Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le « vaccin » covid est inutile, inefficace et dangereux – La lettre de Doctors for COVID Ethics

Publié par wikistrike.com sur 1 Juin 2021, 07:22am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Le « vaccin » covid est inutile, inefficace et dangereux – La lettre de Doctors for COVID Ethics

Le groupe international de médecins Doctors for Covid Ethics a publié une lettre, COVID Vaccine Necessity, Efficacy and Safety, le 23 mai 2021.

En se basant sur l’état actuel de la science et le calcul bénéfice-risque, ils expliquent pourquoi la vaccination est inutile, inefficace et dangereuse. Si vous avez déjà reçu une ou plusieurs injections, sachez que le risque d’effets secondaires graves augmente à chaque injection.

Nécessité, efficacité et sécurité du vaccin COVID

Résumé : Les fabricants de vaccins COVID-19 ont été exemptés de toute responsabilité légale pour les dommages causés par les vaccins. Il est donc dans l’intérêt de tous ceux qui autorisent, font respecter et administrent les vaccins COVID-19 de comprendre les preuves concernant les risques et les avantages de ces vaccins, puisque la responsabilité des dommages leur incombera.

En résumé, les preuves et la science disponibles indiquent que les vaccins COVID-19 sont inutiles, inefficaces et dangereux.

Nécessité : les personnes immunocompétentes sont protégées contre le SRAS-CoV-2 par l’immunité cellulaire. La vaccination des groupes à faible risque est donc inutile. Pour les personnes immunodéprimées qui tombent malades à cause du COVID-19, il existe une série de traitements médicaux qui se sont avérés sûrs et efficaces. La vaccination des personnes vulnérables est donc également inutile. Les groupes immunocompétents et vulnérables sont mieux protégés contre les variantes du SRAS-CoV-2 par une immunité acquise naturellement et par des médicaments que par la vaccination.

 

Efficacité : Les vaccins Covid-19 n’ont pas de mécanisme d’action viable contre l’infection des voies respiratoires par le SRAS-CoV-2. L’induction d’anticorps ne peut prévenir l’infection par un agent tel que le SRAS-CoV-2 qui envahit les voies respiratoires. De plus, aucun des essais de vaccins n’a fourni la moindre preuve que la vaccination empêche la transmission de l’infection par les personnes vaccinées ; l’incitation à la vaccination pour « protéger les autres » n’est donc pas fondée.

La sécurité : Les vaccins sont dangereux tant pour les personnes en bonne santé que pour celles souffrant d’une maladie chronique préexistante, pour les raisons suivantes : risque de perturbations létales et non létales de la coagulation sanguine, y compris les troubles de la coagulation, la thrombose cérébrale, les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques ; réactions auto-immunes et allergiques ; renforcement de la maladie par les anticorps ; impuretés des vaccins dues à une fabrication précipitée et à des normes de production non réglementées.
Le calcul risques-avantages est donc clair : les vaccins expérimentaux sont inutiles, inefficaces et dangereux. Les acteurs qui autorisent, contraignent ou administrent la vaccination expérimentale COVID-19 exposent les populations et les patients à des risques médicaux graves, inutiles et injustifiés.

*
1. Les vaccins sont inutiles

1. De multiples recherches indiquent que les personnes immunocompétentes présentent une immunité cellulaire (cellules T) « robuste » et durable contre les virus SRAS-CoV1, y compris le SRAS-CoV-2 et ses variantes2. La protection des lymphocytes T découle non seulement de l’exposition au SRAS-CoV-2 lui-même, mais aussi d’une immunité croisée consécutive à une exposition antérieure à des coronavirus du rhume[1]3,4,5,6,7,8,9,10. Une telle immunité était détectable après des infections survenues jusqu’à 17 ans auparavant [1,3]. Par conséquent, les personnes immunocompétentes n’ont pas besoin d’être vaccinées contre le SRAS-Cov-2.

2. L’immunité naturelle des cellules T offre une protection plus forte et plus complète contre toutes les souches de SRAS-CoV-2 que les vaccins, parce que l’immunité naturellement amorcée reconnaît de multiples épitopes du virus et signaux costimulatoires, et pas seulement une seule protéine (pic). Ainsi, les personnes immunocompétentes sont mieux protégées contre le SRAS-CoV-2 et ses variantes éventuelles par leur propre immunité que par les vaccins actuels.

3. Les vaccins ont été présentés comme un moyen de prévenir les infections asymptomatiques11 et, par extension, la « transmission asymptomatique ». Cependant, la « transmission asymptomatique » est un artefact dû à des procédures et des interprétations de tests PCR invalides et peu fiables, conduisant à des taux élevés de faux positifs12,13,14,15. Les preuves indiquent que les personnes asymptomatiques positives à la PCR sont des faux positifs sains et non des porteurs. Une étude exhaustive portant sur 9 899 828 personnes en Chine a révélé que les personnes asymptomatiques testées positives pour le COVID-19 n’ont jamais infecté d’autres personnes16. En revanche, les articles cités par le Centre for Disease Control17,18 pour justifier les affirmations de transmission asymptomatique sont basés sur des modèles hypothétiques et non sur des études empiriques ; ils présentent des hypothèses et des estimations plutôt que des preuves. La prévention de l’infection asymptomatique n’est pas une justification viable pour promouvoir la vaccination de la population générale.

4. Dans la plupart des pays, la plupart des gens seront désormais immunisés contre le SRAS-CoV-219. Selon le degré d’immunité croisée acquise précédemment, elles n’auront eu aucun symptôme, des symptômes légers et peu caractéristiques, ou des symptômes plus graves, pouvant inclure une anosmie (perte de l’odorat) ou d’autres signes quelque peu caractéristiques de la maladie COVID-19. Quelle que soit la gravité de la maladie, ils auront désormais une immunité suffisante pour être protégés d’une maladie grave en cas de nouvelle exposition. Cette majorité de la population ne bénéficiera pas du tout de la vaccination.

5. La survie de la population du COVID-19 dépasse 99,8% au niveau mondial20,21,23,24,25,26,27Ces médicaments comprennent de nombreux anti-inflammatoires, antiviraux et anticoagulants éprouvés, ainsi que des anticorps monoclonaux, du zinc et des vitamines C et D. Les décisions de l’industrie et du gouvernement visant à écarter ces traitements éprouvés par le biais d’un soutien sélectif à la recherche [24], d’un parti pris réglementaire, voire de sanctions directes à l’encontre des médecins qui osent utiliser ces traitements de leur propre initiative, sont en décalage avec les lois en vigueur, la pratique médicale standard et la recherche ; l’obligation légale de prendre en compte les preuves du monde réel est tombée à l’eau28. La négation et le dénigrement systématiques de ces thérapies efficaces ont servi de base à la justification fallacieuse de l’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins, qui exige qu’ »aucun traitement standard acceptable ne soit disponible »29. En clair, les vaccins ne sont pas nécessaires pour prévenir les maladies graves.

2. Les vaccins manquent d’efficacité

1. Au niveau mécaniste, le concept d’immunité contre le COVID-19 par induction d’anticorps, comme dans la vaccination contre le COVID-19, est un non-sens médical. Les virus aéroportés tels que le SRAS-CoV-2 pénètrent dans l’organisme par les voies respiratoires et les poumons, où les concentrations d’anticorps sont trop faibles pour prévenir l’infection. Les anticorps induits par le vaccin circulent principalement dans le sang, tandis que les concentrations sur les muqueuses des poumons et des voies respiratoires sont faibles. Étant donné que le COVID-19 se propage et provoque la maladie principalement en infectant ces muqueuses, les vaccins manquent leur cible immunologique. Les documents soumis par les fabricants de vaccins aux différents organismes de réglementation ne contiennent aucune preuve que la vaccination prévient l’infection des voies respiratoires, ce qui serait crucial pour rompre la chaîne de transmission. Les vaccins sont donc immunologiquement inappropriés pour le COVID-19.

2. L’efficacité du vaccin à moyen et long terme est inconnue. Les essais de phase 3, à moyen terme et sur 24 mois, ne seront pas terminés avant 2023 : Il n’y a pas de données longitudinales à moyen ou long terme concernant l’efficacité du vaccin.

3. Les données à court terme n’ont pas établi la prévention de la maladie grave. L’Agence européenne des médicaments a noté à propos du vaccin Comirnaty (ARNm de Pfizer) que les cas graves de COVID-19 « étaient rares dans l’étude, et qu’on ne peut pas en tirer de conclusion statistiquement certaine »30. De même, le document de Pfizer soumis à la FDA31 conclut que l’efficacité contre la mortalité n’a pas pu être démontrée. Ainsi, il n’a pas été démontré que les vaccins empêchent la mort ou les maladies graves, même à court terme.

4. Les corrélats de la protection contre le COVID-19 sont inconnus. Les chercheurs n’ont pas encore établi comment mesurer la protection contre le Covid-19. Par conséquent, les études d’efficacité se font dans l’obscurité. Après l’achèvement des études de phase 1 et 2, par exemple, un article paru dans la revue Vaccine note que « sans comprendre les corrélats de la protection, il est impossible de répondre actuellement aux questions concernant la protection associée au vaccin, le risque de réinfection par le COVID-19, l’immunité collective et la possibilité d’éliminer le SRAS-CoV-2 de la population humaine »32. Ainsi, l’efficacité du vaccin ne peut être évaluée car nous n’avons pas encore établi comment la mesurer.

3. Les vaccins sont dangereux

1. De la même manière que l’on peut prédire que le tabagisme peut provoquer un cancer du poumon, et qu’il l’a fait, sur la base des premiers principes, on peut s’attendre à ce que tous les vaccins à base de gènes provoquent des troubles de la coagulation et de la coagulation du sang33, sur la base de leurs mécanismes d’action moléculaires. En conséquence, des maladies de ce type ont été observées dans tous les groupes d’âge, ce qui a conduit à la suspension temporaire des vaccins dans le monde entier : Les vaccins ne sont pas sûrs.

2. Contrairement aux affirmations selon lesquelles les troubles sanguins post-vaccination sont « rares », de nombreux effets secondaires courants des vaccins (maux de tête, nausées, vomissements et « éruptions » semblables à des hématomes sur tout le corps) peuvent indiquer une thrombose et d’autres anomalies graves. En outre, les micro-thromboses pulmonaires diffuses induites par le vaccin peuvent ressembler à une pneumonie et être diagnostiquées à tort comme une COVID-19. Les événements de coagulation qui retiennent actuellement l’attention des médias ne sont probablement que la « partie émergée d’un énorme iceberg »34 : Les vaccins ne sont pas sûrs.

3. En raison de l’amorçage immunologique, on peut s’attendre à ce que les risques de coagulation, de saignement et d’autres événements indésirables augmentent avec chaque revaccination et chaque exposition au coronavirus. Au fil du temps, qu’il s’agisse de mois ou d’années35, cela rend la vaccination et les coronavirus dangereux pour les groupes d’âge jeunes et en bonne santé, pour lesquels, sans vaccination, le COVID-19 ne présente aucun risque important.

4. Depuis l’introduction du vaccin, l’incidence du COVID-19 a augmenté dans de nombreuses régions où les taux de vaccination sont élevés36,37,38. En outre, de multiples séries de décès dus au COVID-19 sont survenues peu après le début des vaccinations dans des maisons de retraite39,40. Ces cas peuvent être dus non seulement à une augmentation des anticorps dépendants mais aussi à un effet immunosuppresseur général des vaccins, ce qui est suggéré par l’augmentation de l’occurrence du zona chez certains patients41. L’immunosuppression peut avoir fait en sorte qu’une infection auparavant asymptomatique devienne cliniquement manifeste. Indépendamment du mécanisme exact responsable de ces décès signalés, nous devons nous attendre à ce que les vaccins augmentent la létalité du COVID-19 au lieu de la diminuer : Les vaccins ne sont pas sûrs.

5. Les vaccins sont expérimentaux par définition. Ils feront l’objet d’essais de phase 3 jusqu’en 2023. Les receveurs sont des sujets humains ayant droit au consentement libre et éclairé en vertu de la convention de Nuremberg et d’autres protections, notamment la résolution 2361 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe42 et les conditions d’autorisation d’utilisation en urgence de la FDA [29]. En ce qui concerne les données de sécurité des essais de phase 1 et 2, malgré la taille initialement importante des échantillons, la revue Vaccine rapporte que « la stratégie de vaccination choisie pour la suite du développement peut n’avoir été administrée qu’à 12 participants seulement » [32]. Compte tenu de la taille extrêmement réduite des échantillons, la revue note que « des études de phase 3 plus importantes, menées sur de plus longues périodes, seront nécessaires » pour établir la sécurité. Les risques qui restent à évaluer dans les essais de phase 3 jusqu’en 2023, avec des populations entières comme sujets, incluent non seulement la thrombose et les anomalies de la coagulation, mais aussi d’autres réponses auto-immunes, des réactions allergiques, des tropismes inconnus (destinations tissulaires) des nanoparticules lipidiques [35], le renforcement dépendant des anticorps43,44,45,46 et l’impact de méthodes de fabrication précipitées, exécutées de manière douteuse, mal réglementées47 et apparemment incohérentes, conférant des risques d’impuretés potentiellement dangereuses telles que des résidus d’ADN non contrôlés48. Les vaccins ne sont pas sûrs, ni pour les receveurs, ni pour ceux qui les utilisent ou autorisent leur utilisation.

6. L’expérience initiale pourrait suggérer que les vaccins dérivés de l’adénovirus (AstraZeneca/Johnson & Johnson) provoquent des effets indésirables plus graves que les vaccins à ARNm (Pfizer/Moderna). Cependant, lors d’injections répétées, les premiers vont rapidement induire des anticorps contre les protéines du vecteur adénovirus. Ces anticorps vont alors neutraliser la plupart des particules virales du vaccin et provoquer leur élimination avant qu’elles ne puissent infecter des cellules, limitant ainsi l’intensité des dommages tissulaires.

En revanche, dans les vaccins à ARNm, il n’y a pas d’antigène protéique à reconnaître par les anticorps. Ainsi, quel que soit le degré d’immunité existant, l’ARNm du vaccin va atteindre sa cible – les cellules de l’organisme. Celles-ci vont alors exprimer la protéine du pic et subir l’assaut du système immunitaire. Avec les vaccins à ARNm, le risque d’effets indésirables graves est pratiquement assuré d’augmenter à chaque injection successive. À long terme, ils sont donc encore plus dangereux que les vaccins à vecteur. Leur apparente préférence pour ces derniers est préoccupante au plus haut point : Ces vaccins ne sont pas sûrs.

4. Points éthiques et juridiques à considérer

1. Les conflits d’intérêts abondent dans la littérature scientifique et au sein des organisations qui recommandent et promeuvent les vaccins, tout en diabolisant les stratégies alternatives (recours à l’immunité naturelle et au traitement précoce). Les autorités, les médecins et le personnel médical doivent se protéger en évaluant de très près les sources de leurs informations pour détecter les conflits d’intérêts.

2. Les autorités, les médecins et le personnel médical doivent également veiller à ne pas ignorer la littérature crédible et indépendante sur la nécessité, la sécurité et l’efficacité des vaccins, étant donné les décès et les préjudices massifs prévisibles auxquels il faut s’attendre si la campagne de vaccination n’est pas arrêtée.

3. Ce n’est pas pour rien que les fabricants de vaccins se sont exonérés de toute responsabilité juridique en cas d’événements indésirables. En cas de décès et de dommages causés par les vaccins, la responsabilité incombera aux personnes responsables de l’autorisation, de l’administration et/ou de la coercition des vaccins par le biais de passeports vaccinaux, dont aucune ne peut être justifiée par une analyse sobre et factuelle des risques et des avantages.

4. Tous les acteurs politiques, réglementaires et médicaux impliqués dans la vaccination COVID-19 devraient se familiariser avec le code de Nuremberg et d’autres dispositions légales afin de se protéger.

Le Bert, N. et al. (2020) SARS-CoV-2-specific T cell immunity in cases of COVID-19 and SARS, and uninfected controls. Nature 584:457-462
  1. Tarke, A. et al. (2021) Negligible impact of SARS-CoV-2 variants on CD4+ and CD8+ T cell reactivity in COVID-19 exposed donors and vaccinees. bioRxiv -:x-x
  2. Duke-NUS Medical School. (2020) Scientists uncover SARS-CoV-2-specific T cell immunity in recovered COVID-19 and SARS patients.
  3. Beasley, D. (2020) Scientists focus on how immune system T cells fight coronavirus in absence of antibodies.
  4. Bozkus, C.C. (2020) SARS-CoV-2-specific T cells without antibodies. Nat. Rev. Immunol. 20:463
  5. Grifoni, A. et al. (2020) Targets of T Cell Responses to SARS-CoV-2 Coronavirus in Humans with COVID-19 Disease and Unexposed Individuals. Cell 181:1489-1501.e15
  6. Mateus, J. et al. (2020) Selective and cross-reactive SARS-CoV-2 T cell epitopes in unexposed humans. Science 370:89-94
  7. McCurry-Schmidt, M. (2020) Exposure to common cold coronaviruses can teach the immune system to recognize SARS-CoV-2.
  8. Palmer, S. et al. (2021) COVID-19 hospitalization rates rise exponentially with age, inversely proportional to thymic T-cell production. J. R. Soc. Interface 18:20200982
  9. Sekine, T. et al. (2020) Robust T Cell Immunity in Convalescent Individuals with Asymptomatic or Mild COVID-19. Cell 183:158-168.e14
  10. Drake, J. (2021) Now We Know: Covid-19 Vaccines Prevent Asymptomatic Infection, Too.
  11. Bossuyt, P.M. (2020) Testing COVID-19 tests faces methodological challenges. Journal of clinical epidemiology 126:172-176
  12. Jefferson, T. et al. (2020) Viral cultures for COVID-19 infectivity assessment. Systematic review. Clin. Infect. Dis. ciaa1764:x-x
  13. Borger, P. et al. (2020) External peer review of the RTPCR test to detect SARS-CoV-2 reveals 10 major scientific flaws at the molecular and methodological level: consequences for false positive results.
  14. Mandavilli, A. (2020) Your Coronavirus Test Is Positive. Maybe It Shouldn’t Be.
  15. Cao, S. et al. (2020) Post-lockdown SARS-CoV-2 nucleic acid screening in nearly ten million residents of Wuhan, China. Nat. Commun. 11:5917
  16. Moghadas, S.M. et al. (2020) The implications of silent transmission for the control of COVID-19 outbreaks. Proc. Natl. Acad. Sci. U. S. A. 117:17513-17515
  17. Johansson, M.A. et al. (2021) SARS-CoV-2 Transmission From People Without COVID-19 Symptoms. JAMA network open 4:e2035057
  18. Yeadon, M. (2020) What SAGE got wrong.
  19. Ioannidis, J.P.A. (2020) Global perspective of COVID‐19 epidemiology for a full‐cycle pandemic. Eur. J. Clin. Invest. 50:x-x
  20. Ioannidis, J.P.A. (2021) Reconciling estimates of global spread and infection fatality rates of COVID‐19: An overview of systematic evaluations. Eur. J. Clin. Invest. -:x-x
  21.  
  22. Ioannidis, J.P.A. (2020) Infection fatality rate of Covid-19 inferred from seroprevalence data. Bulletin of the World Health Organisation[/efn_note. Dans les pays qui ont été intensément infectés pendant plusieurs mois, moins de 0,2% de la population est décédée et son décès a été classé comme « avec le covid19 » [202122]. Il s’agit généralement d’une maladie légère à modérément grave. Par conséquent, l’écrasante majorité des personnes ne sont pas exposées au risque du COVID-19 et ne nécessitent pas de vaccination pour leur propre protection.

     

    6. Chez les personnes susceptibles d’être gravement infectées, le Covid-19 est une maladie traitable. Une convergence de preuves indique qu’un traitement précoce avec les médicaments existants réduit l’hospitalisation et la mortalité de ~85% et 75%, respectivement 22Orient, J. et al. (2020) A Guide to Home-Based COVID Treatment.

  23. McCullough, P.A. et al. (2020) Multifaceted highly targeted sequential multidrug treatment of early ambulatory high-risk SARS-CoV-2 infection (COVID-19). Reviews in cardiovascular medicine 21:517-530
  24. Procter, B.C. et al. (2021) Early Ambulatory Multidrug Therapy Reduces Hospitalization and Death in High-Risk Patients with SARS-CoV-2 (COVID-19). International journal of innovative research in medical science 6:219-221
  25. McCullough, P.A. et al. (2021) Pathophysiological Basis and Rationale for Early Outpatient Treatment of SARS-CoV-2 (COVID-19) Infection. Am. J. Med. 134:16-22
  26. Covid Analysis. (2020) Real-time database and meta analysis of 588 COVID-19 studies.
  27. Hirschhorn, J.S. (2021) COVID scandal: Feds ignored 2016 law requiring use of real world evidence.
  28. US Food and Drug Administration. (1998) Emergency Use of an Investigational Drug or Biologic: Guidance for Institutional Review Boards and Clinical Investigators.
  29. European Medicines Agency. (2021) EMA assessment report: Comirnaty.
  30. US Food and Drug Administration. (2020) FDA briefing document: Pfizer-BioNTech COVID-19 Vaccine.
  31. Giurgea, L.T. and Memoli, M.J. (2020) Navigating the Quagmire: Comparison and Interpretation of COVID-19 Vaccine Phase 1/2 Clinical Trials. Vaccines 8:746
  32. Bhakdi, S. et al. (2021) Urgent Open Letter from Doctors and Scientists to the European Medicines Agency regarding COVID-19 Vaccine Safety Concerns.
  33. Bhakdi, S. (2021) Rebuttal letter to European Medicines Agency from Doctors for Covid Ethics, April 1, 2021.
  34. Ulm, J.W. (2020) Rapid response to: Will covid-19 vaccines save lives? Current trials aren’t designed to tell us.
  35. Reimann, N. (2021) Covid Spiking In Over A Dozen States—Most With High Vaccination Rates.
  36. Meredith, S. (2021) Chile has one of the world’s best vaccination rates. Covid is surging there anyway.
  37. Bhuyan, A. (2021) Covid-19: India sees new spike in cases despite vaccine rollout. BMJ 372:n854
  38. Morrissey, K. (2021) Open letter to Dr. Karina Butler.
  39. UK Medical Freedom Alliance. (2021) Open Letter from the UK Medical Freedom Alliance: Urgent warning re Covid-19 vaccine-related deaths in the elderly and Care Homes.
  40. Furer, V. et al. (2021) Herpes zoster following BNT162b2 mRNA Covid-19 vaccination in patients with autoimmune inflammatory rheumatic diseases: a case series. Rheumatology -:x-x
  41. Parliamentary Assembly of the Council of Europe. (2021) Covid-19 vaccines: ethical, legal and practical considerations.
  42. Tseng, C. et al. (2012) Immunization with SARS coronavirus vaccines leads to pulmonary immunopathology on challenge with the SARS virus. PLoS One 7:e35421
  43. Bolles, M. et al. (2011) A double-inactivated severe acute respiratory syndrome coronavirus vaccine provides incomplete protection in mice and induces increased eosinophilic proinflammatory pulmonary response upon challenge. J. Virol. 85:12201-15
  44. Weingartl, H. et al. (2004) Immunization with modified vaccinia virus Ankara-based recombinant vaccine against severe acute respiratory syndrome is associated with enhanced hepatitis in ferrets. J. Virol. 78:12672-6
  45. Czub, M. et al. (2005) Evaluation of modified vaccinia virus Ankara based recombinant SARS vaccine in ferrets. Vaccine 23:2273-9
  46. Tinari, S. (2021) The EMA covid-19 data leak, and what it tells us about mRNA instability. BMJ 372:n627
  47. German Corona Extra-Parliamentary Inquiry Committee. (2021) Interview with Dr. Vanessa Schmidt-Krüger.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents