Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le sinistre programme du système alimentaire des Rockefeller – Ils l’ont créé et veulent maintenant le détruire

Publié par wikistrike.com sur 25 Octobre 2021, 07:57am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Economie

Le sinistre programme du système alimentaire des Rockefeller – Ils l’ont créé et veulent maintenant le détruire

Aucun groupe n’a fait plus pour nuire à notre agriculture mondiale et à la qualité des aliments que la Fondation Rockefeller. Elle a commencé au début des années 1950, après la guerre, à financer deux professeurs de la Harvard Business School pour développer l’intégration verticale qu’ils ont nommée « Agribusiness ». L’agriculteur est devenu le moins important. Ils ont ensuite créé la frauduleuse Révolution verte au Mexique et en Inde dans les années 1960, puis l’organisation pro-OGM l’Alliance pour une Révolution verte en Afrique depuis 2006. L’argent de la Fondation Rockefeller a littéralement créé les désastreuses plantes génétiquement modifiées OGM avec leurs pesticides toxiques au glyphosate. Aujourd’hui encore, la fondation est engagée dans un changement de politique majeur dans l’alimentation et l’agriculture mondiales et ce n’est pas bon.

Dans leur dernier rapport, « Le vrai coût de l’alimentation : Mesurer ce qui compte pour transformer le système alimentaire américain », la Fondation Rockefeller est profondément engagée dans un effort coordonné visant à changer radicalement la façon dont nous produisons les aliments et dont nous calculons son coût réel. Ils prétendent que cela fait partie d’un consensus mondial, par le biais de l’ONU, pour créer une agriculture « durable » dans le contexte de la crise actuelle du COVID. Loin d’être un changement positif, cet effort vise à modifier radicalement notre accès à une alimentation saine et notre choix de ce que nous mangeons. La fondation, qui vient de publier son deuxième rapport sur l’alimentation en deux ans, s’associe au Forum économique mondial de Davos et aux grandes entreprises agroalimentaires pour mener cette campagne. Leur nouveau slogan est « Le vrai coût de l’alimentation ».

Le vrai coût ?

Rajiv Shah, président de la Fondation, écrit : « Nous avons passé l’année dernière à travailler avec des experts et des défenseurs de tous les domaines pour mesurer l’impact du système alimentaire américain. Le résultat est le premier ensemble de mesures à l’échelle des États-Unis qui peut nous aider à mesurer le coût de notre alimentation avec plus de précision. Grâce à cette nouvelle analyse, les gouvernements, les défenseurs, les producteurs alimentaires et les particuliers sont mieux équipés pour transformer notre système alimentaire afin qu’il soit plus nourrissant, plus régénérateur et plus équitable… »

C’est ici que les mots doivent être examinés de plus près. Ces personnes sont des experts en PNL. En effet, on peut lire que la même Fondation Rockefeller, responsable de notre chaîne alimentaire industrialisée et mondialisée et de la destruction que ce processus a causé non seulement à l’exploitation agricole familiale, mais aussi à la qualité de notre agriculture et de notre alimentation mondiales, blâme maintenant sa création pour les énormes coûts externes de notre alimentation. Cependant, ils écrivent comme si l’agriculteur familial avide était à blâmer, et non l’agrobusiness.

Shah déclare : « Ce rapport est un signal d’alarme. Le système alimentaire américain, tel qu’il est, a des effets néfastes sur notre environnement, notre santé et notre société ». Selon l’étude Rockefeller de Shah, « la configuration actuelle du système alimentaire américain a entraîné des répercussions coûteuses sur la santé des personnes, de la société et de la planète. Le réchauffement climatique, la réduction de la biodiversité, la pollution de l’eau et de l’air, le gaspillage alimentaire et l’incidence élevée des maladies liées à l’alimentation sont les principales conséquences involontaires du système de production actuel ». C’est de mauvais augure.

L’étude ajoute : « Le fardeau de l’impact de ces coûts est supporté de manière disproportionnée par les communautés qui sont marginalisées et mal desservies, souvent des communautés de couleur, dont beaucoup sont l’épine dorsale en tant qu’agriculteurs, pêcheurs, éleveurs et travailleurs de l’alimentation ».

En s’appuyant sur un groupe néerlandais, la True Price Foundation, le rapport calcule que le « coût réel » du système alimentaire américain n’est pas le 1,1 billion de dollars que les Américains dépensent chaque année en nourriture, mais plutôt au moins 3,2 billions de dollars par an si l’on tient compte de son impact sur la santé des personnes, les moyens de subsistance et l’environnement. Cet énorme coût supplémentaire est calculé principalement à partir des effets sur la santé, notamment le cancer et le diabète, et des effets sur l’environnement, comme les émissions de CO2 de ce qu’ils appellent l’agriculture « non durable ».

Le conseil d’administration de la True Cost Foundation est composé de trois personnes : Herman Mulder, ancien banquier d’ABN Amro, l’une des principales banques agroalimentaires du monde ; Charles Evers, ancien contrôleur d’entreprise et directeur financier d’Unilever NV (1981-2002), l’un des principaux géants agroalimentaires du monde ; et Jasper de Jong, associé d’Allen & Overy, l’un des plus grands cabinets d’avocats du monde, basé à Londres. C’est cette équipe qui a fixé le prix des abstractions telles qu’une tonne de CO2 et d’autres coûts pour le rapport Rockefeller. Le seul argument est que le CO2 est un composant essentiel inoffensif de toute vie et qu’il n’est pas la cause de l’augmentation de la température mondiale.

Le rapport Rockefeller, intitulé « Le vrai coût de l’alimentation », se distingue également par le fait que les contributeurs sont des professeurs de droit, des économistes universitaires, le World Wildlife Fund (WWF) et la True Cost Foundation. Aucune organisation d’agriculteurs n’a été incluse.

Le rapport calcule que les principaux coûts « cachés » de la production alimentaire américaine proviennent de l’impact négatif de l’agriculture sur la santé et sur l’environnement : « Les coûts non comptabilisés les plus importants proviennent des impacts négatifs sur la santé humaine, de l’aggravation de la dégradation de l’environnement et de la perte de biodiversité ». Ils ont chiffré tout cela. Par exemple, les incidences directes sur l’environnement, notamment les émissions de gaz à effet de serre (GES), l’utilisation de l’eau et l’érosion des sols, coûteraient 350 milliards de dollars par an ; quant à l’impact sur la biodiversité résultant de l’utilisation des terres et de la pollution des sols, de l’eau et de l’air, il coûterait 455 milliards de dollars à l’économie américaine. Ils calculent ensuite les coûts de santé du système alimentaire américain. Le rapport inclut les coûts pour l’économie de l’obésité, des maladies cardio-vasculaires qui sont la principale cause de décès dans le monde, du cancer, du diabète et d’autres maladies non transmissibles. Cela ajoute prétendument 1000 milliards de dollars supplémentaires à nos coûts alimentaires « réels ». Si l’on additionne ces deux effets comme on le prétend, on obtient environ 1,8 billion de dollars sur les 2,2 de coûts externes estimés de l’alimentation. Prétendre que les coûts en dollars de ces maladies dans le système de santé américain truqué sont la seule faute de l’agriculture, c’est ignorer l’explosion des coûts de santé depuis l’entrée en vigueur de l’assurance Obamacare. À propos, Rockefeller a également créé le système médical moderne avec son rapport Flexner et la fondation Carnegie en 1910. Mais c’est une autre histoire.

Il est indéniable que la production alimentaire industrialisée par l’agrobusiness aux États-Unis depuis les années 1950 a transformé l’exploitation familiale autrefois productive en un appendice corporatif d’un système de fermes industrielles, de monopoles de semences OGM et de produits agrochimiques comme Monsanto-Bayer et DuPont-Dow (Corteva), d’énormes opérations d’abattage comme celles de Tyson et Smithfield Foods, et de détaillants comme Walmart ou Whole Foods. Mais le rapport suggère que les agriculteurs familiaux traditionnels sont à blâmer. Il s’agit de préparer le terrain pour une agriculture de la Grande Réinitialisation qui sera encore plus néfaste à mesure que le bœuf élevé en plein air restant sera remplacé par du bœuf végétal OGM cultivé en laboratoire et des produits similaires. L’USDA a récemment écrit que les « principales sources de gaz à effet de serre dans l’agriculture sont la production d’engrais azotés, la combustion de combustibles fossiles tels que le charbon, l’essence, le carburant diesel et le gaz naturel, et la gestion des déchets. La fermentation entérique du bétail, ou la fermentation qui a lieu dans le système digestif des ruminants, entraîne des émissions de méthane ».

Le message est que la production alimentaire américaine actuelle est à blâmer et que des changements radicaux et coûteux sont nécessaires de toute urgence. La difficulté de la lecture du rapport tient au fait que le langage est délibérément vague et trompeur. Par exemple, l’une des composantes les plus dommageables de l’agriculture américaine depuis les années 1990 a été l’introduction massive de cultures OGM – en particulier le soja, le maïs et le coton – et du Roundup de Monsanto-Bayer, hautement cancérigène, avec le glyphosate. Le rapport Rockefeller omet le rôle direct de la Fondation dans la dévastation des cultures en créant et en promouvant Monsanto et les OGM pendant des décennies, tout en sachant qu’ils étaient destructeurs. La politique de la Fondation Rockefeller consiste à introduire des cultures génétiquement modifiées, les OGM.2, et à détruire l’agriculture américaine actuelle en faveur d’alternatives coûteuses brevetées, sous prétexte qu’elles sont trop coûteuses et ne sont pas « durables » ou « inclusives ». Le deuxième plus grand producteur alimentaire mondial, l’UE, sera leur prochaine cible.

AGRA, Gates et Davos

Cet agenda n’est pas surprenant lorsque l’on regarde le parcours des acteurs clés de la Fondation Rockefeller. Le président, Rajiv Shah, est issu de la Fondation Bill & Melinda Gates, où il était directeur du développement agricole. À la Fondation Gates, Shah a travaillé avec la Fondation Rockefeller pour créer l’Alliance pour une Révolution verte en Afrique. Il est intimement lié au Forum économique mondial (WEF) de Davos du gourou de la Grande Réinitialisation, Klaus Schwab, où Shah a récemment co-présidé le Conseil mondial du WEF sur le nouvel agenda pour la croissance et la relance économiques. Il y a écrit que « les gouvernements doivent activement orienter les marchés vers une croissance verte et inclusive ».

L’Alliance pour une Révolution verte en Afrique (AGRA) est un projet qui a tenté d’imposer les semences OGM et les pesticides associés à un coût énorme aux petits agriculteurs africains les plus pauvres. Ce projet a été un désastre agricole pour les agriculteurs africains. Le modèle AGRA joue un rôle clé dans la compréhension de l’agenda tacite de la Fondation Rockefeller et de ses alliés tels que le WEF et la Fondation Gates. La personne responsable sous Shah à la Fondation Rockefeller pour le programme agricole est Roy Steiner, le premier vice-président de la Fondation pour l’Initiative alimentaire. Steiner était avec Shah à la Fondation Gates et a travaillé avec Shah pour créer l’AGRA pro-OGM en Afrique.

Le rôle profond de Shah et de Steiner dans l’AGRA et son agenda OGM donne une très bonne idée de la façon dont Rockefeller & Co. planifient la transformation radicale de l’agriculture américaine, et ce n’est pas bon. Le rapport indique qu’il s’agit de réduire les émissions de CO2 et de méthane et d’introduire des alternatives à base de plantes. Bill Gates a cofinancé le lancement de l’entreprise de viande artificielle, Impossible Foods, qui utilise de la fausse viande cultivée en laboratoire et l’édition de gènes. Il insiste sur le fait que le bœuf synthétique est une stratégie nécessaire pour lutter contre le changement climatique et déclare que les Américains et les autres nations occidentales doivent passer à un régime alimentaire composé à 100% de bœuf synthétique. Plus de vaches, plus d’émissions de gaz

Davos, Rockefeller et le Sommet mondial de l’Alimentation de l’ONU

L’agenda agricole de l’influente Fondation Rockefeller, l’agenda du WEF de Davos et de l’ONU convergent tous vers la Grande Réinitialisation et l’Agenda 2030 de l’ONU pour une « agriculture durable ». Le 23 septembre 2021 à New York, l’ONU a accueilli le Sommet des Systèmes alimentaires 2021. La présidence du sommet était assurée par Agnes Kalibata, envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour le Sommet sur les Systèmes alimentaires de 2021. Sa sélection a fait l’objet d’une opposition véhémente de la part de dizaines d’ONG en raison du fait qu’elle est présidente de la société Gates-Rockefeller AGRA en Afrique. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a annoncé que le sommet s’inscrivait dans le cadre de la Décennie d’Action pour la Réalisation des Objectifs de l’Agenda 2030. Olivier De Schutter, ancien rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation, a déclaré que le Sommet de l’Alimentation était le résultat d’ « accords à huis clos » au Forum économique mondial de Davos.

En juin 2019, à l’ONU, Klaus Schwab, chef du WEF, et Guterres, de l’ONU, ont signé un partenariat officiel « pour accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable ». Un an plus tard, en pleine pandémie de Covid, Klaus Schwab annonce le lancement de la Grande Réinitialisation technocratique avec Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, et Kristalina Georgieva du Fonds monétaire international. Davos, l’ONU et la Fondation Rockefeller sont tous sur un même agenda et ce n’est pas bon pour la santé et l’alimentation futures de l’humanité. Ce n’est pas une théorie de la conspiration, c’est la vraie conspiration.

source : https://journal-neo.org

traduit par Réseau International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents