Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pfizer vient d’obtenir l’approbation complète de la FDA pour son vaccin contre le COVID – Mais il y a juste un hic…

Publié par wikistrike.com sur 26 Août 2021, 10:09am

Catégories : #Santé - psychologie

Pfizer vient d’obtenir l’approbation complète de la FDA pour son vaccin contre le COVID – Mais il y a juste un hic…

Pfizer a reçu l’approbation complète de la FDA hier.

« Cette décision en ferait le premier vaccin Covid à passer d’une autorisation d’utilisation d’urgence à une approbation complète par la FDA ».

Dans cette optique, il convient de rappeler que Pfizer et Moderna ont tous deux mis fin aux essais cliniques que la FDA utilisait dans son examen :

Les tests des vaccins de Moderna et de Pfizer ont été menés, comme à l’accoutumée, avec un groupe témoin ; un groupe au sein de l’essai qui a reçu un placebo et non le vaccin testé. Cependant, au cours de l’essai – et après que les vaccins non testés aient reçu une autorisation d’utilisation d’urgence – les fabricants de vaccins chargés de l’essai ont décidé de rompre le protocole et d’informer le groupe témoin qu’il n’était pas vacciné. Presque tous les membres du groupe témoin ont alors reçu le vaccin.

Le fait de dissoudre délibérément le groupe placebo va à l’encontre de l’objectif scientifique qui consiste à vérifier si le vaccin est efficace, s’il présente des avantages réels ou des problèmes de sécurité. Sans groupe témoin, il n’y a rien à quoi comparer le groupe vacciné. Selon la National Public Radio (NPR), les médecins ont volontairement perdu le groupe témoin dans l’essai clinique du comté de Johnson (Lexena, Kansas) :

(Via la NPR)

[…] « Le Dr Carlos Fierro, qui dirige l’étude là-bas, affirme que chaque participant a été rappelé après que la Food and Drug Administration a autorisé le vaccin.

« Au cours de cette visite, nous avons discuté des options, qui incluaient de rester dans l’étude sans le vaccin », dit-il, « et étonnamment, certaines personnes – deux ou trois – ont choisi cette option ».

Il pense que ces personnes ont été effrayées par les rumeurs concernant le vaccin. Mais toutes les autres personnes qui ont reçu le placebo se sont fait vacciner. Fierro n’a donc plus de groupe de comparaison pour l’étude en cours. « C’est une perte d’un point de vue scientifique, mais compte tenu des circonstances, je pense que c’est la bonne chose à faire », dit-il.

Les personnes qui se sont inscrites à ces études n’ont pas reçu de promesse de traitement spécial, mais une fois que la FDA a autorisé les vaccins, leurs concepteurs ont décidé de les offrir ». (lire la suite)

Pour que les choses soient claires, l’autorisation finale de la FDA et l’approbation des vaccins sont basées sur les résultats de ces essais. Comme indiqué dans l’exemple ci-dessus, le groupe témoin a été intentionnellement perdu sous les auspices de « la bonne chose à faire », il n’y a donc aucun moyen de mesurer l’efficacité, l’efficience ou la sécurité du vaccin lui-même.

Il n’y a plus personne dans le groupe de contrôle, d’une valeur statistiquement valide, pour donner une comparaison adéquate des résultats pour les vaccinés par rapport aux non-vaccinés. C’est dingue. Cet article de la NPR est à mettre dans les favoris quand les gens commencent à prétendre que la vaccination est efficace.

Comment le vaccin peut-il ne pas être considéré comme efficace alors qu’il n’y a pas de groupe de personnes non-vaccinées auquel comparer les résultats ?

Bon sang, l’ensemble du système de santé fonctionne selon un esprit de ruche massif où la science et la méthode scientifique sont jetées par la fenêtre en faveur de résultats idéologiques et de prophéties auto-réalisatrices.

Le fait que les chercheurs et les médecins, apparemment à la solde des sociétés pharmaceutiques qui ont un intérêt financier direct dans le résultat du vaccin, aient délibérément perdu le groupe de contrôle est alarmant.

Bien sûr, Big Pharma va promouvoir le vaccin comme bénéfique, et les médias contrôlés vont promouvoir ce message avec une déconnexion totale des détails de l’essai clinique, et la FDA va accorder l’approbation sur des résultats qui ont été intentionnellement conçus pour produire un seul résultat.

Comme l’a fait remarquer le Dr Malone, l’approche thérapeutique de bon sens devrait être l’objectif principal, et non la vaccination, pour les systèmes de soins de santé en cours, car les variants du COVID-19 vont continuer à évoluer. En fin de compte, le processus d’immunité naturelle sera globalement plus bénéfique que la vaccination, qui nécessitera des rappels continus pour faire face aux variantes en constante évolution (une approche similaire à celle utilisée pour faire face aux souches de grippe récurrentes et en évolution). Le Dr Malone a soutenu sa position avec l’accord du principal vaccinologue britannique, Sir Andrew Pollard (courte vidéo) :

 

En substance, le Dr Andrew Pollard (directeur de l’Oxford Vaccine Group au Royaume-Uni) et le Dr Malone affirment que les variants du virus COVID-19 continueront à se propager dans la population, quel que soit le statut vaccinal, et que le virus continuera à évoluer vers des souches plus infectieuses mais moins mortelles ou pathogènes.

 

Il n’existe tout simplement aucun moyen de vacciner la population et d’arrêter la propagation des variants du COVID, car les personnes vaccinées contracteront et propageront le virus tout comme les personnes non vaccinées. L’approche vaccinale doit être ciblée sur les personnes âgées et les personnes les plus à risque.

En ce qui concerne la position du Dr Malone, étant donné que le vaccin lui-même n’a pas été testé et que personne ne connaît ses effets secondaires à long terme, les avantages du vaccin doivent être évalués en fonction de l’état de santé actuel de la personne. Les populations âgées, dont la réponse immunitaire est plus faible, devraient être la cible de la vaccination ; elles sont les plus à risque. Cependant, les personnes plus jeunes – moins à risque – bénéficieront probablement davantage d’un traitement thérapeutique après l’exposition *si* elles présentent des symptômes.

Le problème est le suivant : … cette approche de bon sens est moins favorable aux intérêts de l’industrie pharmaceutique et des systèmes de soins de santé qui sont contrôlés par les mécanismes financiers à l’intérieur du secteur des soins de santé. Il est évident que Big Pharma gagnerait moins d’argent avec une population cible plus petite pour la vaccination ; par conséquent, l’approche thérapeutique est une menace pour l’approche préférée de ceux qui exploitent le modèle commercial. C’est la bataille politique globale.

L’influence des grandes sociétés pharmaceutiques, au sein des institutions de soins de santé contrôlées par les gouvernements au niveau mondial, est énorme. Ce point de vue est à l’origine de la campagne de vaccination et du récit du vaccin comme étant la *seule* et *meilleure* solution. Toute personne qui soulève un point, n’importe quel point, en opposition à l’approche de la vaccination de masse obligatoire devient alors une cible à isoler, à marginaliser, à ridiculiser et à éliminer.

De la folie….


source : https://theconservativetreehouse.com

traduit par Aube Digitale

via https://www.aubedigitale.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents