Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les talibans pendent 4 corps sur la place publique et déclarent qu’ils vont recommencer à « couper les mains »

Publié par wikistrike.com sur 26 Septembre 2021, 13:22pm

Catégories : #Politique internationale, #Religion - pensées

Les talibans pendent 4 corps sur la place publique et déclarent qu’ils vont recommencer à « couper les mains »

L’Associated Press rapporte samedi que les talibans ont commencé à pendre les cadavres des criminels exécutés sur la place principale de la ville de Herat, dans l’ouest de l’Afghanistan, en guise de message macabre adressé à la population afin de dissuader la criminalité et d’assurer la conformité à l’islam.

Le rapport de l’AP cite des témoins oculaires, dont « Wazir Ahmad Seddiqi, qui gère une pharmacie sur le côté de la place », qui a déclaré à l’agence que « quatre corps ont été amenés sur la place principale et trois corps ont été déplacés vers d’autres parties de la ville pour être exposés au public. »

ia l’AFP : Un cadavre (en haut à gauche et flouté) exposé dans un lieu public est suspendu à une grue à Herat, le 25 septembre 2021.

Les Talibans affirment que les quatre personnes ont été tuées par la police après qu’un enlèvement ait été déjoué. Selon un communiqué de la police talibane, « les quatre personnes ont été tuées lors de tirs croisés » avec les forces de sécurité et un père et son fils ont pu être secourus.

Cette annonce intervient un jour après que les talibans ont confirmé que leurs responsables religieux de la conformité publique à la stricte charia allaient à nouveau appliquer des châtiments corporels semblables à ceux d’avant 2001, y compris des mutilations telles que la coupe des mains pour certains délits. Un porte-parole des talibans et superviseur des lois de la charia en Afghanistan après le retrait des États-Unis en août, le mollah Nooruddin Turabi, a donné l’explication suivante :

« Couper les mains est très nécessaire pour la sécurité », a-t-il dit, précisant que cela avait un effet dissuasif. Il a ajouté que le cabinet étudiait la possibilité de procéder à des punitions en public et qu’il allait « élaborer une politique. »

Ces derniers jours, à Kaboul, les combattants talibans ont remis au goût du jour une punition qu’ils utilisaient couramment dans le passé : l’humiliation publique d’hommes accusés de petits vols.

À au moins deux reprises au cours de la semaine dernière, des hommes de Kaboul ont été entassés à l’arrière d’un pick-up, les mains liées, et ont été exhibés pour les humilier.

M. Turabi a également défendu les fameux stades de football de la mort qui ont choqué le monde entier pendant l’ancien régime taliban, il y a plus de deux décennies. À l’époque, le public était invité à voir des condamnés se faire arracher des membres et des personnes se faire tirer dessus à bout portant.

« Tout le monde nous a critiqué pour les punitions dans le stade, mais nous n’avons jamais rien dit sur leurs lois et leurs punitions », a encore dit le responsable taliban à l’AP. « Personne ne nous dira ce que doivent être nos lois. Nous suivrons l’islam et nous ferons nos lois sur le Coran ».

Dans le sillage de la récente reconquête du pays par les talibans, certains responsables occidentaux, y compris au sein de l’administration Biden, ont suggéré que le groupe islamiste pur et dur s’était « modéré » – toutefois, cette évaluation prématurée ressemble à un simple vœu pieux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents