Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Harvey Risch, épidémiologique à l'Université de Yale: Le Covid-19 est une pandémie de peur « fabriquée » par les autorités

Publié par wikistrike.com sur 11 Décembre 2021, 11:18am

Catégories : #Santé - psychologie

Harvey Risch, épidémiologique à l'Université de Yale: Le Covid-19 est une pandémie de peur « fabriquée » par les autorités

Selon le Dr Harvey Risch, épidémiologiste à Yale, la pandémie de COVID-19 est une pandémie de peur, fabriquée par des personnes qui occupaient des positions d’autorité officielles lorsque le virus a commencé à se propager dans le monde l’année dernière.

Lors d’une apparition dans le programme « American Thought Leaders » d’Epoch TV, M. Risch, professeur d’épidémiologie à l’école de santé publique de Yale et au département d’épidémiologie et de santé publique de l’école de médecine de Yale, a affirmé que, dans l’ensemble, ce qui a caractérisé toute la pandémie de virus du PCC (Parti communiste chinois) a été « le degré de peur et la réponse des gens à la peur ».

« Globalement, je dirais que nous avons eu une pandémie de peur. Et la peur a touché presque tout le monde, alors que l’infection en a touché relativement peu », a déclaré M. Risch.

« Dans l’ensemble, il s’agit d’une pandémie très sélectionnée et prévisible. Elle a été très différenciée entre les jeunes et les personnes âgées, les personnes en bonne santé et celles atteintes de maladies chroniques. Nous avons donc rapidement appris qui était à risque pour la pandémie et qui ne l’était pas. »

« Cependant, la peur a été fabriquée pour tout le monde. Et c’est ce qui a caractérisé toute la pandémie, ce degré de peur et la réponse des gens à cette peur. »

Risch est l’auteur de plus de 300 publications originales évaluées par des pairs et a été membre du comité de rédaction de l’American Journal of Epidemiology.

Le professeur d’épidémiologie a suggéré que les personnes qui occupaient les positions d’autorité nominales au moment du déclenchement de la pandémie en mars 2020 ont initialement diffusé une image de la « nature sinistre » du virus bien pire que ce qui était justifié.

Ils ont notamment fait passer le message que tout le monde était en danger, que tout le monde pouvait mourir en contractant le virus et que chacun devait rester chez soi pour se protéger et, ainsi, protéger la société.

« Les gens ont eu peur de ce message, comme n’importe qui d’autre… Le gouvernement, les autorités, les scientifiques et les responsables médicaux des institutions de santé publique ont tous dit le même message à partir de février ou mars de l’année dernière. Et donc, nous y croyons tous un peu », a-t-il déclaré.

Au cours des deux premiers mois de la pandémie, des obligations strictes de confinement et de port de masques ont été mises en œuvre pour freiner la transmission du COVID-19 aux États-Unis et dans le monde. M. Risch a déclaré que les types de messages diffusés par les autorités ont entraîné une augmentation généralisée des niveaux d’anxiété.

« Tous nos niveaux d’anxiété ont augmenté, et nous avons tous pris la décision de réduire, à des degrés divers, notre exposition à d’autres personnes, certains plus que d’autres, mais je pense que tout le monde avait des niveaux d’anxiété qui ont vraiment affecté la façon dont ils menaient leur vie à ce moment-là », a-t-il déclaré.

Entre-temps, le président Joe Biden a déclaré que 96 à 98 % des Américains devaient être vaccinés contre le COVID-19 avant que le pays ne puisse « revenir à la normale », en faisant valoir que les Américains non vaccinés sont responsables du ralentissement de la reprise économique du pays.

Selon les données des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, au 4 décembre, un peu plus de 70 % des adultes américains étaient complètement vaccinés contre le virus, tandis que 23,9 % avaient reçu une dose de rappel.

« …les gens doivent être en colère à ce sujet… que ces médicaments [hydroxycholoquine, ivermectine] aient été éliminés pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la science. »

Regardez l’interview complète de l’épidémiologiste de Yale, le Dr Harvey Risch, ci-dessous, ou regardez et lisez la transcription complète sur Epoch TV.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents