Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une étude israélienne révolutionnaire montre comment les protéines du COVID attaquent le cœur et les vaisseaux sanguins

Publié par wikistrike.com sur 8 Novembre 2021, 08:50am

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

Une étude israélienne révolutionnaire montre comment les protéines du COVID attaquent le cœur et les vaisseaux sanguins

La semaine dernière, nous vous avons fait part d’un étrange phénomène qui se déroule dans les hôpitaux et les salles d’urgence des États-Unis. Alors même que le nombre de cas de COVID continue de diminuer, les salles d’urgence du pays sont bondées de patients cherchant à se faire soigner pour des douleurs abdominales, des caillots sanguins, des problèmes cardiaques et respiratoires. Tous ces symptômes correspondent au large éventail de symptômes officiels du COVID rapportés par les CDC. Mais, comme l’indiquent les reportages, la cause de cette vague soudaine, qui a conduit à ce que certains patients soient à nouveau traités dans les couloirs des hôpitaux, reste officiellement incertaine.

Plus de 18 mois après son apparition à Wuhan, le SARS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID, reste une énigme pour les scientifiques, qui ont mené un large éventail d’études pour tenter d’en savoir plus sur la façon dont le virus agit. L’une des caractéristiques les plus remarquables du COVID est sa capacité à causer des dommages non seulement au système respiratoire des patients, mais aussi à leur cœur et à leur système vasculaire. Souvent, ces dommages laissent les patients avec des symptômes durables qui persistent bien au-delà de l’infection initiale.

Avant même de devenir le premier pays de la planète à vacciner la quasi-totalité de sa population (les rappels sont effectués depuis le mois d’août), Israël a été une source majeure de recherche sur le COVID. Et la dernière étude pionnière produite par des chercheurs de diverses disciplines (de l’épidémiologie à l’informatique) à l’université de Tel Aviv soulève certainement des questions intéressantes, selon un rapport du Jerusalem Post.

Les chercheurs sont devenus les premiers sur terre à identifier quelles sont les 5 des 29 protéines qui forment le virus SARS-CoV-2 et qui sont responsables des dommages causés aux vaisseaux sanguins des patients ».

…[Une] équipe de chercheurs de l’université de Tel Aviv a identifié les cinq protéines, sur les 29 qui forment le virus, qui sont responsables de la détérioration des vaisseaux sanguins.

« Nous observons une incidence très élevée de maladies vasculaires et de coagulation du sang, par exemple, des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques chez les patients ayant contracté le COVID », explique le Dr Ben Maoz, auteur principal de l’étude publiée dans la revue eLife.

« Nous avons tendance à considérer la COVID comme une maladie essentiellement respiratoire, mais la vérité est que les patients atteints de coronavirus sont jusqu’à trois fois plus susceptibles de subir un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque », ajoute-t-il. « Toutes les preuves montrent que le virus endommage gravement les vaisseaux sanguins ou les cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins. Cependant, jusqu’à ce jour, le virus a été traité comme une entité unique. Nous avons voulu découvrir quelles protéines du virus sont responsables de ce type de dommages. »

L’étude a été réalisée à l’aide de méthodes inédites : les chercheurs se sont réunis pour insérer différentes séquences d’ARN viral dans des vaisseaux sanguins humains en laboratoire, et ont observé la réaction. De cette manière, ils ont pu déduire quelles protéines causaient le plus de dommages aux tissus du système vasculaire. En particulier, ils ont découvert quelles protéines sont responsables des plus grands dommages causés au système vasculaire humain.

« Lorsque le coronavirus pénètre dans le corps, il commence à produire 29 protéines, un nouveau virus se forme, puis ce virus produit 29 nouvelles protéines, et ainsi de suite », a déclaré Maoz.

« Au cours de ce processus, nos vaisseaux sanguins, qui étaient des tubes opaques, se transforment en une sorte de filet ou de morceau de tissu perméable, et parallèlement, il y a une augmentation de la coagulation du sang. Nous avons examiné en détail l’effet de chacune des 29 protéines exprimées par le virus, et nous avons réussi à identifier les cinq protéines spécifiques qui causent les plus grands dommages aux cellules endothéliales et donc à la stabilité et à la fonction vasculaire. »

Pour modéliser et vérifier ses résultats, l’équipe a utilisé des modèles informatiques afin de discerner exactement quelles protéines avaient le plus grand impact sur le tissu humain.

Les scientifiques espèrent que cette découverte aidera l’humanité à mieux comprendre comment le virus cause autant de dommages au cœur et aux vaisseaux sanguins.

« Notre recherche pourrait aider à trouver des cibles pour un médicament qui sera utilisé pour arrêter l’activité du virus, ou au moins minimiser les dommages aux vaisseaux sanguins. »

Mais, et si elle soulevait plutôt des questions sur les vaccins que les scientifiques ont mis au point, qui reposent sur l’ARN viral pour « reprogrammer » le système immunitaire humain ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents