compris le président Assad lui-même, ont condamné le vol de pétrole de Washington à plusieurs reprises, jurant même une action en justice. Peu de temps après l’investiture de Biden, l’envoyé syrien de l’ONU, Bashar al-Jaafari, a supplié le nouveau président de retirer les forces américaines et de cesser d’occuper les champs pétrolifères.

« La nouvelle administration américaine doit mettre fin aux actes d’agression et d’occupation, piller les richesses de mon pays, retirer ses forces d’occupation et cesser de soutenir les milices séparatistes, les entités illégales et les tentatives de menacer la souveraineté de la Syrie ». Dit Jaafari.

Biden a jusqu’à présent montré peu d’intérêt pour se retirer de Syrie, lançant une série de frappes aériennes contre des milices basées dans le pays le mois dernier, bien que les responsables américains aient néanmoins déclaré qu’ils le faisaient « révision » la présence des troupes là-bas.

La guerre qui a duré dix ans a fait des ravages massifs sur le secteur pétrolier syrien, soulignant le coût de la poursuite de l’occupation américaine. Selon un rapport de British Petroleum, la production globale de pétrole a chuté de plus de 90% entre 2011 et 2019, soit de 353 000 barils par jour à seulement 24 000.

source : https://french.alahednews.com.lb

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents