Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ça ne va pas tarder : d’anciennes coulées de lave confirment un cycle de 200 millions d’années dans la force du champ magnétique terrestre

Publié par wikistrike.com sur 24 Août 2021, 08:06am

Catégories : #Terre et climat

Ça ne va pas tarder : d’anciennes coulées de lave confirment un cycle de 200 millions d’années dans la force du champ magnétique terrestre

ous savons que le champ magnétique de la Terre change constamment de direction et de force. La vitesse à laquelle ces changements se produisent est très intéressante, car cette caractéristique planétaire nous protège des violents rayonnements cosmiques.

Aujourd’hui, une nouvelle analyse d’anciennes coulées de lave dans l’est de l’Écosse, qui comble certains vides déterminants dans l’histoire de notre champ magnétique, a confirmé les résultats de précédentes recherches indiquant un cycle de 200 millions d’années au cours duquel le champ s’affaiblit puis se renforce à nouveau.

L’équipe a également utilisé l’histoire magnétique qu’elle a trouvée enfouie dans les archives géologiques pour revérifier d’autres mesures effectuées au cours des dernières décennies et pour retracer l’histoire du champ magnétique de la Terre depuis quelque 500 millions d’années.

Selon la paléomagnétiste Louise Hawkins, de l’université de Liverpool au Royaume-Uni

Nos résultats, lorsqu’ils sont examinés parallèlement aux ensembles de données existants, confirment l’existence d’un cycle d’environ 200 millions d’années dans l’intensité du champ magnétique terrestre, lié aux profonds processus terrestres.

Comme la quasi-totalité de nos preuves des processus à l’intérieur de la Terre sont constamment détruites par la tectonique des plaques, la préservation de ce signal dans les profondeurs de la Terre est extrêmement précieuse car c’est l’une des rares contraintes dont nous disposons.

Des techniques d’analyse paléomagnétique thermique et micro-ondes ont été utilisées sur des échantillons de roche provenant des anciennes coulées de lave, l’alignement des cristaux minéraux à l’intérieur de celles-ci révélant l’état du champ magnétique terrestre au moment de leur formation initiale.

L’équipe a découvert qu’entre 332 et 416 millions d’années, il y a eu une baisse du champ magnétique qui correspond à une autre baisse survenue il y a 120 millions d’années. Au cours de la période précédente, désormais appelée “Mid-Palaeozoic Dipole low” (MPDL), le champ entourant la Terre était environ un quart de la force qu’il a aujourd’hui.

Le turbulent champ magnétique de la Terre. (ESA/ SWARM)

Ces dates correspondent au cycle de 200 millions d’années et donnent aux experts de nouvelles et importantes informations sur la façon dont le champ magnétique se comportait il y a plus de 300 millions d’années, à l’approche d’un superchron notable, nom donné à une longue période pendant laquelle le champ reste stable.

Toujours selon Hawkins :

Cette analyse magnétique complète des coulées de lave de Strathmore et de Kinghorn fut essentielle pour déterminer la période précédant le superchron Kiman, une période où les pôles géomagnétiques sont stables et ne basculent pas pendant environ 50 millions d’années.

Si ce cycle se confirme, et si les inversions de pôles magnétiques ont tendance à se produire tous les 200 000 à 300 000 ans, nous sommes en fait sur le point d’en connaître un autre, ce qui inquiète les scientifiques, qui ne sont pas certains de l’effet que cela aura sur toutes les technologies et tous les gadgets dont nous ne disposions pas la dernière fois que cela s’est produit.

Plus nous en savons sur l’histoire du champ magnétique terrestre en général, mieux nous pouvons prédire ce qu’il va faire ensuite. Si notre champ de force contre les radiations spatiales commence à développer des problèmes, nous devons le savoir le plus tôt possible.

Ces recherches ont également donné lieu à un autre résultat positif : on pensait jusqu’à présent que les inversions d’orientation du champ magnétique se produisaient lorsque celui-ci était plus faible, une autre hypothèse que les nouvelles données confirment.

Selon Hawkins :

Nos résultats confirment également qu’un champ magnétique faible est associé à l’inversion des pôles, alors que le champ est généralement fort pendant un superchron, ce qui est important car il s’est avéré presque impossible d’améliorer l’enregistrement de l’inversion avant environ 300 millions d’années.

L’étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences : Intensity of the Earth’s magnetic field: Evidence for a Mid-Paleozoic dipole low et présentée sur le site de l’Université de Liverpool : Further evidence of 200 million-year cycle for Earth’s magnetic field.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents