Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le prix Nobel de la paix est décerné aux journalistes qui ont tenu tête aux gouvernements « autoritaires »

Publié par wikistrike.com sur 10 Octobre 2021, 08:32am

Catégories : #Politique internationale

Le prix Nobel de la paix est décerné aux journalistes qui ont tenu tête aux gouvernements « autoritaires »

Le dissident russe Alexei Navalny peut ajouter son nom à la liste croissante des candidats qui ont été lésés par le comité Nobel cette année (beaucoup ont râlé lorsque les créateurs des vaccins à ARNm contre le COVID n’ont pas reçu le prix de la médecine).

Le Comité Nobel a annoncé vendredi que les lauréats du prix Nobel de la paix de cette année sont deux journalistes qui ont défié les régimes « autoritaires » par leurs reportages intrépides, a indiqué le Comité. Le prix a finalement été décerné à Maria Ressa, rédactrice en chef et fondatrice de Rappler, un média numérique indépendant des Philippines qui a continué à couvrir de manière critique le président Rodrigo Duterte et son recours aux escadrons de la mort pour éliminer de manière extrajudiciaire les trafiquants de drogue et autres criminels.

« Le journalisme libre, indépendant et fondé sur des faits sert à se protéger contre les abus de pouvoir, les mensonges et la propagande de guerre », a déclaré le comité dans un communiqué.

« Sans la liberté d’expression et la liberté de la presse, il sera difficile de promouvoir avec succès la fraternité entre les nations, le désarmement et un meilleur ordre mondial à notre époque », a-t-il ajouté.

Elle partagera le prix avec le journaliste russe Dmitry Muratov, rédacteur en chef fondateur du journal indépendant Novaya Gazeta, qui, selon le comité, est l’une des dernières sources d’information « indépendantes » en Russie. Le journal a été fondé dans les années 1990, grâce à un investissement initial de l’ancien dirigeant soviétique (et autre lauréat du prix de la paix) Mikhail Gorbachev.

Ressa, qui a donné sa vie en faisant des reportages dans des zones de conflit, a déclaré que même cela ne l’avait pas préparée à la réaction brutale de Duterte et de ses partisans depuis qu’elle a fondé le Rappler en 2011.

« Il y avait tellement de messages de haine […] Quatre-vingt-dix messages de haine par heure, 90 menaces de viol par minute », a déclaré à Reuters en 2017 la première lauréate du prix Nobel originaire des Philippines.

Grâce à ses reportages, Ressa est actuellement libre sous caution alors qu’elle fait appel d’une peine de six ans de prison prononcée l’année dernière pour une condamnation pour diffamation, Ressa s’est dite « choquée et incrédule » vendredi après avoir partagé le prix. Elle dit avoir dû payer sa caution dix fois après avoir été arrêtée à la suite de ses reportages.

Le comité Nobel a déclaré que son prix était une reconnaissance de la liberté d’expression, qui, selon lui, est menacée dans le monde entier. Le Rappler est toujours engagé dans un bras de fer juridique avec le gouvernement pour obtenir le retrait de sa licence, prétendument pour avoir violé les lois sur la propriété étrangère, même si M. Ressa atteste que le journal est « détenu à 100 % par des Philippins ».

En Russie, Novaya Gazeta a publié des articles d’investigation qui ont parfois critiqué la conduite du gouvernement russe dans la guerre en Tchétchénie, et des enquêtes sur la richesse contrôlée par les oligarques. Navalny, par le biais de ses documentaires, a mené des enquêtes du même type. Mais contrairement à Navalny, au moins six des journalistes de Novaya Gazeta ont été tués depuis le début de son existence (Navalny affirme avoir été empoisonné par le Kremlin à deux reprises).

Source : Statista

À l’échelle mondiale, le nombre de journalistes tués a atteint un pic en 2012, et a diminué depuis. Mais si le comité Nobel s’est concentré sur les journalistes qui ont courageusement demandé des comptes à des régimes « autoritaires » (Duterte, l’homme fort des Philippines, vient de déclarer son retrait de la vie politique), il oublie peut-être qu’aux États-Unis, patrie de la « presse libre », la confiance du public dans les médias reste au plus bas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents