Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les masques fonctionnent-ils ? Un examen des preuves

Publié par wikistrike.com sur 16 Août 2021, 10:33am

Catégories : #Santé - psychologie

Les masques fonctionnent-ils ? Un examen des preuves

« Sérieusement les gens – ARRÊTEZ D’ACHETER DES MASQUES ! » C’est ce qu’a tweeté Jerome Adams, alors chirurgien général, le 29 février 2020, ajoutant : « Ils ne sont PAS efficaces pour empêcher le grand public de contracter le #coronavirus. »

 

Deux jours plus tard, Adams a déclaré : « Les personnes qui ne savent pas comment les porter correctement ont tendance à beaucoup se toucher le visage et peuvent en fait accroître la propagation du coronavirus. »

Moins d’une semaine auparavant, le 25 février, les autorités de santé publique du Royaume-Uni avaient publié un guide indiquant que les masques n’étaient pas nécessaires, même pour les personnes fournissant des soins communautaires ou résidentiels :

« Au cours des activités quotidiennes normales, les masques ne fournissent pas de protection contre les virus respiratoires, tels que le COVID-19, et il n’est pas nécessaire que le personnel les porte. »

Environ un mois plus tard, le 30 mars, le directeur exécutif du Programme des urgences sanitaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Mike Ryan, a déclaré que

« il n’existe pas de preuves spécifiques suggérant que le port de masques par la population de masse présente un avantage particulier. »

Il a ajouté ,

« En fait, il existe des preuves suggérant le contraire » en raison de la possibilité de ne pas « porter un masque correctement ou de ne pas l’ajuster correctement » et de « l’enlever et tous les autres risques qui sont autrement associés à cela. »

Les masques chirurgicaux ont été conçus pour empêcher le personnel médical d’infecter par inadvertance les plaies des patients, et non pour prévenir la propagation des virus. Les conseils des responsables de la santé publique dans les premiers jours de Covid-19 étaient conformes à cette compréhension. Puis, le 3 avril 2020, Adams a annoncé que les CDC modifiaient leurs recommandations et que le grand public devrait dorénavant porter des masques chaque fois qu’une distance sociale suffisante ne pouvait être maintenue.

Avance rapide de 15 mois. Rand Paul a été suspendu de YouTube pendant une semaine pour avoir dit : « La plupart des masques que l’on trouve en vente libre ne fonctionnent pas. » De nombreuses villes à travers le pays, suivant les nouvelles directives des CDC émises lors d’un pic de cas à l’échelle nationale causé par la variante Delta, rendent à nouveau obligatoire le port du masque en intérieur pour tous, quel que soit le statut d’inoculation. Les CDC recommandent en outre que tous les écoliers et les enseignants, même ceux qui ont contracté le Covid-19 ou qui ont été vaccinés, portent des masques.

Les CDC affirment cela même si leurs propres statistiques montrent que le Covid-19 ne représente pas une grande menace pour les écoliers. Ses chiffres montrent que plus de personnes de moins de 18 ans sont mortes de la grippe au cours de la saison grippale 2018-19 – une saison de « gravité modérée » qui a duré huit mois – que de personnes décédées du Covid-19 en plus de 18 mois. Qui plus est, les CDC affirment que sur 1 738 décès liés au Covid-19 aux États-Unis en 2020 et 2021, un seul a concerné une personne de moins de 18 ans ; et sur 150 décès de personnes de moins de 18 ans, un seul a été lié au Covid. Pourtant, les CDC déclarent que les écoliers, qui apprennent en partie grâce à la communication véhiculée par les expressions faciales, devraient néanmoins cacher leur visage – et leurs enseignants aussi.

Comment les conseils en matière de masques ont-ils pu changer aussi profondément ? La recherche médicale sur l’efficacité des masques a-t-elle changé – dans un laps de temps remarquablement court – ou seulement les conseils sur le port des masques ?

Puisque l’on nous répète constamment que les CDC et d’autres organismes de santé publique fondent leurs recommandations sur la science, il est essentiel de savoir ce que les diverses études médicales ont précisément révélé. Les choix importants concernant le fonctionnement de notre république ne peuvent pas être faits sur la seule base de la science – ils nécessitent un jugement et la prise en compte d’innombrables considérations – mais ils doivent être éclairés par la connaissance de celle-ci.

En vérité, les directives antérieures des CDC, du Royaume-Uni et de l’OMS étaient beaucoup plus conformes aux meilleures recherches médicales sur l’efficacité des masques pour prévenir la propagation des virus. Ces recherches suggèrent que le port du masque pendant de nombreux mois par les Américains n’a probablement apporté que peu ou pas de bénéfices pour la santé et pourrait même avoir été contre-productif dans la prévention de la propagation du nouveau coronavirus.

Il est frappant de constater à quel point les CDC, lorsqu’ils rassemblent des preuves pour justifier leur guide révisé sur les masques, évitent soigneusement de mentionner les essais contrôlés randomisés. Les essais contrôlés randomisés sont uniformément considérés comme l’étalon-or de la recherche médicale, mais les CDC les ignorent pratiquement, sauf pour en dénigrer certains qui contredisent particulièrement la position de l’agence. Dans un « Science Brief » qui met en évidence les études qui « démontrent que le port du masque réduit les nouvelles infections » et qui sert de principale justification publique de ses directives sur le port du masque, les CDC fournissent une matrice utile de 15 études – aucune étude comparative randomisée. Au lieu de cela, les CDC se concentrent strictement sur des études d’observation réalisées après le début de Covid-19. En général, les études d’observation sont non seulement de moins bonne qualité que les essais contrôlés randomisés (ECR), mais elles sont aussi plus susceptibles d’être politisées, car elles peuvent injecter le jugement du chercheur de manière plus importante dans l’enquête et se prêtent, bien plus que les essais contrôlés randomisés, à trouver ce que l’on veut trouver.

L’une des études préférées des CDC, à tel point que l’agence a publié un communiqué de presse élogieux à son sujet et continue de lui accorder une place de choix dans son dossier, est une étude d’observation (plus précisément, une étude de cohorte) portant sur deux coiffeurs séropositifs au Covid dans un salon de beauté du Missouri. Les deux coiffeurs, qui étaient masqués, ont fourni des services à 139 personnes, qui étaient pour la plupart masquées, pendant plusieurs jours après avoir développé les symptômes du Covid-19. Les 67 clients qui ont ensuite choisi de se faire tester pour le coronavirus se sont révélés négatifs, et aucun des 72 autres n’a signalé de symptômes.

Cette étude présente des limites importantes. Tout d’abord, n’importe lequel des 72 clients non testés aurait pu avoir le Covid-19 mais être asymptomatique, ou bien avoir des symptômes qu’ils ont choisi de ne pas signaler au Greene County Health Department, l’entité qui a posé la question. L’absence apparente de propagation du Covid-19 pourrait être le résultat d’une bonne ventilation, d’une bonne hygiène des mains, d’une toux minimale de la part des coiffeurs, ou du fait que les coiffeurs, comme le notent les chercheurs, « coupent généralement les cheveux lorsque les clients ne sont pas face à eux ». Les chercheurs observent également que « l’excrétion virale » du coronavirus « est maximale pendant les 2 à 3 jours précédant l’apparition des symptômes. » Pourtant, aucun des clients qui ont vu les stylistes au moment où ils étaient le plus contagieux n’a été testé pour le Covid-19 ou interrogé sur les symptômes. Plus important encore, cette étude ne comporte pas de groupe de contrôle. Personne n’a la moindre idée du nombre de personnes qui auraient été infectées, le cas échéant, si aucun masque n’avait été porté dans le salon. À la fin de l’année dernière, dans une salle de sport de Virginie où les gens ne portaient apparemment pas de masques la plupart du temps, un entraîneur a été testé positif au coronavirus. Comme le rapporte CNN, la salle de sport a contacté toutes les personnes que l’entraîneur avait entraînées avant de tomber malade – 50 membres en tout – « mais aucun membre n’a développé de symptômes ». De toute évidence, cela ne prouve pas que le fait de ne pas porter de masque empêche la transmission.

Une autre étude mise en avant par les CDC, réalisée par Rader et al. a invité des personnes de tout le pays à répondre à un sondage. Le faible taux de réponse (11 %) – dont environ deux fois plus de femmes que d’hommes – indique que le mélange des répondants n’était guère aléatoire. L’étude a révélé qu' »un pourcentage élevé de port de masque facial déclaré est associé à une probabilité plus élevée de contrôle de la transmission », et « le pourcentage le plus élevé de porteurs de masque déclarés » se trouve, sans surprise, « le long des côtes et de la frontière sud, et dans les grandes zones urbaines. » Cependant, comme le notent les chercheurs, « il est difficile de dissocier l’engagement des individus dans le port du masque de leur adoption d’autres pratiques d’hygiène préventive, et le port du masque pourrait servir de substitut à d’autres comportements d’évitement du risque non interrogés ». De plus, parvenir à un meilleur « contrôle de la transmission » n’est pas du tout la même chose que de garantir moins de décès. Par exemple, par habitant, l’Utah se situe dans les dix premiers pays en termes de cas de Covid-19 et dans les dix derniers en termes de décès, tandis que le Massachusetts se situe dans la moitié inférieure en termes de cas et dans les cinq premiers en termes de décès.

Une autre étude d’observation, à laquelle les CDC ne font pas référence dans leur mémoire, est une vaste étude bayésienne internationale réalisée par Leech et al. Elle révèle que le port du masque par 100 % de la population  » correspond  » à une réduction de 24,6 % de la transmission du nouveau coronavirus. Les mandats de port de masque ne correspondent à aucune diminution de la transmission : « Pour les mandats, nous ne voyons aucune réduction : 0,0 %. » Cependant, comme toutes les études d’observation, cette étude est mal équipée pour démontrer la causalité, pour séparer les effets d’une seule variable parmi d’autres, souvent liées.

Les partisans des masques prétendent souvent que nous n’avons pas d’autre choix que de nous fier aux études d’observation plutôt qu’aux ECR, car ces derniers ne peuvent pas nous dire si les masques sont efficaces ou non. Mais ce qu’ils veulent vraiment dire, c’est qu’ils n’aiment pas ce que montrent les ECR.

L’essai contrôlé randomisé remonte, dans un sens, à 1747, lorsque le chirurgien de la Royal Navy James Lind a divisé les marins souffrant de cas similaires de scorbut en six paires et a essayé différentes méthodes de traitement sur chacune d’elles. Lind écrit : « La conséquence fut que les effets bénéfiques les plus soudains et les plus visibles furent perçus par l’utilisation des oranges et des citrons. »

Les essais contrôlés randomisés ont fini par s’imposer comme la méthode la plus fiable pour tester les interventions médicales. Le passage suivant, écrit par Abdelhamid Attia, docteur en médecine et professeur d’obstétrique et de gynécologie à l’université du Caire en Égypte, témoigne de sa prédominance :

L’importance des ECR pour la pratique clinique peut être illustrée par son impact sur le changement de pratique en matière de traitement hormonal substitutif (THS). Pendant des décennies, le THS a été considéré comme le traitement standard pour toutes les femmes ménopausées, symptomatiques et asymptomatiques. Les preuves de l’efficacité du THS reposaient toujours sur des études observationnelles [,] principalement des études de cohorte. Mais un seul ECR qui a été publié en 2002 . … a modifié la pratique clinique dans le monde entier, passant d’une utilisation libérale du THS à une utilisation conservatrice dans des cas symptomatiques sélectionnés et pendant la période la plus courte possible. En d’autres termes, un seul ECR bien mené a modifié la pratique qui reposait sur des dizaines, et probablement des centaines, d’études d’observation depuis des décennies.

 

Un essai contrôlé randomisé divise les participants en différents groupes sur une base aléatoire. Au moins un groupe reçoit une « intervention », ou un traitement, qui est généralement testé par rapport à un groupe témoin qui ne reçoit pas l’intervention. La double force d’un ECR est qu’il permet aux chercheurs d’isoler une variable – pour vérifier si une intervention donnée produit l’effet escompté – tout en rendant très difficile pour les chercheurs de produire leurs propres résultats préférés.

Cela est vrai au moins tant que les résultats d’un ECR sont basés sur une analyse « en intention de traiter », selon laquelle tous les participants sont maintenus dans le groupe de traitement auquel ils ont été initialement assignés et aucun n’est exclu de l’analyse, qu’ils aient ou non reçu le traitement prévu. Eric McCoy, médecin à l’Université de Californie, Irvine, explique que l’analyse en intention de traiter évite les biais et « préserve les avantages de la randomisation, ce qui ne peut être le cas lorsqu’on utilise d’autres méthodes d’analyse ».

Ces autres méthodes d’analyse comprennent l’analyse par sous-groupe, l’analyse multivariable et l’analyse par protocole. L’analyse par sous-groupes est susceptible de faire l’objet d’un « cherry-picking » – les chercheurs recherchant tout ce qui présente une signification statistique – ou d’être influencée par le hasard. Dans un exemple célèbre, on a découvert que l’aspirine aidait à prévenir les crises cardiaques mortelles, mais pas dans les sous-groupes où les signes astrologiques des patients étaient Gémeaux ou Balance.

« L’analyse multivariable », écrit Marlies Wakkee, médecin et docteur au centre médical de l’université Erasmus aux Pays-Bas, « ne tient compte que des facteurs de confusion mesurés », c’est-à-dire de ceux qu’un chercheur décide d’examiner. (Les facteurs de confusion sont des variables supplémentaires qui affectent l’analyse ; par exemple, on peut établir une corrélation entre la consommation de crème glacée et les coups de soleil, mais la chaleur est une variable de confusion qui influence les deux). Elle ajoute : « Il s’agit d’une différence importante par rapport aux essais contrôlés randomisés, où le processus de randomisation entraîne une distribution égale de tous les facteurs de confusion potentiels, connus et inconnus. »

L’analyse per-protocole s’écarte de la randomisation en permettant essentiellement aux participants de s’auto-sélectionner dans ou hors d’un groupe d’intervention. McCoy écrit : « Les preuves empiriques suggèrent que les participants qui adhèrent [aux protocoles de recherche] ont tendance à obtenir de meilleurs résultats que ceux qui n’y adhèrent pas, indépendamment de l’affectation au traitement actif ou au placebo ». En d’autres termes, l’analyse per-protocole est plus susceptible de suggérer qu’une intervention, même fausse, a fonctionné. De ces trois écarts par rapport à l’analyse en intention de traiter, l’analyse per-protocole est peut-être la plus extrême.

Avec ces différentes méthodes d’analyse à l’esprit, il devient plus facile d’évaluer les 14 ECR, menés dans le monde entier, qui ont testé l’efficacité des masques dans la réduction de la transmission des virus respiratoires. Parmi ces 14 études, les deux qui ont directement testé le « contrôle à la source » – l’affirmation souvent répétée que le port d’un masque profite aux autres – constituent un bon point de départ.

Une étude réalisée en 2016 à Pékin par MacIntyre et al., qui prétendait trouver un avantage possible des masques, ne s’est pas révélée très instructive, car une seule personne du groupe témoin – et une seule du groupe portant un masque – a développé une infection confirmée en laboratoire. Une étude réalisée en France en 2010 par Canini et al. est beaucoup plus éclairante : elle a placé au hasard des personnes malades, ou « patients index », et leurs contacts familiaux dans un groupe avec masque ou un groupe témoin sans masque. Les auteurs ont « observé une bonne adhésion à l’intervention », ce qui signifie que les patients de référence portaient généralement les masques à trois épaisseurs fournis comme prévu. (En l’espace d’une semaine, 15,8 % des contacts familiaux dans le groupe témoin sans masque et 16,2 % dans le groupe avec masque ont développé un « syndrome grippal ». Les deux groupes étaient donc pratiquement à égalité, l’infime avantage observé dans le groupe témoin n’étant pas statistiquement significatif. Les auteurs écrivent que l’étude « doit être interprétée avec prudence car le manque de puissance statistique nous empêche de tirer une conclusion formelle concernant l’efficacité des masques dans le contexte d’une épidémie saisonnière ». Cependant, ils déclarent sans équivoque : « Dans diverses analyses de sensibilité, nous n’avons pas identifié de tendance dans les résultats suggérant une efficacité des masques. »

Les deux ECR qui ont directement testé le contrôle de la source n’apportant essentiellement aucun soutien à l’affirmation selon laquelle le port d’un masque est bénéfique pour les autres, qu’en est-il des ECR qui testent la combinaison du contrôle de la source et de la protection du porteur ? En divisant les participants en un groupe d’hygiène des mains, un groupe d’hygiène des mains portant également des masques et un groupe témoin, trois ECR nous permettent de voir si l’ajout de masques (portés à la fois par la personne malade et par d’autres personnes) présente un avantage par rapport à l’hygiène des mains uniquement.

Une étude réalisée en 2010 par Larson et al. à New York a révélé que les personnes du groupe « hygiène des mains » étaient moins susceptibles de développer des symptômes d’une infection des voies respiratoires supérieures (42 % ont présenté des symptômes) que celles du groupe « masque plus hygiène des mains » (61 %). Ce résultat statistiquement significatif suggère que le port d’un masque réduit les avantages de l’hygiène des mains.

Une analyse multivariable de cette même étude a révélé une différence significative dans les taux d’attaque secondaire (le taux de transmission à autrui) entre le groupe masque plus mains et le groupe témoin. Sur cette base, les auteurs affirment que le port du masque « devrait être encouragé dans les situations d’épidémie ». Cependant, cette analyse multivariable a également révélé des taux significativement plus faibles dans les foyers surpeuplés –  » c’est-à-dire que les foyers plus surpeuplés avaient moins de transmission  » – ce qui a été testé à un niveau de confiance plus élevé. Ainsi, dans la mesure où cette analyse multivariable a apporté un soutien quelconque aux masques, elle a apporté au moins autant de soutien à la promiscuité.

Deux autres études n’ont pas trouvé de différences statistiquement significatives entre leurs groupes « masque plus mains » et « mains libres ». Une étude réalisée en 2011 à Bangkok par Simmerman et al. a observé des résultats très similaires pour les deux groupes. Une étude financée par les CDC et réalisée en 2009 à Hong Kong par Cowling et al. a observé que le groupe  » mains libres  » obtenait généralement de meilleurs résultats que le groupe  » masque plus mains « , mais pas de manière statistiquement significative. L’analyse du sous-groupe de Cowling et al. limitée aux interventions commencées dans les 36 heures suivant l’apparition des symptômes, a révélé que le groupe « masque et mains » a battu le groupe témoin de manière statistiquement significative dans une mesure, tandis que le groupe « mains » a battu le groupe témoin de manière statistiquement significative dans deux mesures. Résumant cette étude, Canini écrit qu' »aucun avantage supplémentaire n’a été observé lorsque [l’utilisation] du masque facial a été ajoutée à l’hygiène des mains par rapport à l’hygiène des mains uniquement. »

Donc, si les masques n’améliorent pas l’hygiène des mains seule, qu’en est-il des masques contre rien ?

Plusieurs essais cliniques randomisés ont étudié cette question, mais les preuves de l’efficacité des masques se sont révélées, au mieux, rares. À l’exception d’une étude réalisée en 2009 au Japon par Jacobs et al. qui a révélé que les personnes du groupe portant un masque étaient beaucoup plus susceptibles de souffrir de maux de tête et qu’il n’a pas été démontré que l’utilisation d’un masque facial chez les travailleurs de la santé était bénéfique, seuls deux ECR ont produit des résultats statistiquement significatifs dans le cadre d’une analyse en intention de traiter, et l’une de ces études s’est contredite.

L’étude de Simmerman et al. réalisée à Bangkok en 2011, déjà mentionnée, a révélé que le taux d’attaque secondaire de syndrome grippal (SG) était deux fois plus élevé dans le groupe masque plus hygiène des mains (18 %) que dans le groupe témoin (9 %), une différence statistiquement significative. (Le taux de SG était de 17 % dans le groupe « hygiène des mains uniquement »). Constatant essentiellement la même chose dans l’analyse multivariable, les chercheurs ont écrit que, par rapport au groupe témoin, les rapports de cotes du groupe « masque plus mains » et du groupe « hygiène des mains » « étaient deux fois plus élevés dans la direction opposée à l’effet protecteur hypothétique ».

Par la suite, une petite étude réalisée en 2014 (164 participants) par Barasheed et al. sur des pèlerins australiens en Arabie saoudite, logés dans des tentes, a révélé que beaucoup moins de personnes dans le groupe portant un masque ont développé un SG que dans le groupe témoin (31 % contre 53 %). Cependant, contrairement aux spécifications exactes de la fièvre utilisées dans d’autres ECR, cette étude a accepté l’autodéclaration d’une fièvre « subjective » pour déterminer si une personne avait un SG. Les tests de laboratoire ont révélé des résultats opposés, avec deux fois plus de participants ayant développé des virus respiratoires dans le groupe portant le masque que dans le groupe témoin. Les résultats des tests en laboratoire n’étaient pas statistiquement significatifs ; néanmoins, la plus grande fiabilité des tests en laboratoire ne permet pas d’affirmer que les masques utilisés dans cette étude ont apporté un réel bénéfice.

D’autres ECR n’ont pas trouvé de bénéfice statistiquement significatif des masques dans l’analyse en intention de traiter. Une étude pilote réalisée en 2008 par Cowling et al. à Hong Kong a observé que les taux d’attaque secondaire, selon la définition de SG des CDC, étaient deux fois plus élevés dans le groupe portant un masque (8 %) que dans les groupes d’hygiène des mains (4 %) ou de contrôle (4 %), mais ces différences observées n’étaient pas statistiquement significatives.

D’autres méthodes d’analyse, s’écartant de l’analyse en intention de traiter, ont permis d’obtenir les résultats suivants.

Une analyse per-protocole d’une étude réalisée en 2009 à Sydney par MacIntyre et al. a révélé un effet significatif en combinant le groupe portant un masque chirurgical avec un groupe portant des respirateurs hospitaliers N95. Cependant, les auteurs écrivent qu’un « lien de causalité ne peut être démontré car l’adhésion n’a pas été randomisée. »

Dans l’analyse de sous-groupes d’études menées en 2010 et 2012 dans le Michigan par Aiello, et al, limitée aux dernières semaines des études respectives, le groupe masque plus mains de chaque étude présentait des taux de SG significativement inférieurs à ceux du groupe témoin, alors que le groupe masque seul n’en présentait pas. En 2010, les résultats du groupe avec masque seul laissaient également entrevoir un léger avantage, réduisant le nombre de SG de 8 à 10 % (mais pas de manière statistiquement significative). En 2012, les auteurs ont conclu que « les masques seuls n’ont pas apporté de bénéfice ». Ils ont néanmoins recommandé la combinaison de l’utilisation du masque et de l’hygiène des mains, bien qu’ils n’aient pas testé si cette combinaison fonctionne mieux que l’hygiène des mains seule.

Une analyse multivariable d’une petite étude (218 participants) réalisée en 2012 en Allemagne par Suess et al. a révélé que la combinaison du groupe « masque » et du groupe « masque plus mains », tout en limitant l’analyse aux interventions commencées dans les 48 heures, a permis de constater des niveaux significativement plus faibles de grippe confirmée en laboratoire (mais pas de SG) dans ce groupe combiné (mais pas dans les deux groupes séparément). Les auteurs, originaires de Berlin, ont recommandé le port du masque et l’hygiène des mains, tout en précisant que « les préoccupations relatives à l’acceptabilité et à la tolérance des interventions ne devraient pas être une raison pour ne pas les recommander. »

Le seul ECR à avoir testé l’efficacité spécifique du port du masque contre le Covid-19 est une étude réalisée en 2020 par Bundgaard, et al. au Danemark. Cet ECR de grande envergure (4 862 participants) a réparti les personnes entre un groupe portant un masque (fournissant des masques chirurgicaux à trois couches de « haute qualité ») et un groupe témoin. L’étude s’est déroulée à un moment (printemps 2020) où le Danemark encourageait la distanciation sociale, mais pas le port du masque, et 93 % des personnes du groupe portant un masque l’ont porté au moins « principalement selon les recommandations ». L’étude a révélé que 1,8 % des personnes du groupe masqué et 2,1 % des personnes du groupe témoin ont été infectées par le Covid-19 dans un délai d’un mois, cette différence de 0,3 point n’étant pas statistiquement significative.

Cette étude – le premier ECR sur la transmission du Covid-19 – a apparemment eu du mal à être publiée. Après la publication de l’étude, Vinay Prasad, médecin à l’Université de Californie à San Francisco, l’a qualifiée de « réfléchie », « utile » et « bien faite », mais a noté (avec des critiques) : « Certains se sont tournés vers les médias sociaux pour demander pourquoi un essai qui pourrait diminuer l’enthousiasme pour les masques et être mal interprété a été publié dans une revue médicale de premier plan. »

Pendant ce temps, le site Web des CDC présente l’ECR danois (avec ses 4 800 participants) comme étant beaucoup moins pertinent ou important que l’étude d’observation des coiffeurs du Missouri sans groupe de contrôle, rejetant le premier comme étant  » non concluant  » et  » trop petit « , tout en louant le second, étonnamment, comme  » montrant que le port d’un masque empêche la propagation de l’infection  » – alors qu’il n’a rien montré de tel.

Chacun des ECR discutés jusqu’à présent, 13 au total, a examiné l’efficacité des masques chirurgicaux et n’a trouvé que peu ou pas de preuves de leur efficacité et certaines preuves qu’ils pourraient en fait augmenter la transmission virale. Aucun de ces 13 ECR n’a examiné l’efficacité des masques en tissu. « Les masques en tissu », selon l’ancien directeur des CDC Robert Redfield, « sont l’une des armes les plus puissantes dont nous disposons. »

Un ECR a testé ces masques que tant de responsables de la santé publique de haut niveau ont vanté. Ce « premier ECR sur les masques en tissu », selon les propres termes de l’essai (c’est apparemment toujours le seul), était une étude de 2015 réalisée par MacIntyre, et al. à Hanoi, au Vietnam. Une étude relativement importante, avec plus de 1 100 participants, elle a testé les masques en tissu contre les masques chirurgicaux et ne comportait pas de groupe témoin sans masque. L’essai a testé la protection des travailleurs de la santé, en leur demandant de porter un masque en tissu à deux couches à tout moment pendant chaque poste (« sauf aux toilettes ou pendant les pauses thé ou déjeuner ») pendant quatre semaines.

L’étude a révélé que les personnes du groupe portant le masque en tissu avaient 13 fois plus de chances (2,28 % contre 0,17 %) de développer un syndrome grippal que celles du groupe portant le masque chirurgical – une différence statistiquement significative. L’essai a également testé en laboratoire les taux de pénétration et a révélé que si les masques chirurgicaux étaient « médiocres » pour empêcher la pénétration des particules (laissant passer 44 %), les masques en tissu étaient « extrêmement médiocres », laissant passer 97 %. (Les masques respiratoires hospitaliers N95 laissent passer 0,1 %).

Les auteurs écrivent que le port d’un masque en tissu « peut potentiellement augmenter le risque d’infection » pour les travailleurs de la santé. « Le virus peut survivre à la surface des masques », expliquent-ils, tandis qu' »un masque en tissu contaminé peut transférer l’agent pathogène du masque aux mains nues du porteur », ce qui pourrait conduire à « compromettre l’hygiène des mains ». Quant au double-masquage, les auteurs écrivent : « Les observations faites pendant le SRAS suggèrent que le double-masquage … augmente le risque d’infection en raison de l’humidité, de la diffusion des liquides et de la rétention des agents pathogènes. » En l’absence de recherches supplémentaires, ils concluent que « les masques en tissu ne devraient pas être recommandés ».

MacIntyre et plusieurs autres auteurs de cette étude, peut-être sous la pression des CDC ou d’autres entités ayant des agendas similaires, ont publié ce que les CDC appellent une « étude de suivi », en septembre 2020. Ce suivi n’est pas vraiment une étude, et certainement pas un nouvel ECR, mais les CDC le citent favorablement tout en dénigrant l’étude originale, qui, selon les CDC, « présentait un certain nombre de limites ». Ce suivi de 2020 revient à peu près à publier la constatation que lorsque les hôpitaux lavaient les masques en tissu, les travailleurs de la santé étaient deux fois moins susceptibles d’être infectés que lorsqu’ils lavaient eux-mêmes les masques en tissu. Pourtant, la publication de 2020 dit : « Nous ne recommandons pas les masques en tissu pour les travailleurs de la santé », tout comme la publication de 2015.

D’autres examens des preuves ont été mitigés mais sont généralement arrivés à des conclusions similaires. Certains défenseurs du port du masque admettent que les données des ECR sont « peu concluantes », mais citent d’autres formes de données qui ont mal résistéUne étude réalisée pour Cochrane Reviews par Jefferson et al. qui examine 13 des 14 ECR dont il est question ici (tous sauf l’étude Covid-19 du Danemark) fait état d’une « incertitude quant aux effets des masques faciaux  » et écrit que « les résultats regroupés des essais randomisés n’ont pas montré une réduction claire de l’infection virale respiratoire avec l’utilisation de masques médicaux/chirurgicaux pendant la grippe saisonnière ». Entre-temps, une étude de Perski et al, qui a effectué une analyse bayésienne de 11 des 14 essais randomisés dont il est question ici, a conclu qu’en ce qui concerne « les avantages ou les inconvénients du port de masques faciaux… les preuves scientifiques doivent être considérées comme équivoques ». Ils écrivent : « Les preuves disponibles provenant d’ECR sont équivoques quant à savoir si le port de masques faciaux en milieu communautaire entraîne ou non une réduction des infections respiratoires virales confirmées cliniquement ou en laboratoire. »

En résumé, sur les 14 ECR qui ont testé l’efficacité des masques dans la prévention de la transmission des virus respiratoires, trois suggèrent, mais ne fournissent aucune preuve statistiquement significative dans l’analyse en intention de traiter, que les masques pourraient être utiles. Les onze autres suggèrent que les masques sont soit inutiles – que ce soit par rapport à l’absence de masques ou parce qu’ils ne semblent pas s’ajouter à une bonne hygiène des mains – soit contre-productifs. Sur les trois études qui ont fourni des preuves statistiquement significatives dans l’analyse en intention de traiter et qui n’ont pas été contredites dans la même étude, l’une a trouvé que la combinaison des masques chirurgicaux et de l’hygiène des mains était moins efficace que l’hygiène des mains seule, une autre a trouvé que la combinaison des masques chirurgicaux et de l’hygiène des mains était moins efficace que rien, et une dernière a trouvé que les masques en tissu étaient moins efficaces que les masques chirurgicaux.

Hiram Powers, sculpteur néoclassique du XIXe siècle, a observé avec acuité que « l’œil est la fenêtre de l’âme, la bouche la porte. L’intellect, la volonté, sont vus dans l’œil ; les émotions, les sensibilités et les affections, dans la bouche ». Les meilleures preuves scientifiques disponibles suggèrent que le peuple américain, faisant confiance avec crédulité à ses responsables de la santé publique, a bloqué la porte de l’âme sans bloquer la transmission du nouveau coronavirus.

Traduction de City Journal par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents