Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un plombier palestinien a été abattu par des soldats israéliens alors qu’il tentait de réparer une panne d’eau : il tenait une clé à molette

Publié par wikistrike.com sur 8 Août 2021, 08:32am

Catégories : #Politique internationale

Un plombier palestinien a été abattu par des soldats israéliens alors qu’il tentait de réparer une panne d’eau : il tenait une clé à molette

Pourquoi les soldats ont-ils tué cet homme ? Et pourquoi Israël refuse-t-il de rendre son corps ?

La conférence de presse, si on peut l’appeler ainsi, était pathétique. Triste. Sans espoir. Deux dizaines d’hommes âgés – des fonctionnaires de l’Autorité palestinienne et des notables locaux, ainsi que le père et le fils en deuil – se tenaient à l’entrée de leur village sous le soleil brûlant de midi, tenant de grandes affiches. Les microphones des chaînes de télévision locales sont passés de main en main, les discours ont été prononcés, les belles paroles ont été prononcées – et tout le monde savait que leurs paroles n’étaient que du vent.

Leith Shurafi tenant une affiche de deuil pour son père Shadi, qui a été tué la semaine dernière

Le cadre, lui aussi, était pathétique. Les manifestants se tenaient entre le marché de gros du village et son usine de taille de pierre, au milieu de piles putrides de fruits pourris, principalement des mangues, et des déchets de l’usine. Derrière eux était garé un camion portant l’inscription, en hébreu, comme une invitation, « Des millions de personnes ne peuvent pas se tromper », le slogan de la société St. Moritz, qui fabrique des produits de nettoyage et d’extermination des parasites.

Que des millions de personnes aient raison ou tort, ce village, Beita, qui se trouve entre Tapuah Junction et Naplouse en Cisjordanie, a déclaré le début d’une campagne pour le retour du corps de l’un de ses meilleurs fils, le plombier du village, Shadi Shurafi. Il a été tué la semaine dernière, mardi soir, par des soldats des Forces de défense israéliennes de la brigade Kfir, alors qu’il se tenait près de ce qui semble être les principales vannes d’eau du village, en bas de la route de l’entrée, tenant une clé à molette.

Les dirigeants du village et les responsables de l’Autorité palestinienne ont menacé de lancer une opération région morte tant que la famille du plombier décédé n’aura pas reçu son corps pour l’inhumer. Selon les responsables, Israël détient – de manière effroyable – les dépouilles d’environ 300 Palestiniens, dans le cadre de l’opération d’exploitation de cadavres en cours, qui est censée avoir pour but la restitution par le Hamas des dépouilles de deux soldats de Tsahal tués dans la bande de Gaza en 2014, le lieutenant Hadar Goldin et le sergent-chef Oron Shaul.

Tout le monde sait que les corps des soldats, ainsi que les deux civils israéliens captifs détenus à Gaza, ne seront rendus qu’en échange de prisonniers palestiniens vivants purgeant leur peine dans les prisons israéliennes. Mais pourquoi ne pas accumuler les corps et accentuer la douleur des familles des morts palestiniens ?

Saad Shurafi, sur le site où son frère Shadi a été tué. Une guerre s’est ensuivi pour le retour du corps du plombier

Les habitants du village militant de Beita n’ont pas l’intention de céder de sitôt : Ils sont convaincus que leur plombier n’a rien fait pour justifier qu’on lui tire dessus à balles réelles, alors qu’il était manifestement en service. Au cours de la conférence de presse, qui consistait en un recueil de déclarations à l’intention des médias locaux de Hawara et des environs, Leith, le fils de Shurafi, âgé de 13 ans, a fait face aux caméras d’un air sombre, tandis que le père du défunt, Omar, s’est efforcé de ne pas fondre en larmes.

Ils étaient positionnés sous un monument en pierre portant une carte de la Palestine, qui fait office de porte d’entrée du village. Ce matin-là, deux jeeps des FDI étaient stationnées à l’entrée du village, à  quelques centaines de mètres de là. L’armée connaît à l’avance tous les rassemblements qui ont lieu ici. Une ambulance palestinienne était également sur les lieux, attendant l’évolution de la situation. Cinq manifestants palestiniens ont été tués ici au cours des dernières semaines, dans la bataille pour le terrain de l’avant-poste de colons Evyatar, situé à proximité, qui a été arraché par la force à plusieurs villages de la région. Quatre de ces personnes étaient originaires de Beita, et le plombier vient de s’ajouter à la liste.

Les orateurs de la conférence de presse de lundi, lors de notre visite, étaient à l’image de l’AP elle-même. Fatigués, sans expression, ils délivraient leur baratin en pilotage automatique. Il y avait un représentant du ministère palestinien de l’information, des fonctionnaires d’autres ministères et à leurs côtés l’omniprésent Khairi Hannoun, 62 ans, un manifestant d’Anabta. Il participe à des manifestations dans toute la Cisjordanie en portant des vêtements palestiniens traditionnels, un drapeau palestinien attaché à sa canne et un keffieh sur la tête. On l’a surnommé le George Floyd palestinien, car en septembre dernier, un soldat israélien l’a frappé tandis qu’un autre appuyait sur sa gorge avec son pied. Hannoun s’en est mieux sorti que le Floyd original, et il participe maintenant à la manifestation de Beita.

À la fin des discours, nous avons vu les participants commencer à marcher vers les soldats. Une autre jeep de l’armée a été appelée, ainsi que quelques soldats à pied, qui ont pris position le long de la route. Les manifestants âgés marchaient bras dessus bras dessous, en scandant : « Par le sang et par le feu, nous te rachèterons, ô martyr ». À quelques mètres des soldats, ils se sont arrêtés. Un instant plus tard, les soldats ont tiré deux grenades lacrymogènes sur eux, mais les manifestants ont tenu bon malgré le bruit effrayant et le gaz piquant. Ils sont restés muets face aux soldats, qui se sont comportés avec une relative retenue, peut-être parce qu’ils voient que les manifestants ont le même âge que leurs propres grands-pères.

Ces soldats sont les enfants de nos amis et les amis de nos enfants, et maintenant nous nous tenions face à eux, nous mêlant aux habitants de Beita qui se battent pour récupérer un corps. Ces gens sont les « Goldin1 de Beita » mais sans les voyages médiatisés à l’étranger et la machine de relations publiques de la famille israélienne de l’un des deux soldats dont la dépouille est retenue à Gaza depuis sept ans. Des drapeaux israéliens flottent dans la brise sur les lampadaires de la principale route d’accès au village, comme s’il s’agissait d’un territoire israélien souverain.

Leith, le fils de Shadi Shurafi, sur le lieu de la mort de son père

Après un court moment, les manifestants ont fait demi-tour et se sont dirigés vers la salle rénovée du centre du village, où ils ont rendu hommage à la famille en deuil. Omar, qui avait retenu ses larmes pendant l’événement de presse, ne pouvait plus se contenir et s’est mis à pleurer amèrement, de manière incontrôlable, les villageois le serrant dans leurs bras. Le jeune visage de Leith était sans émotion, traumatisé. Il portait un T-shirt jaune sur lequel étaient inscrits les mots « Dolce & Gabbana ». En plus de lui, Shurafi a laissé derrière lui trois autres enfants, tous plus jeunes que Leith.

Leur père a été employé pendant 17 ans par le conseil du village en tant que plombier, et il a également travaillé dans les villages voisins, notamment dans la ville de Hawara. Il conduisait une jeep BMW X5 de 2015, avec laquelle il a quitté sa maison mardi dernier après 22 heures. Pourquoi est-il sorti ? Où est-il allé ? Pourquoi s’est-il arrêté près de la collection de vannes en face du petit réservoir d’eau potable des colons ? Ce n’est pas clair. Son frère Saad, 43 ans, raconte que Shurafi a été appelé jour et nuit, et fréquemment, pour vérifier le système d’eau local, comme il l’a été cette nuit fatidique, lorsque l’approvisionnement en eau des villageois s’est arrêté. Le système est défectueux et l’approvisionnement est fréquemment interrompu.

Saad a vu son frère cet après-midi-là, nous a-t-il dit, alors qu’il remplissait la petite piscine qu’il avait placée sur le toit de sa maison pour les enfants. Le conseil local a appelé son frère le soir même, dit Saad, et lui a demandé de s’occuper de la panne d’eau. Il a conduit sa jeep jusqu’à l’entrée de Beita, puis a tourné vers le sud sur la route 60. Il s’est garé à une courte distance du village, à côté d’une casse, le seul endroit où il est possible de se garer sur cette route principale, qui n’a pas d’accotements. Il est sorti de son véhicule et a fait quelques dizaines de mètres, puis a traversé l’autoroute vers l’est, exactement comme nous l’avons fait cette semaine avec son frère et son fils en deuil. C’était la première fois qu’ils se rendaient sur place depuis la mort de leur proche.

D’un côté de l’autoroute se trouve un petit réservoir et d’autres installations d’eau qui sont protégés par un garde armé d’une mitraillette – comme c’était le cas lorsque nous y étions cette semaine. De l’autre côté, on trouve des tuyaux, des vannes et des robinets entourés d’une clôture percée de trous. C’est là que Shurafi s’est dirigé. Les vannes et autres se trouvent à quelques mètres de l’autoroute, au-delà de son rail de sécurité, sur une pente. Derrière elles se trouve une oliveraie. Il n’y a pas de panneaux d’avertissement indiquant que l’entrée est interdite. Selon Saad, tous les mécanismes liés à l’eau qui se trouvent là sont reliés à l’approvisionnement de Beita.

Il était 22 h 30 et, à part Shurafi et ses tueurs, il n’y avait apparemment personne dans les environs. Dans les maisons situées non loin de la route, les gens étaient encore dehors et ont soudainement entendu des coups de feu brisant le calme. Les habitants ont dit plus tard à Saad qu’ils avaient compté environ 12 coups de feu. À 23 h 30, Saad a lu sur Facebook que son frère avait été tué par des soldats.

Que s’est-il passé ?

Une déclaration publiée par l’unité du porte-parole des FDI après l’incident indique que Shurafi avait avancé rapidement vers les soldats du Kfir, tenant ce qui leur semblait être une barre de fer. Ils ont tiré en l’air, il ne s’est pas arrêté – et ils l’ont tué.

En réponse à une question de Haaretz, le porte-parole a écrit : « Suite à cet incident, une enquête de la police militaire a été lancée, à l’issue de laquelle les conclusions seront transmises pour examen à l’unité de l’avocat général militaire. Le corps est détenu par les FDI conformément aux procédures. La question de la restitution du corps est examinée par les personnes compétentes et est soumise aux décideurs politiques ».

Certains voisins ont vu Shurafi sortir de son véhicule avec une clé à molette et marcher lentement vers les vannes d’eau. Sur une photo publiée après sa mort, on voit une clé à molette posée sur le sol et, à côté, un paquet de Marlboro et une tache de sang. La tache de sang était sèche cette semaine quand nous sommes arrivés sur place. Pourquoi les soldats ont-ils tué cet homme ? Et pourquoi Israël refuse-t-il de rendre son corps ?

Lundi de cette semaine, Saad s’est rendu au bureau israélien de coordination et de liaison à Hawara, dans une tentative désespérée de récupérer le corps de son frère. Une femme officier lui a dit poliment, raconte-t-il, qu’ils savaient que son frère avait un casier judiciaire vierge et qu’il n’avait apparemment rien fait, mais elle a ajouté que la restitution de son corps n’était pas du ressort de l’administration civile. « Elle a dit que quelqu’un de haut placé déciderait et qu’ils me feraient savoir ». L’officier lui donne alors la carte d’identité de son frère. Il l’ouvre maintenant et éclate en sanglots.

Pendant ce temps, la route menant à la sortie de Beita est complètement bloquée par les manifestants. Après que les anciens du village ont quitté la conférence de presse, les jeunes sont arrivés. Une voiture devant nous transportait des pneus sur son toit pour les brûler, mais ce n’était pas nécessaire car une épaisse fumée noire s’élevait déjà au-dessus de la route et à l’entrée du village. Des pierres ont été lancées avec des lance-pierres, des grenades lacrymogènes ont été tirées, et pendant un moment, il a semblé que nous étions en guerre – une guerre pour le corps du plombier de Beita.


source : https://archive.vn

traduit par Fausto Giudice

via https://tlaxcala-int.blogspot.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents