Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Valence: Des petits connards avec du 9 mm entre les mains

Publié par wikistrike.com sur 2 Mai 2021, 07:12am

Catégories : #Social - Société

Valence: Des petits connards avec du 9 mm entre les mains

C'est une vidéo saisissante qui a d'abord été diffusée sur Snapchat. Elle a été abondamment diffusée sur les réseaux sociaux par des militants d'extrême-droite, notamment Damien Rieu ex-porte-parole du mouvement dissous Génération Identitaire et candidat RN aux départementales dans la Somme. 

Cette vidéo montre des jeunes cagoulés et masqués, dont au moins un tient une arme à la main. On y entend des échanges de tirs nourris. La préfecture de la Drôme confirme ce samedi 1er mai qu'il s'agit bien d'incidents qui se sont produits à Valence dans la nuit de vendredi à samedi.

Des douilles de 9mm ont été retrouvées allée Séverine, à Fontbarlettes. Et plusieurs voitures ont des impacts de balles. Il s'agirait d'affrontements entre jeunes de bandes rivales, peut-être un différend lié au trafic de drogue. Ce n'est pas une première dans ce quartier mais il est rare que les fusillades soient filmées. 

Ces affrontements n'ont pas donné lieu à des appels à la police nationale. La police n'a donc pas pu intervenir pour y mettre un terme. Selon la préfecture, aucune personne n'a été blessée.

40 CRS en renfort dans le quartier

Le préfet de la Drôme tient à "condamner de la façon la plus ferme ces actes aussi scandaleux qu'injustifiables et affiche la plus totale détermination à donner à cette affaire une suite judiciaire qu'elle mérite". 40 CRS se sont déployés dans le quartier depuis 17 heures ce samedi.

Il se trouve que durant la même nuit, la police a été par ailleurs la cible de tirs de mortier d'artifice en accompagnant les pompiers venus porter secours à une personne faisant un malaise. Il leur a fallu utiliser des grenades lacrymogènes pour disperser les caillasseurs.

Etat d'urgence absolue selon Nicolas Daragon

Le maire LR de Valence de son côté parle d'un "état d'urgence absolue" dans les quartiers sensibles. Nicolas Daragon affirme avoir fait son maximum en doublant les effectifs de la police municipale, avec les caméras de vidéoprotection et par les dispositifs d'accompagnement éducatifs. Lui estime que l'État ne prend pas suffisamment ses responsabilités et doit agir sur la durée, pas seulement par la mobilisation ponctuelle d'effectifs supplémentaires pour calmer des violences urbaines. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents