Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La crise de l’électricité n’a pas été causée par une « tempête parfaite »

Publié par wikistrike.com sur 8 Octobre 2021, 09:22am

Catégories : #Economie

La crise de l’électricité n’a pas été causée par une « tempête parfaite »
  • Des pannes d’hydroélectricité en Amérique du Sud aux pénuries de gaz naturel en Europe, en passant par la flambée des prix du charbon en Asie, la crise mondiale de l’électricité est clairement devenue mondiale.
  • Alors que de nombreux observateurs sont prêts à mettre cette crise sur le compte d’une « tempête parfaite » d’événements, la vérité est que les fournisseurs d’électricité n’étaient tout simplement pas préparés quand ils auraient dû l’être.
  • À la suite de cette crise, il est probable que les consommateurs se dissocient des producteurs peu fiables et avides de profits, et qu’ils recherchent la résilience.

Les nouvelles récentes du secteur mondial de l’électricité sont sombres. Les Sud-Américains, qui dépendent fortement de l’hydroélectricité, sont confrontés à une pénurie due à la sécheresse. Difficile à croire dans un continent traversé par trois énormes réseaux fluviaux. Les utilisateurs d’électricité sud-américains n’ont d’autre choix que de recourir davantage aux combustibles fossiles ou d’éteindre les lumières (conservation). Et contrairement à l’hydroélectricité relativement bon marché, la production d’électricité à partir de combustibles fossiles (outre les conséquences écologiques) entraîne des dépenses de carburant, ce qui fait augmenter les prix.

 

Les nouvelles soulignent les pressions inflationnistes croissantes. Et ceci alimente certainement ce récit. Mais il y a un problème plus inquiétant pour les planificateurs énergétiques. La multiplication des sécheresses signifie que l’hydroélectricité ne peut plus être considérée comme une ressource « ferme » à long terme pour le réseau électrique. Soustraire une ressource majeure à faible coût comme l’hydroélectricité de la combinaison énergétique d’une région et la remplacer d’une autre manière est une énorme entreprise financière. Au moment même où les pays s’efforcent de réduire leur dépendance à l’égard des combustibles fossiles, l’une des sources d’énergie les plus propres se raréfie.

Mais les histoires d’infrastructures de services publics d’électricité soumises à des contraintes qui ne sont pas simplement dues à des conditions météorologiques extrêmes ont désormais une saveur nettement mondiale. L’échec de l’ingéniosité humaine joue un rôle ici. À Porto Rico, le système électrique réorganisé et semi-privatisé, PREPA, connaît de fréquentes coupures de courant. Pourtant, les clients qui souhaitent installer leur propre production (et éventuellement revendre de l’énergie à la compagnie d’électricité à des moments critiques) ne parviennent pas à se faire raccorder par la compagnie d’électricité. L’Inde est confrontée à une pénurie d’électricité parce que les compagnies d’électricité n’ont pas réussi à reconstituer leurs stocks de charbon. Leurs dirigeants s’attendaient à une baisse significative des prix du charbon, qui ne s’est jamais matérialisée, et ils sont donc coincés. Au Royaume-Uni, le rendement de l’énergie éolienne a été inférieur aux attentes, ce qui a entraîné une hausse spectaculaire des prix de l’électricité.

Mais l’hiver arrive – et la pénurie de gaz naturel existante pousse les prix à la hausse. Et puis il y a la Chine. La demande d’électricité a augmenté, l’utilisation du charbon s’est accrue et les prix du charbon ont grimpé en flèche. Mais le gouvernement plafonne le prix de l’électricité, ce qui fait que les producteurs perdent de l’argent sur les ventes d’électricité en période d’augmentation rapide des prix des combustibles, comme c’est le cas actuellement. Alors qui veut perdre de l’argent sur chaque KWH vendu dans l’espoir de le rattraper en volume ? Après avoir subi des coupures de courant et d’autres mesures de réduction de la consommation, les compagnies d’électricité ont acheté davantage de charbon. Cependant, les marchés mondiaux du charbon sont désormais tendus. Une solution évidente à court terme est un rapprochement avec le voisin régional, l’Australie, malgré un récent refroidissement des relations entre les deux gouvernements.

Dans de nombreux endroits, le prix du gaz naturel détermine le prix de l’électricité. Si le réchauffement climatique n’était pas une préoccupation urgente, le gaz naturel serait le combustible de choix pour les chaudières. En son absence, on brûlerait du charbon ou du pétrole. Les prix du gaz naturel ont plus que doublé cette année aux États-Unis et quadruplé sur les marchés européens. Il ne fait aucun doute que la combinaison d’une demande plus élevée et d’un développement plus prudent de la part des compagnies pétrolières a resserré le marché. Mais l’Europe dépend dans une large mesure du gaz fourni par la Russie et certains éléments indiquent que les Russes n’ont pas rempli les installations de stockage européennes afin de manipuler la pénurie à leur avantage. Les Européens ont des alternatives au gaz russe, comme les gazoducs d’Algérie (qui n’est pas le fournisseur le plus stable). Le Maroc veut signer un accord, mais il a un problème causé par le Front Polisario, parfois rebelle, qui prétend représenter la région du Sahara occidental. Les pays européens pourraient signer de grands accords gaziers avec Israël et Chypre, mais ils se heurteraient aux objections de la Turquie. Comme on dit, c’est compliqué.

Ces problèmes et d’autres semblables ne sont pas des accidents et ne résultent pas de difficultés ou de calamités ponctuelles. Oubliez l’excuse de la tempête parfaite. Les problèmes sont apparus parce que les compagnies d’électricité ont choisi de reporter les dépenses d’investissement et de maintenance, ont lésiné sur les réserves de carburant adéquates et se sont concentrées sur les économies de coûts. Les clients auraient été mieux servis si elles s’étaient attachées à renforcer l’infrastructure du réseau et à préserver un service continu dans un climat de plus en plus hostile. L’accent excessif mis sur la création de valeur pour l’actionnaire peut conduire à prendre des raccourcis pour réaliser des économies. Mais l’espoir implicite (et la question de savoir si l’espoir est une base adéquate pour une stratégie d’entreprise est une autre question) est que rien de fâcheux ne se produise en conséquence. C’est comme construire un château de cartes à l’extérieur en supposant que le vent ne soufflera jamais. C’est dans cette optique que les compagnies d’électricité ont adopté ce qui revient à une mentalité de système d’approvisionnement juste à temps en ce qui concerne l’électricité.

Et il y a un autre point à souligner. Un système de gestion des stocks juste à temps qui fonctionne bien est une chose magnifique, efficace et qui minimise les coûts. Mais en raison de l’extrême interdépendance, une usine dépendant de la production d’une autre, souvent située à des milliers de kilomètres, toute rupture dans ce processus de fabrication soigneusement chorégraphié entraîne le chaos et le dysfonctionnement. Cette mentalité d’entreprise a donné naissance à des systèmes électriques qui sont aujourd’hui relativement peu coûteux mais de plus en plus fragiles.

Porto Rico, par exemple, est un cas simple de sous-investissement. La compagnie d’électricité, PREPA, aurait dû augmenter considérablement les prix pour améliorer le réseau. Si le Royaume-Uni disposait de réserves de gaz suffisantes en stockage, les faibles conditions de vent n’auraient pas été un gros problème pour la production d’électricité. Mais les nouvelles constructions et les réserves de gaz adéquates coûtent de l’argent. Et les régulateurs britanniques ont travaillé héroïquement pour limiter les dépenses d’investissement.

Les Européens ont signé volontairement pour le gaz russe et ont refusé d’autres projets. La multiplication des gazoducs desservant leur marché impliquait de payer les frais généraux de plusieurs lignes de transport de gaz concurrentes qui n’étaient pas jugées économiquement efficaces. Quant aux services publics chinois et indiens, disposer d’un stock de charbon d’au moins 90 à 120 jours peut faire partie des opérations normales si l’on brûle du charbon. Mais là encore, tout cela augmente considérablement les coûts.

Il y a environ quatre décennies, les principes économiques néolibéraux ont été introduits dans le secteur de l’électricité. L’industrie s’est progressivement transformée, passant d’un secteur voué à servir le public et à encourager le développement économique à un secteur axé sur la maximisation des profits. En cours de route, les systèmes politique et réglementaire semblent être devenus exceptionnellement complaisants à l’égard des intérêts des entreprises, les grandes fortunes de la politique américaine exerçant leur influence corruptrice. Où cela mènera-t-il ? Eh bien, malheureusement, nous ne pensons pas que cela conduira à une évaluation sérieuse de la structure des marchés de l’électricité, ou des réseaux de gaz naturel, ou des politiques gouvernementales qui les contrôlent. L’introspection ou la réflexion sur de meilleurs arrangements pour les services publics prend du temps, peut-être même pour des essais et des erreurs. Mais notre système actuel va de crise en crise.

Alors, où cela nous mène-t-il, nous, les consommateurs d’électricité ? Tout d’abord, les consommateurs d’électricité vont essayer de se dissocier des réseaux de plus en plus chers et peu fiables. Il y a deux raisons à cela : la fiabilité et le prix. Comme nous l’avons écrit récemment à propos des pannes de courant de quatre à six semaines subies par Entergy après le passage de l’ouragan Ida, des pannes répétées de cette durée sont inacceptables dans la mesure où elles rendent les régions concernées commercialement handicapées, voire inhabitables pendant de longues périodes. Nous pensons que pour cette seule raison, ceux qui en ont les moyens chercheront de plus en plus des alternatives à la compagnie d’électricité locale.

En outre, nous assistons actuellement à une augmentation rapide des prix des combustibles, qui entraîne une escalade des prix de l’électricité. L’installation de systèmes individuels de production et de stockage d’électricité sans combustible offre à l’utilisateur d’énergie une stabilité des prix à long terme. Une fois installé, un système de stockage solaire et de batteries assure une stabilité des prix à long terme pendant toute la durée de vie du système, peut-être 20 ou 30 ans ! Il s’agit d’une gigantesque couverture contre l’inflation, bien qu’elle ne soit pas considérée comme telle à l’heure actuelle. En période d’inflation, l’autoproduction permet aux utilisateurs d’électricité de plafonner leurs tarifs (autoproduits) pendant une période prolongée – un avantage considérable dans un contexte de volatilité des prix de l’énergie.

Enfin, il convient de mentionner la résurrection des technologies de production d’énergie nucléaire, tant à petite échelle qu’à l’échelle du gigawatt. L’énergie nucléaire, qu’elle soit nouvelle ou existante, est présentée comme le complément parfait, à faibles émissions et à charge de base, de l’énergie éolienne ou solaire intermittente. Il est relativement peu affecté par les variations de la nature et ne dépend pas des combustibles fossiles dont les prix sont volatils. Elle n’a pas non plus besoin d’être importée de nations hostiles qui peuvent soudainement fermer le « robinet », pour ainsi dire. Alors que la notion d’indépendance énergétique redevient d’actualité, la construction de nouvelles centrales nucléaires pourrait reprendre à grande échelle. Mais il y a toujours quelque chose. La reprise de l’intérêt pour les nouvelles centrales nucléaires se produit dans un contexte d’inflation galopante des prix. Nous conclurons en disant que la dernière fois que ces deux-là ont fait équipe dans les années 1980, ce n’était pas joli.

Traduction de Oil Price par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents