Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des archéologues découvrent que d'anciens tombeaux islamiques se regroupent comme des galaxies

Publié par wikistrike.com sur 1 Août 2021, 10:39am

Catégories : #Religion - pensées, #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Au Soudan, les sites de sépulture islamiques sont répartis en fonction de facteurs environnementaux à grande échelle et de facteurs sociaux à petite échelle, créant un modèle de distribution semblable à une galaxie, d'après une étude publiée dans le journal PLOS ONE par Stefano Costanzo ,de l'Université de Naples "L'Orientale" en Italie, et ses collègues.

 

 

 
 
Vues de paysage de dispersions de qubbas autour du Jebel Maman. Photo: Stefano Costanzo (CC-BY 4.0)

La région de Kassala, dans l'est du Soudan, abrite une vaste gamme de monuments funéraires, depuis des tombes islamiques du peuple moderne Beja jusqu'aux anciens tumulus datant de plusieurs milliers d'années.  

Les archéologues ne pensent pas que ces monuments soient placés au hasard; leur répartition est probablement influencée par des facteurs géologiques et sociaux. 

Comprendre les motifs du paysage funéraire peut donner un aperçu des anciennes pratiques culturelles des personnes qui les ont construits.

Dans cette étude, Costanzo et ses collègues ont collecté un ensemble de données de plus de 10 000 monuments funéraires de la région, répartis sur 4 000 km2. Ils ont été identifiés par des travaux de terrain et par télédétection à l'aide d'images satellite. 

 Agrégation de 1195 qubbas autour et au sommet d'un petit éperon rocheux.

 

Ils ont ensuite analysé la disposition de ces sites à l'aide d'un modèle Neyman-Scott Cluster, développé à l'origine pour étudier les modèles spatiaux des étoiles et des galaxies. 

Ce modèle a révélé que, tout comme les étoiles se regroupent autour des centres de gravité élevée, les sépultures à Kassala se regroupent par centaines autour des points «parents» centraux qui représentent probablement des tombes plus anciennes d'importance. 

C'est la première fois que cette approche cosmologique est appliquée à l'archéologie, ce qui représente un nouvel outil pour répondre aux questions sur l'origine des sites archéologiques. 

Les auteurs émettent l'hypothèse que la distribution à plus grande échelle des tombes est déterminée par l'environnement, avec des zones de « haute gravité » centrées sur des régions aux paysages favorables et aux matériaux de construction disponibles. La distribution à plus petite échelle semble être un phénomène social, avec des tombes généralement construites à proximité de structures plus anciennes, comprenant peut-être des sépultures familiales récentes ou des sépultures plus anciennes d'importance traditionnelle.

Lien vers l'étude:"Creating the funerary landscape of Eastern Sudan" par Stefano Costanzo, Filippo Brandolini, Habab Idriss Ahmed, Andrea Zerboni et Andrea Manzo, 7 July 2021, PLOS ONE. DOI: 10.1371/journal.pone.0253511

Source:

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents