Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pfizer : une pilule pour remplacer l’ivermectine, l’hydroxychloroquine, l’artémisia

Publié par wikistrike.com sur 3 Mai 2021, 09:32am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Pfizer : une pilule pour remplacer l’ivermectine, l’hydroxychloroquine, l’artémisia

L’ivermectine, l’hydroxychloroquine, l’artémisia, autant de traitements qui ont montré leur efficacité contre le Covid, s’ils sont pris à temps. Pfizer ne compte pas se faire doubler à droite et coupera l’herbe sous le pied de ces traitements peu onéreux. Ne croyant plus ni à l’efficacité de son vaccin ni à la possibilité de le vendre, Pfizer s’oriente donc vers un traitement, à condition qu’il soit cher.  Dans deux bâtiments, l’un aux États-Unis et l’autre en Belgique, les scientifiques travaillent sur un traitement antiviral sous forme de pilule qui agirait contre le Covid. Les essais viennent de débuter dans les deux usines, rapporte le Telegraph.

 

Un essai de 145 jours sur 60 volontaires en bonne santé

Depuis quelques jours, 60 volontaires – en bonne santé –, âgés de 18 à 60 ans, testent donc cette pilule anti-Covid. L’essai dure 145 jours, et se déroule en trois phases : la première permet d’observer comment l’antiviral est toléré lorsqu’on augmente la dose administrée et s’il y a des effets secondaires, la deuxième est calquée sur la première mais avec des doses multiples et la dernière est consacrée au test de « formes comprimées et liquides » du médicament.

 
Un « antiviral sur mesure »

La pilule développée et testée par Pfizer est un « antiviral sur mesure ». La molécule qui la constitue, dont le nom de code est PF 07321332, devrait pouvoir attaquer « la colonne vertébrale » du SRAS-Cov-2 et ainsi l’empêcher de se développer dans notre nez, notre gorge ou nos poumons.

« Nous avons conçu le PF-07321332 comme une thérapie orale potentielle qui pourrait être prescrite dès les premiers signes d’infection, sans que les patients soient hospitalisés ou en soins intensifs pour les patients », avait déclaré, en mars dernier, le directeur scientifique et président de la recherche au niveau mondial chez Pfizer, Mikael Dolsten.

 

On ne connaît pas encore le prix de cette pilule, mais on ne doute pas qu’elle coûtera plus cher que les traitements qui ont déjà prouvé leur efficacité.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents