Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des créatures côtières ont été découvertes vivant à bord de déchets flottants en pleine mer

Publié par wikistrike.com sur 17 Décembre 2021, 07:38am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Des créatures côtières ont été découvertes vivant à bord de déchets flottants en pleine mer

Les déchets plastiques transforment parfois l’écosystème marin de manière insidieuse, comme les minuscules particules que les organismes peuvent consommer et qui remontent la chaîne alimentaire. D’autres sont plus visibles, comme les gros morceaux de déchets qui forment le grand vortex de déchets du Pacifique. Une nouvelle étude a montré que des créatures vivant habituellement dans les zones côtières font du stop en mer à bord de ces déchets et sont capables non seulement de survivre en plein océan, mais aussi de prospérer à des centaines de kilomètres de chez elles.

Image d’entête : tirée de l’étude, les communautés de créatures marines désormais persistantes en haute mer due à l’existence d’une vaste réserve de pollution plastique durable et très flottante, qui constitue un habitat approprié. (Alex Boersma/ Linsey E. Haram et col./ Nature Communications)

Le grand vortex de déchets du Pacifique est situé dans le gyre subtropical du Pacifique Nord, l’un des cinq gyres océaniques formés par les courants qui transportent les déchets plastiques vers la mer où ils tourbillonnent et se concentrent. Aucun autre tourbillon ne contient autant de plastique que celui-ci : il couvre plus de 1580 000 km² et abrite environ 79 000 tonnes de déchets.

Si une grande partie de ces déchets est constituée de microplastiques, c’est-à-dire de déchets qui ont été réduits en minuscules fragments par les forces de l’océan, de nombreux objets plus volumineux sont également rejetés en mer, tels que des filets de pêche, des bouées et des bouteilles. Ce sont ces objets qui offrent un nouveau foyer aux espèces côtières, en les transportant vers le large et en étendant considérablement leur habitat.

A partir de l’étude : exemples de déchets plastiques ayant dérivés très loin de leur lieu d’origine ( a) débris emporté par le tsunami japonais, c et d débris colonisés de matériel de pêche) et en b) zones d’accumulation de débris plastiques flottants simulées à l’aide d’un modèle de dérive numérique. (Linsey E. Haram et col./ Nature Communications)

Ecosystème déchet plastique océan 3 21

Selon Linsey Haram, auteur principal de l’étude et ancien chercheur postdoctoral au Smithsonian Environmental Research Center (SERC/ Etats-Unis) :

Les problèmes posés par le plastique vont au-delà de l’ingestion et de l’enchevêtrement. Cela crée des opportunités pour que la biogéographie des espèces côtières s’étende considérablement au-delà de ce que nous pensions être possible auparavant.

Les scientifiques ont déjà observé ce type de choses. Le tsunami de 2011 au Japon a emporté toutes sortes d’objets vers la mer, et a vu près de 300 espèces côtières se fixer et traverser l’océan en radeau pendant plusieurs années, pour échouer sur les côtes d’Hawaï et des États-Unis. Les preuves confirmées de la présence d’espèces côtières vivant sur du plastique en haute mer sont toutefois rares.

M. Haram et des chercheurs de l’Ocean Voyages Institute ont collecté des tonnes de déchets plastiques dans le grand vortex de déchets du Pacifique dans le cadre d’une expédition en voilier, et certains des échantillons ont été envoyés au Marine Invasions Lab du SERC. L’analyse de ces échantillons a révélé qu’une série d’espèces côtières avaient colonisé les déchets flottants, notamment des anémones, des hydroïdes et des amphipodes ressemblant à des crevettes.

Anika Albrecht, de l’Ocean Voyages Institute, lors d’une expédition en 2020 de collecte de plastique dans le gyre subtropical du Pacifique Nord, où elle était second capitaine. (Ocean Voyages Institute 2020 Gyre Expedition)

Ecosystème déchet plastique océan 2 21

Grâce au plastique qui leur fournit un nouvel habitat, ces espèces non seulement survivent, mais prospèrent, même si des questions subsistent quant à la manière exacte dont elles le font. On ne sait pas exactement comment ces créatures se nourrissent si loin de chez elles. Les scientifiques pensent qu’elles peuvent dériver vers des points chauds du tourbillon où la nourriture est disponible, ou que le plastique sert en quelque sorte de récif, attirant des ressources alimentaires supplémentaires.

Selon Greg Ruiz, chercheur principal au SERC, qui dirige le laboratoire des invasions marines où travaillait Haram :

Jusqu’à présent, la haute mer n’était pas habitable pour les organismes côtiers. En partie à cause de la limitation de l’habitat, car il n’y avait pas de plastique dans le passé, et en partie, pensons-nous, parce que c’était un désert alimentaire.

Selon les chercheurs, ces nouvelles communautés de créatures côtières en pleine mer représentent un changement de paradigme dans la science marine. Elles pourraient avoir des impacts incalculables sur l’écosystème, où les espèces natives de l’océan ouvert colonisent également les débris plastiques, et elles pourraient également agir comme des espèces invasives, habitant l’océan ouvert pendant des années avant d’envahir potentiellement de nouvelles côtes.

Les débris de plastique du grand vortex de déchets du Pacifique abritent à la fois des organismes côtiers et des organismes de haute mer. (The Ocean Cleanup)

Ecosystème déchet plastique océan 4 21

Selon Haram :

Les espèces côtières sont directement en concurrence avec ces radeaux océaniques. Elles sont en concurrence pour l’espace. Elles sont en concurrence pour les ressources. Et ces interactions sont très mal comprises.

Les chercheurs ne savent pas dans quelle mesure ces communautés sont répandues et si elles existent au-delà du grand vortex de déchets du Pacifique. Mais comme de plus en plus de déchets plastiques se déversent dans l’océan, il y a de bonnes raisons de penser que ces colonies vont se développer et continuer à brouiller les frontières entre des environnements marins traditionnellement distincts.

L’étude publiée dans Nature Communications : Emergence of a neopelagic community through the establishment of coastal species on the high seas et présentée sur le site de la Smithsonian Institution : Ocean Plastic Is Creating New Communities of Life on the High Seas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents