Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

USA : Trois mensonges pour le prix d’un

Publié par wikistrike.com sur 27 Juin 2021, 12:51pm

Catégories : #Politique internationale

USA : Trois mensonges pour le prix d’un

Voici pourquoi le régime de « Joe Biden » n’a plus que quelques mois à vivre : il est pris en tenaille entre certains des plus grands mensonges de l’histoire du monde, et ils sont tous en train de s’effilocher. De toute façon, « Joe Biden » n’est pas vraiment le président des États-Unis ; il n’est que l’homme de paille et de photo d’une sorte de politburo centré sur Barack Obama, et ce groupe vit dans la terreur d’être découvert, ce qui arrivera, malgré sa mainmise sur les médias traditionnels et sociaux.

 

Le gros mensonge n° 1 est en fait tout un faisceau de mensonges entourant la pandémie de la Covid-19. Le responsable national de la santé, le Dr Anthony Fauci (alias « The Science »), n’arrive pas à faire la part des choses lorsqu’il s’agit de savoir s’il a ou non versé l’argent des contribuables américains à un laboratoire associé à l’Armée populaire de libération de la Chine, afin de créer un virus qui a été lâché sur le reste du monde. Un wagon de courriels de preuves montre qu’il l’a fait.

C’était déjà assez grave. Ensuite, le Dr Fauci (et la majeure partie de la bureaucratie médicale nationale) a travaillé dur pour supprimer les traitements bon marché et efficaces qui permettaient de vaincre le virus et de guérir les patients s’ils étaient utilisés dans les premiers stades de l’infection, à savoir l’Ivermectin, l’Hydroxychloroquine, la Vitamine D et la Fluoxetine. (La fluoxétine, ou Prozac, utilisée « hors indication », module l’inflammation cérébrale). La suppression se poursuit activement à ce jour. Le Dr Fauci & Company ont encouragé l’utilisation d’un système de test viral PCR fonctionnant à des seuils de cycles excessifs qui ont inondé le système médical de tests faussement positifs. L’inventeur du test, le regretté Dr Kerry Mullis, lauréat du prix Nobel, a déclaré que le test n’avait jamais été conçu pour être utilisé comme outil de diagnostic.

Le Dr Fauci et la bureaucratie médicale font la promotion d’une « thérapie génique » expérimentale en tant que « vaccins », c’est du moins ce que dit l’homme qui a inventé la procédure de vaccination par ARNm, le Dr Robert Malone – et vous pouvez l’entendre le dire dans cette table ronde de plus de trois heures sur le podcast Dark Horse de Bret Weinstein sur YouTube (s’il n’a pas été retiré au moment où vous lirez ces lignes, car jusqu’à présent YouTube supprime toute mention de l’Ivermectin, etc.) ). Vous apprendrez dans cette discussion détaillée que les trois vaccins utilisés ont produit plus de décès et d’« événements indésirables » dans l’ensemble que tous les autres vaccins que la médecine a développés au cours des trente dernières années. Laissez-vous convaincre. Vous entendrez également le Dr Malone décrire la protéine de pointe, qui est le principal mécanisme activé par les vaccins, comme un agent « toxique ».

Cela ne peut pas être une bonne nouvelle pour les millions de personnes qui ont donné leur accord pour être vaccinées. Nous n’avons aucune idée des effets à long terme, mais il semble que la protéine de pointe toxique ne se comporte pas comme elle était censée le faire. En d’autres termes, elle ne reste pas dans le site de vaccination intramusculaire, mais migre dans tout le corps, avec une affinité particulière pour provoquer des troubles cardiovasculaires, des troubles neuromusculaires et des dommages aux organes reproducteurs. Attendez de voir comment tout cela va se passer. Et méfiez-vous des nouvelles tentatives de votre gouvernement pour vous contraindre à vous faire vacciner, ou à recevoir une série de vaccins.

Il s’agit d’une histoire qui se développe rapidement, avec évidemment de nombreuses sous-intrigues, mais l’effet net pour « Joe Biden » sera d’éroder gravement les lambeaux de légitimité qui lui restent. Les informations sur les décès et les « effets indésirables » des vaccins ont également été supprimées, mais cet effort semble s’effondrer maintenant, même si le gouvernement augmente la pression pour faire vacciner le nombre important de personnes qui « hésitent à se faire vacciner ». (Comptez sur moi pour « échapper au vaccin » sur ce point.) Bon, c’est le premier gros mensonge.

Le deuxième mensonge est que « Joe Biden » a gagné l’élection présidentielle du 3 novembre 2020. Cette escroquerie colossale, dont le parti Démocrate a fait la publicité bien à l’avance et qu’il a réalisée par le biais d’une fraude flagrante aux bulletins de vote par correspondance et de manipulations informatiques des machines à voter, n’a jamais été correctement jugée – malgré les affirmations des médias selon lesquelles des affaires judiciaires ont été rejetées sur la base de preuves, ce qui n’était pas le cas. L’audit des votes en Arizona qui est en cours est le premier des nombreux efforts probablement déployés par les États dits « en balance » pour examiner cette opération. Le gouvernement de « Joe Biden » a tenté, sans succès, d’empêcher l’audit de l’Arizona dès le début du jeu. Puis, vendredi dernier, le procureur général Merrick Garland a fait monter les enchères en déclarant qu’il était sur le point d’envoyer une équipe d’avocats fédéraux sur le chemin de l’Arizona pour faire échouer cette opération.

Rappelons que, constitutionnellement, les élections relèvent entièrement des prérogatives de chaque État, et non du gouvernement national. L’audit de l’Arizona a été ordonné par le Sénat de l’État de l’Arizona. La sénatrice d’État (et ancienne pilote de chasse) Wendy Rogers a répondu au procureur général Garland : « Vous ne toucherez pas aux bulletins de vote ou aux machines de l’Arizona, à moins que vous ne vouliez passer du temps dans une prison de l’Arizona. Vous devriez peut-être vous concentrer sur la lutte contre le terrorisme. » Le prochain mouvement est celui de M. Garland. Va-t-il envoyer des marshals fédéraux pour saisir les bulletins de vote et les machines Dominion ? Ou est-ce que « Joe Biden » dira au gouverneur de l’Arizona Doug Doucy d’envoyer la garde nationale contre son propre sénat ? Si vous voulez déclencher une véritable guerre civile, ce serait un bon moyen de la lancer.

Les législatures d’autres États ont envoyé des délégations en Arizona pour observer et se familiariser avec la procédure d’audit, avec la perspective de faire la même chose en Géorgie, en Pennsylvanie et dans d’autres endroits où des résultats bizarres ont été observés dans des comtés clés en novembre dernier. Les Démocrates savent que cela peut être fatal à leur contrôle des affaires nationales. Quelle que soit la manière dont ils agissent maintenant, le résultat conduira à une perte désespérée de légitimité, en particulier au sommet, où se trouve « Joe Biden ».

Le troisième gros mensonge est que l’économie américaine est en train de se « remettre » des perturbations de la Covid-19. L’économie américaine est un village Potemkine depuis 2008, maintenu par le fil de fer et le ruban adhésif des jeux monétaires de la Réserve fédérale et, plus récemment, par l’imprudence fiscale du gouvernement américain – c’est-à-dire qu’il dépense d’énormes quantités d’argent emprunté en paiements directs à des citoyens fauchés, des entreprises fauchées et, apparemment, à un nombre égal d’escrocs purs et simples qui se sont joués des différentes catégories de renflouement.

Pour l’instant, de nombreux endroits sont censés être pris dans la réouverture exubérante des activités de la vie quotidienne : restaurants, entreprises de voyage et de loisirs, sports de haut niveau. C’est peut-être une bonne chose, mais ce sentiment d’effervescence est démenti par les façades de magasins encore fermées et les campements de sans-abri en pleine expansion dans les grandes villes, ainsi que par le bruit que font les grandes entreprises qui licencient des milliers d’employés. Selon certaines sources, de nombreux emplois dans le secteur des services ne sont pas pourvus parce que trop de personnes reçoivent encore des aides publiques qui dépassent le salaire de ces emplois. Et certaines entreprises, comme les restaurants, disent qu’elles offrent des salaires beaucoup plus élevés qu’auparavant dans un effort désespéré pour continuer à fonctionner.

D’accord… mais demandez-vous combien de temps vous pouvez gérer un restaurant en payant les plongeurs 25 dollars de l’heure, par exemple, surtout si l’on considère qu’une grande partie de la population est maintenant trop fauchée pour manger dans des restaurants qui font payer un tiers du prix d’un dîner qu’ils faisaient avant la Covid-19. En fait, le modèle économique d’une grande partie de l’industrie des services est en panne. Cet été, ce problème majeur sera reconnu et la nation verra que nous ne sommes pas du tout en phase de reprise, mais plutôt dans une contraction permanente qui sera qualifiée de « dépression ».

En fait, il ne s’agira pas non plus d’une « dépression », ce qui implique un creux cyclique, même important, car le cycle lui-même est brisé – et pour comprendre cela, il faut se plonger dans la nature longue de l’urgence : le dilemme de la rareté des ressources énergétiques et du capital auquel sont confrontées les sociétés techno-industrielles. L’implication directe de ce cycle brisé sera une détresse sociale encore plus grande, qui est aggravée par les provocations raciales attisées par le régime « Joe Biden », et qui lui explosera au visage s’il y a un autre été d’émeutes, d’incendies et de pillages.

Ainsi, pour conclure cette édition exceptionnellement longue du blog ClusterFuck Nation, vous pouvez voir l’horizon sur l’administration « Joe Biden », avec un coucher de soleil probablement prévu cet automne. Personne ne sait comment cela va se passer. Mon sentiment est que, d’une manière ou d’une autre, une administration militaire intérimaire devra peut-être interrompre la cavalcade de 232 ans de gouvernance menée par des présidents légitimement élus. Peut-être que nous allons refaire les dernières élections. Ou peut-être allons-nous entrer dans une nouvelle phase du projet américain, plus incertaine et moins appétissante, avec des dictateurs et des despotes. Ou peut-être que nous traverserons cette très dangereuse souillure de l’histoire et atterrirons dans une disposition beaucoup plus discrète mais plus cohérente des choses reconnues comme américaines. Restez à l’écoute des développements.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents