Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L’ivermectine rejeté comme traitement Covid parce que son expert OMS a été corrompu

Publié par wikistrike.com sur 20 Décembre 2021, 08:43am

Catégories : #Santé - psychologie

L’ivermectine rejeté comme traitement Covid parce que son expert OMS a été corrompu

par Jean-Dominique Michel.

Je republie ici dans son intégralité le remarquable article publié par l’AIMSIB (Association internationale pour une Médecine scientifique, indépendante et bienveillante) au sujet de la scandaleuse position de l’OMS vis-à-vis de l’ivermerctine. Alors que ce remède a montré une efficacité remarquable face au Covid, l’organisation internationale (aujourd’hui une des plus corrompues au monde) s’est arrangée pour nier l’évidence, condition sine qua non rappelons-le pour que les injections géniques expérimentales actuellement imposées puissent bénéficier d’autorisations conditionnelles urgentes.

Je somme ici solennellement les autorités suisses, le Conseiller fédéral Alain Berset, les Conseillers d’État en charge de la santé, les médecins cantonaux ainsi que les Hôpitaux universitaires de cesser immédiatement de cautionner ces agissements criminels. L’emploi de traitements précoces, qui aurait dû être assuré par le simple respect de la liberté thérapeutique garantie à chaque chaque médecin, a au contraire été mis en échec par une politique agressive de déni des données et d’intimidation.

Cette politique malfaisante a coûté en Suisse des milliers de vies.

C’est pourquoi, ces « responsables » doivent immédiatement cesser de se réfugier derrière les directives et recommandations d’organisations aux mains de la corruption. Les données et la somme d’études incontestables sont là. En continuant à les nier, les instances mentionnées participent activement à ce qui relève d’un homicide à large échelle.

*
L’ivermectine n’est pas reconnue comme traitement de la Covid parce que son expert OMS a été corrompu

par La rédaction de l’AIMSIB.

L’histoire remonte à janvier 2021 quand le Dr Andrew HILL expliqua avec une émotion non contenue au NIH (National Institutes of Health, ensemble de laboratoires publics rattachés au Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis) à quel point l’ivermectine allait pouvoir sauver le monde de la Covid.

Un mois plus tard pourtant, il publiait une conclusion absolument contraire à la première. Pourquoi, pour qui, avec quelles conséquences pour les malades ?

Attention, cet article nous éclaire sur ce que l’avenir nous réserve inexorablement si le monde libre ne se rebelle pas avec la dernière vigueur contre la manière dont nous ne sommes ni gouvernés, encore moins protégés, par nos élites : il faut se rebeller de toutes nos forces, bonne lecture.

« Hill et ses partisans sont parmi les pires personnes de l’histoire de l’humanité. Ils sont responsables de la mort de millions de personnes » ~ Dr Paul Kory, Front Line COVID-19 Critical Care Alliance

Introduction

Fin 2020. En tant que chercheur invité principal en pharmacologie à l’Université de Liverpool (senior visiting Research Fellow in Pharmacology at Liverpool University) et conseiller pour la Fondation Bill et Melinda Gates, Hill fut chargé par l’OMS d’une mission d’évaluation très attendue sur la pertinence éventuelle de l’ivermectine en traitement de la Covid. Ces conclusions initiales seront dithyrambiques pour la molécule avant qu’inexplicablement tout ne change. L’ensemble est relaté dans un ouvrage qui a fait sensation outre-Atlantique1, signé par l’avocat Robert Kennedy, et dont nous citons quelques passages cruciaux ici, tirés des pages 137 à 143.

Des faits, rien que des faits

Dans un premier temps, les premiers résultats publiés par Hill et al. allègueront d’une possible diminution de mortalité sous ivermectine égale à 75% bien que quelques données douteuses aient pu s’inviter dans le pool d’études retenues pour cette méta-analyse2.

Ces conclusions seront encore défendues par l’auteur le 6 janvier 2021 devant la commission du NIH COVID-19 Treatment Guidlelines Panel. On attendait de lui qu’il publie pour le mois de mars 2021 son rapport à l’OMS afin que le monde puisse se diriger rapidement vers la fin de cette crise sanitaire aussi atypique3. Puis en peu de semaines, Hill change de registre, hésite puis se dédit : Non, l’ivermectine ne peut être considérée comme une thérapeutique fiable de la Covid au stade actuel de nos connaissances, de plus amples études nécessitent d’être menées à l’avenir.

C’en est trop pour le Dr Tess Lawrie (photo), médecin et entre autre fondatrice de l’Evidence Based Medical Consultancy (E-Bmc) basée à Bath, au Royaume-Uni4,5 qui décide de pousser Hill à justifier sa volte-face.

L’accablant aveu (enregistré) de A. Hill par T. Lawrie

Quelques jours avant le dépôt des conclusions entièrement remaniées de Hill, Tess Lawrie se paye le luxe de l’appeler en visioconférence Zoom et d’enregistrer celle-ci6, ayant largement subodoré que les atermoiements subits de son collègue ne présageaient rien de bon.

Spontanément Hill confirme qu’il a saboté ou laissé saboter la conclusion de sa méta-analyse afin de « gagner six semaines », après quoi il aurait été prêt à soutenir son utilisation.

Hill se livre alors spontanément à un calcul d’une froideur inouïe :

Il part du postulat que le taux de mortalité par Covid à cette époque étant de 15 000 personnes par jour il reconnaît donc qu’avec un taux de guérison de 80% induit par l’ivermectine, si l’on avait traité tous ces malades pendant cette période on aurait pu sauver plus de 500 000 vies.

La discussion roule ensuite autour des employeurs réels de Hill :

  • Lawrie : « Je souhaite vraiment, vraiment, et vous m’avez expliqué très clairement, à la fois dans ce que vous avez dit et dans votre langage corporel, que vous n’êtes pas entièrement à l’aise avec vos conclusions, et que vous êtes dans une position délicate en raison de l’influence que les gens exercent sur vous, et notamment les personnes qui vous ont payé et qui ont essentiellement écrit cette conclusion pour vous ».
  • Hill : « Vous devez comprendre que je suis dans une position difficile. J’essaie de trouver un juste milieu et c’est extrêmement difficile ».
  • Lawrie : « Oui. Un terrain d’entente. Le juste milieu n’est pas un juste milieu… Vous avez pris une position extrême en appelant à de nouvelles études et cela va tuer des gens. Donc cela va sortir, et vous serez coupable ».

 

Puis, pressé par Lawrie il avoue le plus incroyable, à savoir qu’il a effectivement caché l’existence d’un auteur supplémentaire qu’il n’a pas cité dans son article, imposé par un de ses employeurs habituels, à savoir UNITAID.

UNITAID, mode d’emploi

Que vient faire UNITAID dans ce consternant thriller scientifico-maffieux7 ? Initialement créé en 2006 à l’initiative des présidents Chirac (France) et Lula (Brésil), cette organisation internationale a vu le jour dans le but de proposer des médicaments anti-tuberculeux, anti-SIDA et antipalustres à tarifs ultra-réduits aux pays en voie de développement. Le financement intégral devait être levé par une taxe apposée sur les billets d’avions mais d’après R. Kennedy la fondation Bill et Mélinda Gates (BMF) y a largement pris la main dans le but d’orienter les dépenses de l’institution vers certaines multinationales pharmaceutiques8.

UNITAID se pique évidemment d’aider le monde émergeant à gérer la crise de la Covid9 en se félicitant par exemple que Merck et UNITAID aient pu trouver un terrain d’entente pour diffuser dans le monde entier des traitements comme le Molnupiravir10 bien que celui-ci non seulement n’ait jamais fait la preuve de son efficacité mais ait démontré de plus toute l’étendue de sa toxicité11.

À noter d’ailleurs que hasard ou conséquence, quelques jours après la rédaction de notre article sur les qualités thérapeutiques lamentables du Molnupiravir la HAS Française refusait la mise sur le marché du produit sur son sol12. Un peu tard pour les finances nationales car la France venait inopportunément d’en commander 50 000 doses à 700$ l’unité13, dans un silence médiatique absolu.

Il n’est pas difficile d’imaginer que la BMF représente l’autorité prépondérante à UNITAID comme elle l’est de manière à peine dissimulée au niveau de l’OMS14, encore faudrait-il que cette fondation ait barre sur sa directrice générale…

Celle-ci n’est autre que Madame Marisol Touraine depuis 2019, ancienne Ministre de la Santé Française de 2012 à 2017, auparavant extrêmement liée aux multinationales du médicament et du groupe GSK en particulier à travers son appartenance au « Club Avenir de la Santé » et très probablement aussi au « Club Hippocrate » bien que les noms de certains membres gênants aient été nettoyés des fichiers Wikipedia par les ordinateurs du Sénat15.

Dès Mars 2021[3] sur son blog désormais célèbre covid-factuel.fr et qui lui vaut d’ailleurs de devoir répondre à une plainte ordinale, le Dr Gérard Maudrux ne manque pas de relever l’hallucinant copié-collé perpétré entre le compte twitter d’une certaine Dominique Costagliola et le rapport officiel caviardé de Andrew Hill, d’ailleurs qui a copié qui du coup ?

Covid : traitements, les masques tombent

Compte tenu de l’existence avouée par Hill d’un auteur caché on peut comprendre que celui-ci ne soit autre que cette épidémiologiste française de l’INSERM, farouche opposante à l’usage de l’ivermectine et opportunément appelée à la rescousse par Marisol Touraine car celles-ci se connaissent évidemment de longue date :

A G. au fond, D. Costagliola, à d., M. Touraine covid-factuel.fr/2021/03/17/covid-traitements-les-masques-tombent-2

Pourquoi et comment Hill a-t-il accepté de se laisser corrompre ? Évidemment pour l’argent, worldtribune.com nous apprend ainsi que pas moins de 40M$ ont été transférés des comptes de UNITAID vers sa faculté d’origine, l’Université de Liverpool, quelques jours avant la sortie de la publication de son étude caviardée.

 

L’ivermectine en trois illustrations définitives

1- Oublions Hill quelques secondes et visualisons un premier histogramme qui se passe de commentaire quant au niveau de preuve écrasant constitué par l’apport thérapeutique de ce produit dès lors qu’il est administré à dose correcte et de manière suffisamment précoce dans l’évolution de la maladie Covid16.

2- Quittons l’Europe et réalisons l’incroyable déséquilibre nord-sud qui règne autour de l’appréhension de la problématique Covid et de l’utilisation planétaire de l’ivermectine :

ivermectine-covid.ch

3- Poursuivons enfin par les courbes juxtaposées de l’évolution des contaminations par Covid dans huit pays absolument pas sélectionnés au hasard, à la charge du lecteur de retrouver les trois qui n’utilisent pas ou peu l’hyper-vaccination mais l’ivermectine de manière régulière voire systématique, attention il n’y a pas de piège…

De la nécessité absolue de devenir très complotiste à l’avenir

La liste des anomalies grossières qui a émaillé la crise de la Covid depuis deux ans ne laisse plus aucune place au doute, on ne peut plus imaginer une simple incompétence généralisée de l’ensemble des dirigeants occidentaux pour expliquer cette gestion sanitaire absolument catastrophique :

Toutes les mauvaises décisions ont été prises, tous les médicaments efficaces sont systématiquement rejetés, tous les produits toxiques et inefficaces sont privilégiés, toutes les mesures coercitives les plus liberticides et inutiles sont votées, toutes les atteintes au droit à l’information contradictoire sont écrasées. Nous vivons donc bien dans un nouvel état de dictature sanitaire dont les buts ne sont pas connus des populations ainsi gérées.

Attaquer en justice pour ne plus subir sans agir

Il n’y a plus de droit valide en France, l’ensemble des traités internationaux de protection des personnes a totalement disparu de manière volontaire afin d’imposer une vision autoritaire et totalement improductive à la gestion de cette crise.

La corruption systémique de nos autorités n’est plus à redouter puisqu’elle s’affiche tous les jours jusqu’à gangréner des organismes internationaux aussi capitaux que l’UE, l’OMS et même UNITAID. De ce fait,

Les associations BonSens et AIMSIB se sont associées pour déposer une plainte auprès de la Cour de Justice de la République (CJR)
CONTRE :
Monsieur Jean CASTEX, Premier ministre
Monsieur Olivier VERAN, ministre des Solidarités et de la Santé
Monsieur Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports

Des chefs :
• D’ABUS FRAUDULEUX DE L’ÉTAT D’IGNORANCE ET DE LA SITUATION DE FAIBLESSE (ARTICLE 223-15-2 DU CODE PÉNAL)
• D’EXTORSION ET DE TENTATIVE D’EXTORSION (ARTICLES 312-1 ET 312-9 DU CODE PÉNAL)
• D’EMPOISONNEMENT ET DE TENTATIVE D’EMPOISONNEMENT (ARTICLE 221-5 DU CODE PÉNAL)
• DE TROMPERIE AGGRAVÉE ET DE TENTATIVE DE TROMPERIE AGGRAVÉE COMMISE EN BANDE ORGANISÉE (ARTICLES L441-1 ET L454-1 DU CODE DE LA CONSOMMATION ET ARTICLE 132-71 DU CODE PÉNAL)
• D’ESCROQUERIE ET DE TENTATIVE D’ESCROQUERIE COMMISE EN BANDE ORGANISÉE (ARTICLES 313-1 ET 132-71 DU CODE PÉNAL) • DE GÉNOCIDE (ARTICLE 211-1 DU CODE PÉNAL)
• DE GÉNOCIDE (ARTICLE 211-1 DU CODE PÉNAL)

L’avocate représentant les deux associations est Me Virginie Araujo Recchia et nous ne manquerons pas de vous tenir informer des suites de cette affaire.

Conclusion, souvenons-nous…

La corruption avérée de nos élites ne représente plus qu’une option de la pensée, l’affaire Hill-Lawrie-Ivermectine nous en donne une énième illustration.
– Souvenons-nous de l’étude Surgisphère-Mehra autour des effets secondaires inventés de l’hydroxychloroquine et qui a permis de geler définitivement toute recherche ultérieure indépendante sur les qualités de cette molécule17. Personne n’a été condamné, ni même poursuivi.
– Souvenons-nous que toute la presse indépendante a disparu à cause de la promulgation de la Trusted News Initiative de 202018.
– Souvenons-nous que tous les médecins et chercheurs occidentaux qui ne partagent pas l’opinion dominante sont systématiquement attaqués par leurs gouvernements.
– Souvenons-nous des milliards d’euros dépensés par l’UE en achat de Remdesivir quelques heures avant que l’OMS n’en reconnaissent son inefficacité.
– Souvenons-nous du passe sanitaire qui accentue la diffusion des virus par l’ensemble des vaccinés contaminés et qu’on laisse délibérément sans tests, n’oubliez pas sa transformation en passe vaccinal pour masquer l’idée que la vaccination obligatoire généralisé est totalement illégale.
– Souvenons-nous du Bamlanivimab19.
– Souvenons-nous du Molnupiravir.
– Souvenons-nous du personnel soignant non vacciné qui a été mis à la porte de ses structures de soins pendant qu’on impose toujours aux soignants vaccinés infectés à rester en place dans leurs services20.
– Souvenons-nous de l’obligation vaccinale imposée à certains d’entre nous et pour une justification sanitaire absolument nulle.
– Souvenons-nous du risque abyssal encouru par nos enfants, exposés à une vaccination répétée qui n’a jamais été testée, ni dans la durée, ni sur le plan de la géno-mutagénicité de ces produits.
– Souvenons-nous des millions d’effets indésirables graves et des milliers de décès directement liés au vaccin.
– Souvenez-vous que le cartel maffieux composé des labos pharmaceutiques est multinational. Entre 2003 et 2016, Pfizer a été condamné 18 fois pour un total de 2,9 milliards. Johnson&Johnson 15 fois pour 2,6 milliards. Mais que le champion reste GSK : 27 fois pour 9,7 milliards ! Les raisons : versement de pots de vin, refus de transmission de données, falsification des data21 …

Souhaitons que l’ensemble de nos juristes réussissent là où quasiment l’ensemble de nos médecins et politiciens ont échoué, sans quoi…

La rédaction de l’AIMSIB
Décembre 2021

  • Lien vers l’article original sur le site de l’AIMSIB : cliquer ici.

source : https://anthropo-logiques.org

  1. Kennedy R. « The Real Anthony Fauci : Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health », 2021, Children’s Health Defense
  2. researchsquare.com/rs-148845/v1
  3. covid-factuel.fr/2021/03/17/covid-traitements-les-masques-tombent
  4. E-mbc : le site de la société créée et dirigée par Tess Lawrie ebmcsquared.org
  5. Relire absolument : aimsib.org/2021/08/15/quand-le-dr-tess-lawrie-en-appelle-au-sursaut-de-tous-les-medecins-du-monde
  6. resistance-mondiale.com/le-conflit-du-chercheur-andrew-hill-une-subvention-de-40-millions-de-dollars-de-la-fondation-gates-contre-un-demi-million-de-vies-humaines
  7. wikipedia.org/Unitaid
  8. worldtribune.com/researcher-andrew-hills-conflict-a-40-million-gates-foundation-grant-vs-a-half-million-human-lives
  9. unitaid.org/covid-19
  10. unitaid.org/unitaid-and-wellcome-statement-regarding-msds-global-access-plan-for-molnupiravir-a-potential-treatment-for-covid-19
  11. aimsib.org/2021/12/04/du-molnupiravir-pour-moins-mourir
  12. has-sante.fr/lagevrio-molnupiravir
  13. francetvinfo.fr/traitement-contre-le-covid-19-la-france-a-commande-50-000-doses-du-molnupiravir-elabore-par-merck
  14. crowdbunker.com/qINDpnHk5PE à 4′
  15. agoravox.fr/ces-elus-qui-se-font-subventionner
  16. aimsib.org/2021/07/04/traitement-de-ville-de-la-covid-19-reactualisation-de-juillet-2021
  17. lemonde.fr/2020/06/04/hydroxychloroquine-trois-auteurs-de-l-etude-du-lancet-se-retractent
  18. ebu.ch/2020/03/trusted-news-initiative-announces-plans-to-tackle-harmful-coronavirus-disinformation
  19. francesoir.fr/covid-quand-lansm-danse-le-bambalaba-avec-lilly
  20. francetvinfo.fr/coronavirus-des-soignants-contamines-continuent-de-travailler-au-chu-de-nantes
  21. crowdbunker.com/u2xEgahx
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents