Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Nouvelles découvertes sur le site d'Héracléion

Publié par wikistrike.com sur 17 Août 2021, 10:18am

Catégories : #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

De précieux dons faits de céramiques importées de l'Attique ont été déposés à des fins funéraires par les colons grecs de Thonis-Heracleion. Fin Ve, début IVe siècle avant notre ère. Photo : Christoph Gerigk ©Franck Goddio/Fondation Hilti

De précieux dons faits de céramiques importées de l'Attique ont été déposés à des fins funéraires par les colons grecs de Thonis-Heracleion. Fin Ve, début IVe siècle avant notre ère. Photo : Christoph Gerigk ©Franck Goddio/Fondation Hilti

Des trésors archéologiques, notamment des céramiques grecques et des paniers en osier vieux de 2 400 ans remplis de fruits, ont été découverts sur le site de l'ancienne ville engloutie de Thonis-Heracléion, au large des côtes égyptiennes.

Thonis-Heracléion était le plus grand port méditerranéen d'Égypte avant qu'Alexandre le Grand ne fonde Alexandrie en 331 avant notre ère. 

 

Une équipe de l'Institut européen d'archéologie sous-marine (IEASM), dirigée par l'archéologue marin français Franck Goddio, étudie la région depuis des années. 

Leur mission de 2021, menée en étroite coopération avec le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités, a révélé des résultats extrêmement intéressants sur le site de Thonis-Heracléion dans la baie d'Aboukir.

Le long du canal d'entrée nord-est de la ville submergée, l'équipe a trouvé les restes d'un grand tumulus, en fait une zone funéraire grecque. 

Il était "couvert de somptueuses offrandes funéraires" remontant au début du IVe siècle avant notre ère.

Le tumulus mesure environ 60 mètres de long et huit mètres de large, et "ressemble à une sorte d'île entourée de canaux", a précisé l'IEASM. 

"Partout, nous avons trouvé des traces de matériel brûlé", a déclaré Goddio, "Des cérémonies spectaculaires ont dû avoir lieu là-bas. L'endroit doit avoir été scellé pendant des centaines d'années car nous n'avons trouvé aucun objet datant de plus du début du IVe siècle avant notre ère, même si la ville a vécu plusieurs centaines d'années après cela." 

 

 
Un fragment de panier ramené à la surface par l'équipe. Photo: Christoph Gerigk/Franck Goddio/Fondation Hilti

 

 Parmi les offrandes, qui comprenaient des céramiques grecques de luxe importées, les archéologues ont fait une découverte encore plus étonnante: des paniers en osier encore remplis de pépins de raisin et de fruits de doum, le fruit d'un palmier africain, que l'on trouve souvent dans les tombes.

"Ils sont restés intacts sous l'eau depuis 2 400 ans, peut-être parce qu'ils ont été placés dans une pièce souterraine ou ont été enterrés peu de temps après avoir été offerts", a dit l'IEASM, "La découverte illustre magnifiquement la présence de marchands et de mercenaires grecs qui vivaient à Thonis-Héracléion, la ville qui contrôlait l'entrée de l'Égypte à l'embouchure de la branche canope du Nil".

Les Grecs ont été autorisés à s'installer dans la ville à la fin de la période pharaonique et ont construit leurs propres sanctuaires à proximité du temple massif d'Amon. 

Cependant, les chercheurs ont déclaré que plusieurs tremblements de terre suivis de raz de marée ont causé l'effondrement sous la mer d'une portion de 110 kilomètres carrés du delta du Nil, entraînant avec elle les villes de Thonis-Heracleion et de Canopus. 

 

Thonis-Heracleion a été redécouvert en 2000 et Canopus en 1999. 

Lors de leur mission de 2021, dans un autre quartier de la ville, Goddio et son équipe ont retrouvé immergé sous les eaux une galère ptolémaïque, qui a coulé après avoir été heurtée par d'énormes blocs du temple d'Amon. 

La galère était amarrée dans le canal qui coulait le long de la face sud du temple lorsque le bâtiment a été détruit lors d'un événement cataclysmique au IIe siècle avant notre ère. Les chutes de blocs du temple ont protégé la galère coulée en la clouant au fond du canal, qui était alors rempli de débris.

Les archéologues ont pu détecter la galère en utilisant "un prototype pour profiler les fonds marins", a précisé l'IEASM. Cette technologie de pointe est capable de déterminer les propriétés physiques du fond marin et de définir des informations géologiques à quelques mètres sous le fond marin. 

"Les trouvailles de galères rapides de cette période restent extrêmement rares", a expliqué Goddio. "Le seul autre exemple à ce jour étant le navire punique Marsala (235 avant notre ère). Avant cette découverte, les navires hellénistiques de ce type étaient complètement inconnus des archéologues."

 

Source:

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents