Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Covid : Le gouvernement britannique tente de dissimuler les terrifiants effets de la vaccination

Publié par wikistrike.com sur 7 Novembre 2021, 08:57am

Catégories : #Santé - psychologie

Covid : Le gouvernement britannique tente de dissimuler les terrifiants effets de la vaccination
Le gouvernement britannique tente de dissimuler le fait que les vaccins Covid-19 ont augmenté la mortalité toutes causes confondues de 15% et que les vaccinés pourraient développer un syndrome d’immunodéficience acquis

Le but des statistiques gouvernementales Covid-19 n’est plus d’informer le public avec une vérité scientifique, afin de l’aider à formuler une décision médicale valable sur les risques et les avantages des vaccins Covid-19.

Il s’agit d’influencer le public avec des informations trompeuses ou fausses ou biaisées politiquement ou médicalement et de supprimer toute information qui ne correspond pas à son agenda politique afin de faire efficacement ce choix à sa place .

Le 2 novembre, le Daily Mail a publié un article révélant que…

  1. L’organisme britannique de surveillance des statistiques reproche à l’organisme remplaçant de PHE d’avoir publié des chiffres “trompeurs” dont les anti-vaxxers se sont emparés pour prouver que les vaccins Covid ne fonctionnent pas.
  2. Au cours des dernières semaines, les données de l’agence montrent que les taux d’infection sont plus élevés chez les adultes entièrement vaccinés que chez les non vaccinés.
  3. Les commentateurs et les militants anti-vaxx se sont emparés de ces données pour prouver que les vaccins Covid ne fonctionnent pas.

Le chien de garde des statistiques du Royaume-Uni est l’Office of Statistics Regulation (TOSR en abrégé). Oui, Offstats a dit à l’UKHSA que ses statistiques étaient fausses. Et maintenant, ils reviennent gentiment au message.

Le directeur général du TOSR, Ed Humpherson, a écrit à la patronne de l’UKHSA, le Dr Jenny Harries, le 1er novembre, pour la remercier des changements qu’elle a apportés, et le Daily Mail cite ces propos

Il n’en reste pas moins que le rapport de surveillance inclut des taux pour 100 000 qui peuvent être utilisés pour affirmer que les vaccins ne sont pas efficaces.
Je sais que ce n’est pas l’intention du rapport de surveillance, mais la possibilité d’une utilisation abusive demeure.

Le gouvernement admet tacitement que le but de ses statistiques n’est pas de permettre au public de décider par lui-même si les vaccins sont efficaces ou non. Non, leurs statistiques ne devraient même pas être en mesure de soutenir un argument selon lequel les vaccins sont inefficaces. En effet, selon le directeur général, une telle interprétation des statistiques de l’UKHSA constituerait une utilisation abusive des données gouvernementales.

Il admet candidement que toutes les données de l’UKHSA servent exclusivement à prouver que les vaccins sont efficaces, et que tout organisme de statistiques gouvernementales qui s’écarte de cette ligne sera réajusté par le TOSR. Il définit l’UKHSA comme un organisme de propagande en faveur des vaccins, dont le mandat consiste uniquement à fournir des informations à l’une des parties du débat. On ne peut pas s’attendre à ce qu’une personne au Royaume-Uni choisisse en toute connaissance de cause de prendre ou non la thérapie génique expérimentale de Pfizer lorsque celle-ci lui est présentée par le gouvernement comme un vaccin Covid à l’efficacité incontestable.

L’auteur demande donc à Ed Humpherson, de –

  1. Retirer l’instruction qu’il a donnée à l’UKHSA de ne présenter que les données qui soutiennent la vaccination et de supprimer les données qui peuvent être utilisées pour soutenir le refus de la vaccination. Car la loi exige que le public ait la possibilité de donner un consentement éclairé pour toute intervention médicale.
  2. Publier immédiatement, dans le cadre d’une demande de liberté d’information, toutes les instructions données à d’autres agences gouvernementales dans le même but, à savoir influencer le public avec une propagande unilatérale, plutôt que de l’informer de manière équilibrée avec les deux côtés de l’argument.
  3. Retirer publiquement toutes ces instructions et commencer à présenter la vérité au peuple britannique en lui faisant confiance pour prendre la meilleure décision pour lui-même, sa famille et ses enfants.

Voici les dernières données de l’UKHSA provenant de leur rapport de surveillance des vaccins pour la semaine 44.

Cas signalés par date d’échantillon entre la semaine 40 et 43 2021 –

Voici comment cela s’inscrit dans les données des 8 semaines précédentes.

Le tableau ci-dessous montre le déclin hebdomadaire des performances du système immunitaire des personnes doublement vaccinées par rapport aux personnes non-vaxxées. L’efficacité des vaccins est mesurée à l’aide de la formule d’efficacité des vaccins de Pfizer…

(Taux de cas non-vaccinés – Taux de cas vaxxés)/le plus grand des taux de cas non-vaccinés ou vaxxés – Nous utilisons le rapport absolu normalisé des nombres de cas vaxxés et non-vaxxés pour déterminer l’efficacité du vaccin, tout comme le fait Pfizer lui-même.

Et maintenant, comme par magie, la tendance constante des 7 semaines de la semaine 35 à la semaine 41 a miraculeusement ralenti et s’est complètement arrêtée. Alléluia – nous sommes délivrés du SIDA induit par les vaccins, ce qui coïncide avec une réprimande du gouvernement à l’égard de son agence de statistiques.

L’auteur ne croit pas à ce remède miracle et continue de prévoir le même résultat que les données non traitées des semaines 35 à 41, à savoir…

Les 8 chiffres du rapport de surveillance des vaccins du PHE britannique sur les cas de Covid des semaines 35-42 ont montré que les personnes âgées de 40 à 79 ans doublement vaccinées avaient perdu 50 % des capacités de leur système immunitaire au 24 octobre et perdent régulièrement 4 à 5 % supplémentaires chaque semaine (entre 3,7 % et 7,9 %). Sans tenir compte de ce que nous comprenons comme étant les chiffres corrompus de la semaine 43, nous continuons à prévoir que les 30-49 ans n’auront aucune défense Covid/virale au mieux, ou une forme de SIDA médié par le vaccin au pire, d’ici la première semaine de janvier et que toutes les personnes doublement vaccinées de plus de 30 ans auront complètement perdu la partie de leur système immunitaire qui traite le Covid dans les 17 prochaines semaines.

Pendant ce temps, dans d’autres nouvelles, dont vous n’entendrez pas parler par une agence gouvernementale britannique réglementée par le TOSR, des chercheurs suédois ont découvert un mécanisme par lequel les vaccins dégradent le système immunitaire.

*

par Hui Jiang et Ya-Fang Mei.
Département des biosciences moléculaires, Institut Wenner-Gren, Université de Stockholm, SE-10691 Stockholm, Suède et Département de microbiologie clinique, Virologie, Université d’Umeå, SE-90185 Umeå, Suède.

Résumé
Le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) a entraîné la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19), affectant gravement la santé publique et l’économie mondiale. L’immunité adaptative joue un rôle crucial dans la lutte contre l’infection par le SRAS-CoV-2 et influence directement les résultats cliniques des patients. Des études cliniques ont indiqué que les patients atteints de COVID-19 sévère présentent des réponses immunitaires adaptatives retardées et faibles ; cependant, le mécanisme par lequel le SRAS-CoV-2 entrave l’immunité adaptative reste obscur. En utilisant une lignée cellulaire in vitro, nous rapportons ici que la protéine spike du SRAS-CoV-2 inhibe de manière significative la réparation des dommages à l’ADN, qui est nécessaire pour une recombinaison V(D)J efficace dans l’immunité adaptative. D’un point de vue mécanique, nous avons découvert que la protéine spike se localise dans le noyau et inhibe la réparation des dommages à l’ADN en empêchant le recrutement des protéines clés de réparation de l’ADN BRCA1 et 53BP1 sur le site des dommages. Nos résultats révèlent un mécanisme moléculaire potentiel par lequel la protéine spike pourrait entraver l’immunité adaptative et soulignent les effets secondaires potentiels des vaccins à base de spike pleine longueur.

L’importance de cette étude ne tient pas seulement au fait que les vaccins à ARNm empêchent l’ADN de se réparer, ce qui entraîne des troubles immunologiques, des cancers et un vieillissement prématuré. Le problème est que l’ARNm entre dans le noyau de vos cellules. Il s’agit là d’une thérapie génique pure et simple, et non d’une vaccination. L’ARNm devrait aller directement dans les usines d’assemblage de protéines de vos cellules, appelées ribosomes, auxquelles il devrait donner l’ordre de fabriquer les pics de protéines. Il ne doit pas s’approcher du noyau de la cellule. Entrer dans le noyau cellulaire signifie qu’il effectue ou qu’il effectue effectivement une transcription inverse et qu’il devient une partie ou un ajout à votre code génétique.

Immunologie de base

Les vaccins fonctionnent en simulant une attaque virale et en provoquant une réaction du système immunitaire comme si vous aviez été infecté par le virus. Ils sont censés entraîner le système immunitaire jusqu’à ce que vous développiez une immunité naturelle contre le virus. L’argument selon lequel l’immunité vaccinale est meilleure que l’immunité naturelle n’a donc jamais pu être vrai, car l’immunité vaccinale est une forme inférieure d’immunité naturelle résultant de la réponse immunitaire de l’organisme à une simulation générée par un vaccin plutôt qu’à une infection réelle. Les vaccins programment vos cellules pour qu’elles produisent la protéine S1 Spike de 1273 acides aminés, qui, par souci d’exhaustivité, est présentée ci-dessous, avec 60 acides aminés par ligne…

1 ) MFVFLVLLPLVSSQCVNLTTRTQLPPAYTNSFTRGVYYPDKVFRSSVLHSTQDLFLPFFS
2) NVTWFHAIHVSGTNGTKRFDNPVLPFNDGVYFASTEKSNIIRGWIFGTTLDSKTQSLLIV
3) NNATNVVIKVCEFQFCNDPFLGVYYHKNNKSWMESEFRVYSSANNCTFEYVSQPFLMDLE
4) GKQGNFKNLREFVFKNIDGYFKIYSKHTPINLVRDLPQGFSALEPLVDLPIGINITRFQT
5) LLALHRSYLTPGDSSSGWTAGAAAYYVGYLQPRTFLLKYNENGTITDAVDCALDPLSETK
6) CTLKSFTVEKGIYQTSNFRVQPTESIVRFPNITNLCPFGEVFNATRFASVYAWNRKRISN
7) CVADYSVLYNSASFSTFKCYGVSPTKLNDLCFTNVYADSFVIRGDEVRQIAPGQTGKIAD
8) YNYKLPDDFTGCVIAWNSNNLDSKVGGNYNYLYRLFRKSNLKPFERDISTEIYQAGSTPC
9) NGVEGFNCYFPLQSYGFQPTNGVGYQPYRVVVLSFELLHAPATVCGPKKSTNLVKNKCVN
10) FNFNGLTGTGVLTESNKKFLPFQQFGRDIADTTDAVRDPQTLEILDITPCSFGGVSVITP
11) GTNTSNQVAVLYQDVNCTEVPVAIHADQLTPTWRVYSTGSNVFQTRAGCLIGAEHVNNSY
12) ECDIPIGAGICASYQTQTNSPRRARSVASQSIIAYTMSLGAENSVAYSNNSIAIPTNFTI
13) SVTTEILPVSMTKTSVDCTMYICGDSTECSNLLLQYGSFCTQLNRALTGIAVEQDKNTQE
14) VFAQVKQIYKTPPIKDFGGFNFSQILPDPSKPSKRSFIEDLLFNKVTLADAGFIKQYGDC
15) LGDIAARDLICAQKFNGLTVLPPLLTDEMIAQYTSALLAGTITSGWTFGAGAALQIPFAM
16) QMAYRFNGIGVTQNVLYENQKLIANQFNSAIGKIQDSLSSTASALGKLQDVVNQNAQALN
17) TLVKQLSSNFGAISSVLNDILSRLDKVEAEVQIDRLITGRLQSLQTYVTQQLIRAAEIRA
18) SANLAATKMSECVLGQSKRVDFCGKGYHLMSFPQSAPHGVVFLHVTYVPAQEKNFTTAPA
19) ICHDGKAHFPREGVFVSNGTHWFVTQRNFYEPQIITTDNTFVSGNCDVVIGIVNNTVYDP
20) LQPELDSFKEELDKYFKNHTSPDVDLGDISGINASVVNIQKEIDRLNEVAKNLNESLIDL
21) QELGKYEQYIKWPWYIWLGFIAGLIAIVMVTIMLCCMTSCCSCLKGCCSCGSCCKFDEDD
22) SEPVLKGVKLHYT

Voici le tableau de recherche des acides aminés…

Alors que le SRAS-CoV-2 isolé de patients éthiopiens avait : les tailles de génome étaient de 29 860, 29 856 et 29 871 – 

Il y a 3 nucléotides (bases d’ARN du génome) par acide aminé. Ainsi, Covid-19 contient environ 9953 acides aminés au total. Le virus est donc environ 8 fois plus gros que sa protéine de pointe. L’immunité vaccinale résulte des anticorps dirigés contre la protéine de pointe. L’immunité naturelle résulte des anticorps dirigés contre l’ensemble du virus. Le système immunitaire découpe les protéines virales en petites sections et produit un anticorps différent pour chaque section. Ainsi, l’immunité naturelle produira 8 fois plus de types d’anticorps que l’immunité virale. C’est une des raisons pour lesquelles c’est tellement mieux. Dans une analyse qui a comparé plus de 32 000 personnes, ils ont constaté que le risque de développer un COVID-19 symptomatique était 27 fois plus élevé chez les vaccinés,et le risque d’hospitalisation 8 fois plus élevé –

En d’autres termes, l’immunité naturelle est 8 fois plus étendue que l’immunité vaccinale pour les vaccins à base de protéines de pointe Covid19.

Les vaccins font deux choses pour le système immunitaire. Ils lui montrent l’ennemi et ils agitent le système immunitaire pour simuler une infection systémique, pour le persuader que l’ennemi qu’on lui montre est vraiment dangereux. Cela persuade le système immunitaire de se précipiter et de produire des quantités d’anticorps capables d’éliminer les sections coupées de la protéine ennemie, la protéine spike, pour les vaccins Covid.

L’objectif de ce mini-cours d’immunologie de base est d’éduquer le lecteur au point qu’il comprenne que les vaccins ne peuvent pas perdre leur efficacité. Les vaccins sont NUMÉRIQUES. Ils ne sont pas ANALOGUES. Ils offrent un cours de formation de 2 à 3 semaines au système immunitaire, qui fonctionne ou ne fonctionne pas. Après cela, ils n’ont plus rien à faire. Ils n’effectuent aucun autre processus susceptible de perdre en efficacité. Soit ils montrent au système immunitaire une partie du virus et l’alertent du danger qu’il représente, soit ils ne le font pas. Nous savons que les vaccins covid19 fonctionnent au départ, d’après les premiers résultats du nombre de cas. Ils réussissent donc à entraîner le système immunitaire. À ce moment-là, leur travail est terminé. Ils n’ont plus rien à faire. Il n’existe aucun mécanisme immunologique par lequel les vaccins peuvent perdre leur efficacité, car ils ont terminé le but de leur existence en 2 ou 3 semaines, la période normale d’une infection virale. L’idée qu’ils perdent leur efficacité au bout de 2 à 3 semaines n’est qu’un non-sens immunologique.

La détérioration rapide de la réponse immunitaire au Covid19 après la vaccination ne peut donc être due qu’au fait que les vaccins endommagent le système immunitaire. Elle ne peut pas être due à une “perte d’efficacité” des vaccins. Le fait que les rappels améliorent effectivement la réponse au covid19 (en alertant encore plus le système immunitaire et en lui disant que le covid19 – qui a déjà été identifié deux fois par les deux premières injections, est vraiment vraiment vraiment dangereux et qu’il ferait mieux de passer en defcon3) montre catégoriquement que les vaccins n’ont pas perdu leur efficacité. Leur programme de formation est toujours efficace. La détérioration de la réponse immunitaire est donc un effet secondaire indésirable de la vaccination. C’est la partie thérapie génique des vaccins. C’est la surproduction continue de protéines de pointe qui semble épuiser le pauvre vieux système immunitaire. Et les rappels ne font qu’aggraver la situation.
Manipulation supplémentaire des données de Covid par le gouvernement

L’ONS a publié les décès, toutes causes confondues, par statut vaccinal au format Excel.

Nous combinons leurs tableaux 4 et 5 comme ci-dessous. Leurs données couvrent la période allant de janvier 8 à septembre 24. Elles incluent les 10-17 ans dans le groupe des non-vaccinés, qui n’ont pas pu être vaccinés avant le 23 août. Il faut donc les supprimer et trouver un moyen d’ajuster les données pour tenir compte de leur dépendance à l’âge, car les personnes vaccinées sont généralement plus âgées que les personnes non vaccinées. L’ONS le fait avec sa formule de taux de mortalité standardisé par âge.

Ils l’utilisent pour fournir des chiffres “ajustés par âge”. Ils le font parce que le fait est que chaque semaine, de fin janvier à septembre24, le taux de décès parmi les vaccinés a largement dépassé celui des non-vaccinés. Même si nous retirons les 10-17 ans comme nous l’avons fait dans le tableau ci-dessous (nous avons calculé ci-dessous qu’il y a 4 434 375 d’entre eux dans le groupe des invaxés de l’ONS), il est toujours vrai que pendant la majeure partie du mois de mai, vous aviez 5 fois plus de chances de mourir si vous étiez dans le groupe des vaccinés que dans celui des non vaccinés.

Certes, même sans les 10-17 ans, le groupe vacciné était encore considérablement plus âgé que le groupe non vacciné en mai. Mais ce n’est pas le genre de choses que le gouvernement veut publier. Il essaie donc de détourner l’attention vers ses chiffres “ajustés selon l’âge”, qu’il appelle ses chiffres “standardisés selon l’âge” parce que cela semble moins manipulable. Mais voici les données brutes sans les adolescents…

Dans ses tableaux 4 et 5, l’ONS a calculé les taux de mortalité pour 100 000 habitants en utilisant la formule compliquée du taux de mortalité standardisé par âge expliquée dans son rapport. Cette formule est censée éliminer l’âge comme facteur de confusion dans le tableau ci-dessus. Le principal facteur de confusion est l’inclusion des taux de mortalité des 10-17 ans dans le groupe non vacciné, à une époque où personne de moins de 18 ans ne pouvait se faire vacciner. La méthode évidente pour corriger cette disparité serait que l’ONS retire simplement du groupe les personnes dont l’âge est inférieur à 18 ans. Mais l’ONS a préféré les laisser dans le groupe, puis les en retirer à l’aide d’une formule compliquée, comme les bureaucrates adorent le faire.

Cependant, nous pouvons voir combien de 10-17 ans il y avait dans le groupe non vacciné de l’ONS le 20 août 21 (les 16-17 ans ont été appelés à être vaccinés le 23 août 21) comme suit.

UK 10-17 ans = 5 305 102 (estimations de la population à mi-année de l’ONS, juin 2020)
Population britannique de 10 ans et plus = 49 771 233 (estimations de la population à mi-année de l’ONS, juin 2020).

Le 23-Août-21 –

Royaume-Uni vaccinés individuellement = 39 910 686 (https://coronavirus.data.gov.uk/details/vaccinations)
UK non vaccinés 10+ = 9 860 547
Non vaccinés selon l’ONS = 8 242 156
Ratio ONS/UK = 83,587%.
83.587% de 5,305,102 = 4,434,375

Nous devrions donc avoir 4,434,375 10-17 ans à éliminer. Nous avons pris ce nombre dans la colonne des 10+ non vaccinés ci-dessus pour calculer la colonne des 18+.

Après avoir retiré les adolescents, nous pouvons voir où se situera le taux de mortalité lorsque l’âge aura disparu des données (d’ici le 22 octobre, lorsque toutes les personnes de plus de 18 ans qui souhaitaient une deuxième injection auront eu 10 semaines pour l’obtenir, étant donné que leur demande de première injection a été faite le 18 juin et qu’il devrait y avoir un intervalle de 8 semaines entre les injections. Leur appel pour la deuxième injection a donc eu lieu le 13 août).

Le facteur de mortalité est simplement le rapport entre le taux de mortalité toutes causes confondues des vaccinés pour 100 000 habitants et celui des non-vaccinés.

Tous les taux de mortalité pour 100 000 habitants sont calculés en multipliant le nombre de décès par 100 000 et en le divisant par la population du groupe.

Si nous avançons de 5 semaines, du 24 septembre au 29 octobre, nous arrivons au moment où toutes les personnes âgées de 18 ans et plus ont eu la possibilité de se faire vacciner si elles le souhaitaient. La disparité d’âge entre les vaccinés et les non-vaccinés se sera donc résorbée. Le graphique ci-dessus montre qu’au final, le taux de mortalité des personnes vaccinées sera DEUX fois supérieur à celui des personnes non vaccinées AUJOURD’HUI.

Même ce rapport de 2:1 est affecté par l’âge, car les personnes plus jeunes, plus en forme, plus athlétiques et sportives, et les personnes ayant foi en Dieu ou en la nature, ne ressentent pas le besoin de se faire vacciner parce qu’elles font plus confiance à leur propre corps et à la nature ou à Dieu qu’aux sociétés pharmaceutiques qui font du lobbying auprès du gouvernement et qui sont motivées par le profit.

Cependant, l’ONS ne mentionne pas ce rapport final de 2:1 des taux de mortalité toutes causes confondues chez les vaccinés par rapport aux non-vaxxés dans ses bulletins monolatéraux en faveur de la thérapie génique. Au lieu de cela, ils nous disent ce qui suit dans leur dernière extravagance bureaucratique de normalisation de l’âge…

Ce graphique ne représente pas les taux de mortalité réels par statut vaccinal en fonction du temps. Il représente le taux de mortalité standardisé sur l’âge par statut vaccinal en fonction du temps.

Ainsi, l’UKHSA affirme que les personnes non-vaccinées meurent du Covid à un taux 5 fois supérieur à celui des personnes doublement vaccinées, en raison de leur formule de taux de mortalité standardisé sur l’âge. Alors que les chiffres bruts pour la semaine du 24 septembre montrent que les personnes non-vaccinées ne meurent que deux fois plus vite que les personnes doublement vaccinées (2,97:1,5) à cause du Covid. De plus, les personnes doublement vaccinées meurent de toutes causes deux fois plus souvent que les personnes non vaccinées ! Nous devons donc regarder les taux de mortalité standardisés par âge de l’UKHSA pour toutes les causes pour les 10 dernières semaines. Les voici, tirés du tableau 2.

Ils disent que les personnes doublement vaccinées ont eu en moyenne un taux de mortalité réel, non biaisé par l’âge, qui est de 58% du taux de mortalité toutes causes confondues des personnes non vaccinées. Si cette analyse avait le moindre rapport avec la réalité, alors, puisque les personnes doublement vaccinées (qui constituent la grande majorité de la population) mourraient à 58 % du taux des personnes non vaccinées, la mortalité toutes causes confondues pour l’ensemble de la population serait proche de 58 % de la moyenne sur 5 ans. Parce qu’à l’heure actuelle, les personnes non-vaxées ne meurent pas en nombre significatif du Covid et n’ont subi aucune intervention médicale. Ils représenteraient donc le taux de mortalité sur 5 ans, toutes causes confondues. Voici le taux actuel de mortalité toutes causes confondues pour l’ensemble du pays…

La mortalité toutes causes confondues n’est pas tombée à 58% de la moyenne sur 5 ans. Non. Elle a augmenté d’environ 15% par rapport à cette moyenne. Le taux de mortalité standardisé selon l’âge est une fiction bureaucratique d’un facteur 2 environ, tant le gouvernement est prêt à tout pour dissimuler la réalité du Covid, à savoir que les vaccinés augmentent actuellement de 15 % la mortalité toutes causes confondues au Royaume-Uni. Et comme ils représentent 80 % de la population, leur véritable taux de mortalité indépendant de l’âge devra être supérieur de 19 % à celui des non-vaccinés pour y parvenir.

Cela signifie que pour chaque personne que les vaccins sauvent du covid, ils tuent 1,19 personne à cause des effets secondaires.

L’année dernière, à la même époque, la mortalité toutes causes confondues était également supérieure à la moyenne sur 5 ans en raison du nombre important de décès dus au covid de l’alhpa de Wuhan. Cette année, nous avons autant de cas, mais beaucoup moins de décès, Dieu merci. Car le delta, bien que plus infectieux, est moins mortel. Donc l’élévation n’est pas due à delta. Elle doit être due aux vaccins.

En conclusion : La formule ASMR est biaisée en faveur des doublement vaccinés et contre les non-vaxxés par un facteur de 2.

Cela signifie que le véritable taux de décès dû à la Covid chez les vaccinés n’est pas meilleur que chez les non-vaccinés, ce qui est la conclusion immunologique inéluctable du fait que les taux de cas sont plus élevés chez les vaccinés. Car les taux de décès devraient suivre les taux de cas.

Traduction de l’article :

source:https://resistance-mondiale.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents