Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Hôpital Ballanger : 80% de l'équipe de nuit et 50 % de l'équipe de jour sont en burn-out

Publié par wikistrike.com sur 21 Août 2021, 08:38am

Hôpital Ballanger : 80% de l'équipe de nuit et 50 % de l'équipe de jour sont en burn-out
Alors que l'hôpital est confronté à une forte affluence, 50% de l'équipe de jour des urgences est en arrêt maladie. Une situation qui a poussé la direction à rappeler les soignants en grève et en congés, provoquant la colère des syndicats.
 

C'est un été noir à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois qui enregistre une affluence exceptionnelle, sans lien avec le Covid-19: un tiers de patients en plus qu'en temps normal. Pour le personnel, la situation est devenue intenable. 80% de l'équipe de nuit et 50% de l'équipe de jour des urgences est en arrêt maladie depuis dimanche dernier.

Bruno est l'un d'eux et témoigne sur BFMTV de "burn-out", "dépressions" et "ras-le-bol" de l'équipe soignante.

"J'ai vu des internes pleurer, des infirmières craquer, venir avec la boule au ventre. Ça aurait pu être plus grave mais on a eu un patient qui a convulsé dans les couloirs parce qu'il n'a pas reçu ses traitements anti-épileptique de la journée. Pourquoi il n'a pas reçu ses traitements? Parce qu'il y a trop de virtuel, parce qu'il n'y a pas assez d'infirmières et parce que la surcharge de travail est trop haute."

 
 

Conséquence, la direction de l'hôpital a activé le plan blanc depuis lundi. Tout le personnel en grève ou en congé a été rappelé.

"On nous a envoyé des SMS, on nous a laissé des messages toujours avec le même message culpabilisant nous disant qu'on devait aider les collègues et qu'on mettait en difficulté le service", raconte une soignante contactée par téléphone.

"Il y a énormément d'épuisement professionnel"

Dans un communiqué l'hôpital Robert-Ballanger se jusitfie: "L'hôpital fait face depuis dimanche soir à un fort absentéisme au sein des équipes soignantes des urgences. Cela a conduit au déclenchement du plan blanc en accord avec l'ARS afin d'organiser un rappel du personnel pour permettre d'assurer la continuité des prises en charge aux urgences."

Un argument fallacieux selon Christophe Prudhomme, médecin urgentiste au Samu de Bobigny et délégué CGT Santé.

"L'hôpital d'Aulnay est un hôpital qui est en grande difficulté, aucun effort n'a été fait concernant le personnel depuis des années (...) Nous manquons de bras à l'hôpital, explique-t-il sur BFMTV. Là, comme le personnel n'a pas été entendu, les gens s'arrêtent, et ce ne sont pas des arrêts de complaisance. Il y a énormément d'épuisement professionnel, il faut que les gens se protègent pour ne pas craquer".
 

La direction de l'hôpital affirme être prête à faire des concessions au personnel. Mais pour les syndicats, le déclenchement du plan blanc n'est pas légitime: "On active le plan blanc quand il y a un attentat, une canicule, ou un événement grave. Le plan blanc n'est pas fait pour pouvoir gérer un manque de personnel!", fustige Christophe Prudhomme, également porte-parole de l'Association des médecins urgentistes de France. Les soignants réclament davantage de moyens pour reprendre le travail, notamment l'ouverture de deux lits minimum par service.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents