Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Aucune poigne : La France suspend sa menace de sanctions contre le Royaume-Uni

Publié par wikistrike.com sur 2 Novembre 2021, 07:39am

Catégories : #Economie, #Politique internationale

La France renonce à ses menaces contre le Royaume-Uni pour l'instant. Aucune rétorsion ne se sera mise en place ce mardi, dans la crise entre Paris à Londres au sujet de la pêche post-Brexit dans la Manche. Rendez-vous pris ce jeudi pour en parler.

La France renonce à ses menaces contre le Royaume-Uni pour l'instant. Aucune rétorsion ne se sera mise en place ce mardi, dans la crise entre Paris à Londres au sujet de la pêche post-Brexit dans la Manche. Rendez-vous pris ce jeudi pour en parler.

 
Après une période de forte tension, la voie du dialogue semblait reprendre le dessus le 1er novembre au soir dans le conflit qui oppose la France et la Grande-Bretagne sur la question de la pêche, conséquence de la sortie du royaume de l'Union européenne.
En marge de la COP26 à Glasgow, le Président français Emmanuel Macron a fait savoir que des discussions engagées allaient se poursuivre mardi, jour initialement prévu de l'entrée en vigueur de mesures de rétorsion françaises à l'égard de la Grande-Bretagne, qui a menacé pour sa part d'engager des poursuites judiciaires.
Lundi soir, le secrétaire d'État français aux Affaires européennes a indiqué que la France suspendait les mesures de rétorsion.
 
"Nous avons reçu de premiers signaux de la part des autorités britanniques pour accélérer les échanges; une réponse aux dernières propositions des autorités françaises est attendue d'ici mercredi", a écrit Clément Beaune sur Twitter, indiquant aussi que David Frost, le ministre britannique des Relations avec l'Union européenne, serait invité jeudi à Paris pour des discussions.
"Les mesures annoncées et préparées par la France ne seront pas appliquées avant cette réunion et l'examen des nouvelles réponses britanniques relatives aux licences de pêche", a précisé Clément Beaune.
 
Ces annonces, confirmées par l'Élysée, ont été saluées dans la foulée par le gouvernement britannique, dont un porte-parole a annoncé que David Frost acceptait l'invitation française.
Paris a annoncé la semaine dernière la mise en place à partir de ce mardi de mesures de rétorsion contre la Grande-Bretagne, dont l'interdiction d'accès aux ports français de pêcheurs britanniques et un renforcement des contrôles frontaliers et sanitaires sur les marchandises en provenance de Grande-Bretagne.
La France a arraisonné mercredi un bateau de pêche britannique, le Cornelisis Gert Jan, qui opérait illégalement selon elle dans les eaux françaises au large du Havre.
Désaccords
Les désaccords entre la Grande-Bretagne et la France au sujet des zones de pêche proches de leurs côtes remontent à des décennies, mais la situation s'est détériorée en septembre quand Paris a accusé Londres de ne pas avoir attribué suffisamment de licences aux bateaux français pour pêcher dans la zone située de 6 à 12 miles nautiques des côtes anglaises.
 
Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson ont abordé le sujet dimanche en marge d'un sommet du G20 à Rome. Ils ont fait bonne figure lundi à l'ouverture de la conférence des Nations unies sur le climat (COP26) à Glasgow.
Même si la pêche ne constitue pas une activité économique clé pour la France ni pour la Grande-Bretagne, le conflit intervient à un mauvais moment sur le plan diplomatique.
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents