Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Contre-indications vaccinales et insécurités juridiques : l'inquiétant décret 1059

Publié par wikistrike.com sur 7 Septembre 2021, 17:49pm

Catégories : #Politique intérieure, #Santé - psychologie

Contre-indications vaccinales et insécurités juridiques : l'inquiétant décret 1059

TRIBUNE - La nuit n’apporte pas toujours conseil mais son lot de décrets, entraînant dans son sillage de papiers gras, boîtes de conserves éventrées et autres détritus, un nouveau lot d'insécurité juridique. L'un des derniers en date, émis le 7 août 2021 (décret n°2021-1059), concerne inter alia les contre-indications aux injections dites anti-Covid que l'on veut désormais imposer à certains métiers, et ouvre un boulevard à l'action pénale.

Une vaccination obligatoire, malgré des accidents aléatoires

On se souviendra que les essais cliniques pratiqués pendant quelques petites semaines aux États-Unis en 2020 avaient exclu les personnes âgées, les femmes enceintes et allaitantes, les handicapés, les immunodéprimés… Et ce, afin de décrocher l'AMM conditionnelle rapidement.

Or, aucune des catégories exclues des essais cliniques ne figure dans le décret 1059 comme présentant des contre-indications à l'injection obligatoire. D'autant plus qu'il manque aussi, petit détail, les études de cancérogénicité, génotoxicité, foetotoxicité, teratogénicité, immunotoxicité, pharmacocinétique… La liste est longue.

Tout à son bonheur d'omnipotence ministérielle, le décret concède, bon prince, qu'en cas d'accident grave suite à la première dose, la deuxième sera épargnée au patient désormais handicapé.

Par ailleurs, on peut soutenir que ces substances, sous AMM conditionnelle mais obligatoires pour la première fois de l'histoire de la médecine, sont administrées, sinon sous menaces de mort, sous menace de "non-vie". En effet, le gouvernement a prévu que tout salarié, se soustrayant à l'obligation, sera suspendu et privé, non seulement de rémunération, mais d'assurance-chômage qui, eu égard à son caractère d'assurance à laquelle il cotise, lui revient pourtant de plein droit. Ce n'est nullement une gratification de l'État. Comment acheter à manger ? Comment se loger, se soigner ? La menace est à peine voilée.

Sous cette menace, on oblige des Français à se vacciner.

J'invite les avocats spécialisés à se saisir du texte de ce décret. Un boulevard pour l'action pénale, vous dis-je.

Il y est question d’une courte liste de contre-indications médicales censées épargner pour ainsi dire, des catégories très restreintes de personnes.

Nous citerons ce texte et le commenterons.

« Art. 2-4.-Les cas de contre-indication médicale faisant obstacle à la vaccination contre la covid-19 et permettant la délivrance du document pouvant être présenté dans les cas prévus au 2° du A du II de l'article 1er de la loi du 31 mai 2021 susvisée sont mentionnés à l'annexe 2 du présent décret.
« L'attestation de contre-indication médicale est remise à la personne concernée par un médecin. »

Concernant le risque d’anaphylaxie

« ANNEXE 2
« I.-Les cas de contre-indication médicale faisant obstacle à la vaccination contre la covid-19 mentionnés à l'article 2-4 sont :
« 1° Les contre-indications inscrites dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) :
«-antécédent d'allergie documentée (avis allergologue) à un des composants du vaccin, en particulier polyéthylène-glycols et par risque d'allergie croisée aux polysorbates ;

«-réaction anaphylaxique au moins de grade 2 (atteinte au moins de deux organes) à une première injection d'un vaccin contre le COVID, posée après expertise allergologique ;

Commentaire Le polyéthylène glycol (PEG) est une substance utilisée dans certains médicaments de type laxatif, jamais auparavant utilisé dans un vaccin. La vaste majorité de la population n’y ayant pas été exposée, prédire qui peut y être allergique relève de l’impossible.Tout médicament contenant le PEG est déjà fortement déconseillé aux personnes âgées et aux femmes enceintes ; aucune étude n’est disponible sur son éventuel passage d’ailleurs, dans le lait maternel.

Les réactions au PEG comprennent le choc anaphylactique. Qu’est-ce donc ?

« Trouble grave de l’homéostasie circulatoire induit par l’introduction dans l’organisme d’une substance étrangère responsable de réactions immunologiques, le choc anaphylactique représente la manifestation la plus grave d’hypersensibilité immédiate. C’est une urgence médicale absolue, la thérapeutique s’impose dès que le diagnostic est évoqué, remplissage vasculaire et administration d’adrénaline® étant les deux mesures essentielles. » - Cf. sante.ujf-grenoble.fr

Traduction du décret en langage courant : si l’on veut espérer échapper à la deuxième dose, il faudra attendre d’avoir subi une réaction avec atteinte d’au moins deux organes (!) suite à une première dose, et aussi se soumettre à une expertise allergologique.

Concernant l’hyperperméabilité capillaire :

« -personnes ayant déjà présenté des épisodes de syndrome de fuite capillaire (contre-indication commune au vaccin Vaxzevria et au vaccin Janssen). »

Commentaire : Il se fait que ces vaccins sont connus pour avoir provoqué l’hyperperméabilité capillaire, avec au moins un décès documenté. Piquons, et qui vivra verra ?

Concernant les atteintes cardiaques

« 3° Une recommandation établit, après concertation médicale pluridisciplinaire, de ne pas effectuer la seconde dose de vaccin suite à la survenue d'un effet indésirable d'intensité sévère ou grave, attribué à la première dose de vaccin, signalé au système de pharmacovigilance (par exemple : la survenue de myocardite, de syndrome de Guillain-Barré …). »

Traduit en langage courant cela signifie :

1/ que si la personne, sous menace de perdre son travail, se soumet à la première dose et subit un accident irréversible , la deuxième lui sera épargnée.

2/ que les autorités ignorent totalement qui, dans la population, peut subir un tel accident dont la survenue est considérée comme aléatoire, quoique susceptible d’être mortelle.

3/ que l’on « assume » sereinement la survenue d’accidents graves tels qu'une myocardite.

Or, une myocardite n’est jamais bénigne : elle détruit à coup sûr des cellules cardiaques qui ne se régénèrent pas. Une myocardite peut entraîner maintes complications dont la transplantation. Quant à la péricardite, l’un des déclencheurs est (surprise !) un infarctus ou une embolie pulmonaire non détectée.

 

Lire la suite 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents