Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La science : Les vaccins contre le Covid ne réduisent pas le risque de propagation ou d’infection par le virus et sont inutiles après trois mois

Publié par wikistrike.com sur 29 Octobre 2021, 19:05pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Santé - psychologie

La science : Les vaccins contre le Covid ne réduisent pas le risque de propagation ou d’infection par le virus et sont inutiles après trois mois

Les personnes complètement vaccinées contre le Covid mais qui contractent le virus sont tout aussi contagieuses pour les autres membres de leur foyer que les personnes infectées non vaccinées, selon une étude.

Les ménages sont un lieu clé pour la transmission des infections à coronavirus (pdf), les contacts quotidiens fréquents et prolongés avec une personne infectée étant liés à un risque accru de contracter le virus.

Cependant, des questions subsistent – notamment la proportion réelle de contacts familiaux qui sont infectés à partir d’un cas initial, la durée de leur infection et l’impact de la vaccination sur le risque de transmission du virus et la probabilité de l’attraper.

La science ne sait donc pas grand-chose.

La science se contente de jeter des trucs contre le mur pour voir ce qui colle.

Une étude vient de révéler que, si la vaccination contre le Covid est essentielle pour prévenir les maladies graves et les décès, même les personnes ayant reçu un vaccin complet attrapent le virus – et le transmettent.

Dans la revue The Lancet, des chercheurs de plusieurs institutions, dont l’Imperial College London et la Health Security Agency (HSA) du Royaume-Uni, expliquent comment ils ont analysé les données de 204 contacts familiaux de 138 personnes infectées par le variant Delta.

(Rappelons que l’Imperial College London, qui est financé par Bill Gates, est à l’origine des faux modèles initiaux utilisés par Fauci, qui est financé par Bill Gates, affirmant que des millions de personnes mourraient si nous ne nous mettions pas en état d’urgence, un plan créé par Bill Gates.).

Parmi ces contacts, qui ont été recrutés dans les cinq jours suivant l’apparition des symptômes chez le membre de leur famille et ont été testés quotidiennement pendant 14 jours, 53 ont été infectés, dont 31 étaient complètement vaccinés et 15 non vaccinés.

Les résultats suggèrent que même les personnes totalement vaccinées ont un risque non négligeable d’être infectées, l’analyse révélant qu’un contact totalement vacciné a 25 % de chances d’attraper le virus d’un membre du foyer infecté, tandis qu’un contact non vacciné a 38 % de chances d’être infecté.

N’oubliez pas que ces résultats sont entièrement basés sur des tests PCR et que, dans plusieurs situations différentes, La Science a utilisé différents nombres de cycles PCR sur des personnes vaccinées et non vaccinées. Ce tout nouveau concept de « transmetteur asymptomatique » a rendu toutes les données entourant le coronavirus complètement insignifiantes.

Cependant, les chiffres ne font pas la lumière sur la gravité de la maladie, et l’équipe prévient que ces chiffres se situent dans une fourchette de valeurs possibles, ce qui signifie que l’ampleur exacte de la différence n’est pas claire.

L’analyse suggère en outre que le fait qu’une personne infectée soit elle-même complètement vaccinée ou non fait peu ou pas de différence quant à son degré d’infectiosité pour ses contacts familiaux.

L’équipe ajoute que le pic de virus chez les personnes infectées était le même, qu’elles aient été vaccinées ou non, mais que ces niveaux diminuaient plus rapidement chez les personnes vaccinées, ce qui suggère qu’elles ont éliminé l’infection plus tôt.

« Cela explique probablement pourquoi les cas post-vaccinaux [complètement vaccinés] sont aussi infectieux pour leurs contacts que les cas [non vaccinés]« , a déclaré le professeur Ajit Lalvani, titulaire de la chaire des maladies infectieuses à l’Imperial College de Londres et auteur de l’étude.

L’équipe a également examiné de plus près les personnes complètement vaccinées.

« Ce que nous avons découvert, de manière surprenante, c’est que trois mois après la réception de la deuxième dose de vaccin, le risque de contracter une infection était déjà plus élevé que chez les personnes vaccinées plus récemment », a déclaré le professeur Lalvani.

« Cela suggère que la protection induite par le vaccin s’estompe déjà environ trois mois après la seconde dose« , a-t-il ajouté.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents