Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une lanceuse d’alertes du gouvernement Américain signe une déclaration sous serment affirmant que plus de 45 000 personnes sont mortes en raison du vaccin

Publié par wikistrike.com sur 23 Août 2021, 11:40am

Catégories : #Santé - psychologie

Une lanceuse d’alertes du gouvernement Américain signe une déclaration sous serment affirmant que plus de 45 000 personnes sont mortes en raison du vaccin

Le fait que le gouvernement refuse de faire la moindre tentative de suivi du nombre de décès dus aux vaccins aurait dû être le premier indicateur que quelque chose ne tourne pas rond.

S’il était parfaitement sans danger, il ne s’agirait pas du premier médicament expérimental jamais commercialisé dans l’histoire à ne faire l’objet d’aucun suivi.

Via LifeSiteNews :

Un programmeur informatique lié au gouvernement, qui travaille dans l’analyse de données sur les soins de santé, a fait une déclaration sous peine de parjure selon laquelle, d’après les demandes de remboursement de frais médicaux soumises aux Centers for Medicare and Medicaid Services (CMS), il y a « au moins 45 000 » décès liés aux injections du vaccin contre le COVID-19.

Cette annonce dramatique a été faite en début de semaine par Thomas Renz, avocat basé dans l’Ohio, lors de l’étape du ReAwaken America Tour de Clay Clark à Anaheim en Californie. Thomas Renz reste l’un des principaux avocats dans plusieurs affaires majeures intentées contre des agences fédérales pour fraude et violation des droits à la liberté médicale.

« Je dépose aujourd’hui des documents devant un tribunal fédéral », a déclaré M. Renz à la foule enthousiaste. Ce dépôt est « basé sur une déclaration sous serment, sous la menace d’un parjure », d’une femme experte lanceuse d’alertes qui a attesté « qu’il y a eu au moins 45 000 décès dus à ce vaccin ».

 

De plus, ces chiffres sont « basés sur le nombre de personnes décédées dans les trois jours suivant l’administration du vaccin dans un seul système qui fait rapport au gouvernement fédéral ».

Renz a poursuivi en expliquant qu' »il y aurait environ 11 ou 12 systèmes qui signalent les décès et les blessures au gouvernement », et il estime que les chiffres réels sont « immensément plus élevés » que les 45 000 décès, même s’il ne peut pas le prouver immédiatement.

Selon les données complètes, tous systèmes de déclaration confondus, demande Renz, « combien sont réellement morts ? Et pourquoi le dissimulent-ils ? Ces gens assassinent des gens. C’est de la complicité au minimum. Les gens doivent être en prison. »

[…]

M. Renz a déclaré à LSN que le témoignage de la dénonciatrice anonyme, désignée dans la motion sous le nom de « Jane Doe », fournit la preuve qu’un consentement éclairé n’est pas possible sans une divulgation complète du nombre réel de décès liés aux injections du vaccin expérimental COVID-19 de thérapie génique.

La requête décrit « Jane Doe » comme « un programmeur informatique ayant une expertise dans le domaine de l’analyse des données de santé et ayant accès aux données Medicare et Medicaid conservées par les Centers for Medicare and Medicaid Services (CMS) ».

Dans sa déclaration effective, « Jane Doe » fournit le témoignage suivant :

« Selon mon estimation professionnelle, la base de données VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), bien qu’extrêmement utile, est sous-déclarée par un facteur prudent d’au moins 5. Le 9 juillet 2021, 9 048 décès ont été signalés dans la base de données VAERS. J’ai vérifié ces chiffres en rassemblant moi-même toutes les données du VAERS, sans me fier à une tierce partie pour les déclarer. En parallèle, j’ai interrogé les données des réclamations médicales du CMS concernant les vaccins et les décès de patients, et j’ai évalué que les décès survenus dans les trois jours suivant la vaccination sont plus élevés que ceux signalés dans le VAERS par un facteur d’au moins cinq. Cela indiquerait que le véritable nombre de décès liés aux vaccins était d’au moins 45 000. « 

L’AFLDS a qualifié les décès apparents et significativement sous-déclarés de « choquants » et a affirmé que « le consentement éclairé, qui est requis par la loi, est impossible lorsque les données de sécurité sont si trompeuses. »

Il est également remarquable, poursuit la motion, « que lors de la campagne de vaccination contre la grippe porcine de 1976 (au cours de laquelle 25 % de la population américaine de l’époque, soit 55 millions d’Américains, ont été vaccinés), le vaccin contre la grippe porcine a été jugé dangereux et peu sûr, et retiré du marché, alors qu’il n’a entraîné que 53 décès. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents