Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les NIH de Fauci ont financé le scientifique des forces armées de Wuhan qui est mort mystérieusement après avoir déposé un brevet de vaccin contre le COVID

Publié par wikistrike.com sur 7 Juin 2021, 06:14am

Catégories : #Politique internationale, #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Les NIH de Fauci ont financé le scientifique des forces armées de Wuhan qui est mort mystérieusement après avoir déposé un brevet de vaccin contre le COVID

Par Tyler Durden pour Zero Hedge,

Alors que nous avançons dans le terrier du lapin pour savoir exactement ce qui s’est passé dans les “laboratoires de chauves-souris” de la Chine, nous nous intéressons maintenant à un certain Zhou Yusen – un scientifique militaire chinois spécialisé dans les coronavirus qui a collaboré avec la “Batwoman” de l’Institut de virologie de Wuhan (IVW), Zhengli Shi – dont au moins un projet de manipulation génétique des coronavirus a été financé par trois subventions des National Institutes of Heath (NIH) – où réside le Dr. Anthony Fauci – via des universités américaines, selon des documents obtenus par The Weekend Australian (apparemment divulgués par les services secrets australiens). Le financement d’un scientifique militaire de l’APL par les NIH, qui n’avait pas été révélé auparavant, est distinct des millions de dollars de subventions accordés à l’alliance EcoHealth, qui a également collaboré avec l’IVW.

Cette révélation montre que des fonds américains finançaient des recherches risquées sur les coronavirus avec des scientifiques de l’Armée populaire de libération, dont Zhou Yusen, scientifique militaire décoré, et Shi Zhengli, la “Batwoman” de l’Institut de virologie de Wuhan.

Nous apprenons aujourd’hui que Zhou, 54 ans, est mort – trois mois après avoir déposé un brevet pour un vaccin contre le COVID-19 en février 2020.

Zhou Yusen, Zhengli Shi

Selon le rapport, la mort de Zhou en mai 2020 est passée largement sous le radar, malgré le fait qu’il était un scientifique primé au Laboratoire d’infection et d’immunité de l’APL à l’Institut de microbiologie et d’épidémiologie de Pékin. “Aucun rapport n’a rendu hommage à sa vie. Sa mort n’a été mentionnée qu’en passant dans un rapport des médias chinois en juillet et à la fin d’un article scientifique en décembre. Dans les deux cas, le mot “décédé” figurait entre parenthèses après son nom.”

Et bien que la mort de Zhou ait pu être suspecte (ou qu’il ait pu simplement mourir du COVID), la révélation que le gouvernement américain finançait ses recherches avec l’IVW peut fournir un indice sur la raison pour laquelle les responsables américains – le Dr. Fauci (soutenu par la “communauté scientifique” après que son chien de poche, Peter Daszak, de l’Alliance EcoHelath, ait écrit une lettre “d’origine naturelle ou vous êtes un fou” dans le Lancet) – ont colporté la théorie de “l’origine naturelle” du PCC, alors que toute suggestion selon laquelle il aurait pu être créé et/ou fuir du laboratoire même qui recevait des fonds des NIH était strictement prohibée.

Les courriels publiés cette semaine par Buzzfeed dans le cadre d’une demande d’accès à la liberté d’information ont montré que, dans les premiers jours de la pandémie, le Dr Fauci s’inquiétait du fait que des fonds américains avaient été alloués à la recherche sur les gains de fonction en Chine.

Dans d’autres courriels, des scientifiques ont écrit au Dr Fauci pour lui faire part de l’opinion préliminaire selon laquelle le génome du SARS-CoV-2 semblait “incompatible avec les attentes de la théorie de l’évolution” et qu’il présentait certaines caractéristiques “potentiellement artificielles”. -The Weekend Australian

En bref, le terme “conflit d’intérêts” ne suffit pas à expliquer ce que Fauci va devoir expliquer la prochaine fois que Rand Paul le mettra sur la sellette.

La révélation montre que des fonds américains finançaient des recherches risquées sur les coronavirus avec des scientifiques de l’Armée de libération du peuple – dont le scientifique militaire décoré Zhou Yusen et la “Batwoman” de l’Institut de virologie de Wuhan, Shi Zhengli.

[…]

Des sources de sécurité nationale ont déclaré que les liens entre Zhou et le Dr Shi étayaient les affirmations des services de renseignement américains selon lesquelles l’Institut de virologie de Wuhan était engagé dans une “activité militaire secrète”.” -The Australian

Combien de temps la Chine a-t-elle gardé la séquence génétique du SARS-CoV-2 ?

Si l’on considère la chronologie et ses implications, Zhou est décédé trois mois après avoir déposé une demande de brevet le 24 février 2020 pour un vaccin contre le COVID-19. Bien que cela puisse signifier qu’il travaillait sur un vaccin contre le COVID-19 avant que le virus ne soit connu du public en décembre 2019, il faut garder à l’esprit que Moderna a pu concevoir la séquence de son vaccin contre le COVID-19 deux jours seulement après que les autorités chinoises aient publié sa séquence génétique le 11 janvier 2020 – déposant leur premier brevet connexe en mars, deux mois plus tard.

Il convient également de noter que M. Zhou travaille sur les vaccins contre les coronavirus depuis au moins 2006, en réponse à l’épidémie initiale de SARS-CoV. Il est l’auteur d’une étude qui a révélé que “les vaccins contenant le (domaine de liaison au récepteur) de la protéine de spicule du SARS-CoV peuvent induire suffisamment d’anticorps neutralisants et une immunité protectrice à long terme contre le défi du SARS-CoV dans le modèle de souris établi”.

Ainsi, en supposant qu’un expert ait besoin d’environ deux mois pour passer de la séquence génomique à la demande de brevet, cela implique que la Chine a retenu la séquence génétique pendant un mois avant sa diffusion publique le 11 janvier. Ou alors, Zhou a peut-être eu plus d’avance que cela.

“C’est quelque chose que nous n’avons jamais vu réalisé auparavant, ce qui soulève la question de savoir si ce travail n’a pas commencé beaucoup plus tôt”, a déclaré Nikolai Petrovsky de l’université Flinders.

(Et si l’on veut explorer les implications de l’hypothèse selon laquelle le SARS-CoV-2 a été génétiquement modifié, Karl Denninger a quelques réflexions à ce sujet ci-dessous).

Et même si nous ne connaîtrons peut-être jamais toute l’étendue du rôle de Zhou dans tout cela, lui et la “Batwoman” Zhengli travaillaient sur un vaccin contre le COVID juste avant la pandémie.

Selon le Weekend Australian :

Juste avant la pandémie, Zhou et trois autres scientifiques de l’Institut de microbiologie et d’épidémiologie de Pékin dirigé par l’APL – Yuehong Chen, Lei He et Shishui Sun – se sont associés à deux scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan – le Dr Shi et Jing Chen – et à huit scientifiques chinois désormais basés aux États-Unis à l’Université du Minnesota et à l’Institut de recherche Lindsley Kimball du Centre du sang de New York. Leur article, intitulé Molecular Mechanism for Antibody-Dependent Enhancement of Coronavirus Entry, a été soumis au Journal of Virology le 27 novembre 2019 et a été publié le 14 février 2020.

Les chercheurs ont examiné les coronavirus du MERS et du SRAS en tant que pistes pour une thérapie médicamenteuse antivirale à base d’anticorps pour traiter les coronavirus.

Leur article a donné des résultats positifs : “Dans l’ensemble, nos résultats montrent que les AcM neutralisants spécifiques de la RBD se lient à la même région sur les pics des coronavirus que les récepteurs viraux, déclenchent des changements de conformation des pics comme le font les récepteurs viraux, et médient l’ADE par les mêmes voies que l’entrée virale dépendante des récepteurs viraux.”

Ils ont découvert que ce “nouveau mécanisme moléculaire pour l’entrée virale renforcée par les anticorps” pourrait “guider les futures stratégies de vaccination et antivirales”.

Cette étude a été menée “in vitro”, c’est-à-dire dans une boîte de Pétri ou un tube à essai, en utilisant des cellules rénales et pulmonaires humanisées. Le dernier paragraphe de l’article indique que l’étape suivante consisterait à mener des expériences “in vivo” avec des souris ou des primates humanisés. Un article publié dans Nature Reviews Immunology 18 mois plus tard, en avril de cette année, révélait que les “anticorps monoclonaux neutralisants” pouvaient contribuer au traitement du Covid-19.

Entre-temps, la demande de brevet de Zhou indique : “L’invention concerne le domaine de la biomédecine, et porte sur un vaccin contre le Covid-19, des méthodes de préparation et des applications. La protéine de fusion fournie par l’invention peut être utilisée pour développer le vaccin protéique Covid-19 et un médicament pour prévenir ou traiter le Covid-19.”

Que signifie tout cela maintenant ? Karl Denninger nous livre quelques réflexions via market-ticker.org, et se montre notamment très méfiant quant au timing des brevets (édité par souci de concision) :

Alors, que savons-nous maintenant ?

L’armée chinoise était en fait impliquée dans le laboratoire de Wuhan. Ce n’était pas seulement une opération civile. Cela a d’ailleurs été nié à plusieurs reprises au cours de l’année dernière.

  • Les scientifiques du laboratoire connaissaient non seulement le séquençage du virus, mais disposaient en outre d’un moyen brevetable de créer un prétendu vaccin avant que la pandémie ne soit rendue publique. Il faut du temps pour rédiger des brevets et les comprendre. Beaucoup de temps, en fait – pas seulement quelques semaines ou quelques mois.
  • Il faut du temps pour prouver la validité d’un brevet, y compris dans le cas d’un vaccin. Pour breveter quelque chose, vous devez être en mesure de le démontrer ; vous ne pouvez pas breveter des idées, seulement des incarnations d’idées. Dans ce cas, il faut prouver l’immunogénicité, ce qui n’est pas instantané ; il faut des semaines, voire des mois, pour mener à bien les recherches scientifiques initiales sur les animaux, puis sur les humains, ce qui signifie que la date de connaissance n’est pas le 24 février, mais des mois, voire plus tôt.
  • Cela signifie qu’ils travaillaient sur le sujet avant même cette date, car pour travailler sur un vaccin, il faut savoir que l’on doit ou que l’on veut y travailler en premier lieu. Cela signifie qu’ils savaient pertinemment qu’il existait un virus virulent dans la nature avant cette date, ou qu’ils l’ont libéré ou avaient l’intention de le libérer dans la nature à dessein. Personne n’arrive à créer un vaccin pour un virus que vous avez l’intention et que vous avez entièrement confiné dans un laboratoire dans le cadre de tests sur des animaux ou des cultures cellulaires ; cela n’a aucune valeur. Sans un isolat pour lequel créer un vaccin et un virus en dehors d’un environnement de laboratoire où la vaccination devient une “chose” qui pourrait être nécessaire et donc avoir une valeur, pourquoi faire le travail pour en créer un ?

Quel est le calendrier de tout ceci ? De très nombreux mois, voire quelques années.

Cela signifie que soit le virus était “sorti” pendant de nombreux mois, voire deux ans, avant février 2020 (pas un mois ou deux), soit les Chinois avaient l’intention de le diffuser à l’automne 2019. Dans un cas comme dans l’autre, les preuves sont désormais accablantes qu’il ne s’agissait pas d’un virus “apparu par magie” un beau jour de fin décembre, provenant naturellement des chauves-souris et peut-être des pangolins. Ce n’est plus seulement improbable – c’est maintenant, selon le poids manifeste de la preuve, impossible.

[…]

La question suivante est de savoir de quel type de brevet de vaccin nous parlons ici.

Plus précisément, comment se fait-il que les zones “raidies” dans les vaccins à vecteur viral et à ARNm que nous utilisons aux États-Unis aient été connues et prouvées ? Comment Moderna et Pfizer ont-ils su qu’ils devaient le faire ? Ce type d’étude prend des mois, voire des années, et non des jours ou des semaines, pour trouver et prouver que le produit fonctionne comme prévu.

N’oubliez pas que le Covid-19 possède un site assez unique sur le pic appelé zone de “site de clivage de furine” qu’il utilise pour se “plier” et entrer dans la cellule ; l’unité S1 se fixe, la zone de clivage se “plie”, puis la seconde partie pénètre la paroi cellulaire comme une lance. Le SRAS et le MERS n’ayant pas cette structure, il n’y avait pas d’antériorité à utiliser et, au cours des deux premiers mois, la caractérisation de tout cela était plutôt nouvelle.

Pourtant, l'”histoire officielle” est que ces personnes avaient une proposition de configuration candidate, y compris le remplacement des codages pour “renforcer” cette zone dans les jours qui ont suivi la publication de la séquence d’ARN viral pour Covid-19.

Les Chinois nous ont-ils “donné” le travail achevé dans cette zone, avec cette partie du travail déjà réalisée ? Cela expliquerait comment cela s’est passé si rapidement, n’est-ce pas ? J’aimerais bien comprendre comment quelqu’un – n’importe qui – fait ce genre de travail, avec vérification en laboratoire sur des cultures cellulaires et des animaux, et arrive à ces conclusions en quelques jours.

Quels sont les liens ? J’aimerais avoir une explication complète à ce sujet, s’il vous plaît.

Traduction de Zero Hedge par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents