Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La surveillance numérique – le vrai motif derrière la pression en faveur de la vaccination des enfants

Publié par wikistrike.com sur 21 Décembre 2021, 17:36pm

Catégories : #Santé - psychologie, #Science - technologie - web - recherche

La surveillance numérique – le vrai motif derrière la pression en faveur de la vaccination des enfants

Les données VAERS publiées aujourd'hui par les Centres de contrôle et de prévention des maladies comprennent un total de 965 843 rapports d'événements indésirables de tous les groupes d'âge après la vaccination COVID, dont 20 244 décès et 155 506 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 10 décembre 2021.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont publié aujourd’hui de nouvelles données montrant qu’un total de 965 843 rapports d’événements indésirables suite aux vaccins COVID ont été soumis entre le 14 décembre 2020 et le 10 décembre 2021 au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS = pharmacovigilance officielle américaine). Le VAERS est le principal système financé par le gouvernement pour signaler les réactions indésirables aux vaccins aux États-Unis.

Ces données comprennent un total de 20 244 rapports de décès – soit une augmentation de 358 par rapport à la semaine précédente – et 155 506 rapports de blessures graves, dont des décès, au cours de la même période – soit une augmentation de 4 560 par rapport à la semaine précédente.

Si l’on exclut les « déclarations étrangères » au VAERS, 691 884 événements indésirables, dont 9 295 décès et 59 767 blessures graves, ont été signalés aux États-Unis entre le 14 décembre 2020 et le 10 décembre 2021.

Les rapports étrangers sont des rapports reçus par les fabricants américains de la part de leurs filiales étrangères. En vertu de la réglementation de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, si un fabricant est informé d’un rapport de cas étranger décrivant un événement à la fois grave et ne figurant pas sur l’étiquetage du produit, il est tenu de soumettre le rapport au VAERS.

Sur les 9 295 décès signalés aux États-Unis au 10 décembre, 21 % sont survenus dans les 24 heures suivant la vaccination, 26 % dans les 48 heures suivant la vaccination et 61 % chez des personnes dont les symptômes sont apparus dans les 48 heures suivant la vaccination.

Aux États-Unis, 480 millions de doses de vaccin COVID avaient été administrées au 10 décembre. Cela comprend 279 millions de doses de Pfizer, 184 millions de doses de Moderna et 17 millions de doses de Johnson & Johnson (J&J).

De leur part 12/10/2021 Publication des données de VAERS

Chaque vendredi, le VAERS publie les rapports de blessures liées aux vaccins reçus à une date précise. Les rapports soumis au VAERS nécessitent une enquête plus approfondie avant qu’une relation de cause à effet puisse être confirmée. Historiquement, il a été démontré que le VAERS ne rapporte que 1 % des effets indésirables réels des vaccins.

Les données VAERS américaines du 14 décembre 2020 au 10 décembre 2021 pour les enfants de 5 à 11 ans montrent :

Le deuxième décès (VAERS I.D. 1890705) est survenu chez une fillette de 5 ans qui est morte quatre jours après sa première injection Pfizer.

Les données VAERS américaines du 14 décembre 2020 au 10 décembre 2021 pour les jeunes de 12 à 17 ans montrent :

Les décès les plus récents concernent une jeune fille de 13 ans du Texas (VAERS I.D. 1913198) qui est décédée 31 jours après avoir reçu son vaccin COVID. Selon le rapport VAERS, la jeune fille a reçu sa première dose de Pfizer le 1er août.

Deux semaines plus tard, elle s’est plainte d’une vague douleur dans le haut du dos et on lui a diagnostiqué un cancer rare des tissus mous localisé sur le cœur, alors qu’elle n’avait aucun antécédent médical. Les parents ont demandé qu’un rapport VAERS soit établi au cas où son cancer serait lié au vaccin. Son cancer et son état cardiaque se sont rapidement et progressivement aggravés et elle est décédée le 1er décembre.

  • 61 rapports d’anaphylaxie chez des jeunes de 12 à 17 ans, où la réaction mettait en danger la vie du patient, nécessitait un traitement ou entraînait la mort – 96 % des cas étant attribués au vaccin de Pfizer.
  • 571 rapports de myocardite et de péricardite (inflammation du cœur) dont 561 cas attribués au vaccin de Pfizer.
  • 143 rapports de troubles de la coagulation sanguine, tous les cas étant attribués à Pfizer.

Les données VAERS américaines du 14 décembre 2020 au 10 décembre 2021, tous groupes d’âge confondus, le montrent :

Les CDC préfèrent les vaccins Pfizer et Moderna à ceux de J&J

Jeudi, un groupe consultatif des CDC a voté à 15 voix contre 0 pour « recommander de préférence » les vaccins COVID à ARNm de Pfizer et Moderna par rapport au vaccin de J&J pour les adultes de 18 ans et plus.

Cette recommandation a été formulée après que le groupe consultatif de l’agence ait déclaré que le taux de troubles rares de la coagulation sanguine après la vaccination par J&J était plus élevé que prévu.

Le CDC a approuvé les conseils mis à jour du groupe d’experts jeudi dernier.

Le panel a effectivement découragé les fournisseurs de vaccins et les adultes d’utiliser le vaccin de J&J, mais n’a pas recommandé son retrait du marché. La recommandation provisoire s’applique à la dose de vaccin de la série primaire de J&J et à la dose de rappel.

Les responsables du CDC ont reconnu 54 cas de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT) chez les receveurs de J&J, dont neuf décès.

Le groupe de travail sur le vaccin COVID-19 des CDC a exclu les « rapports où[the]la seule thrombose est un accident vasculaire cérébral ischémique ou un infarctus du myocarde », ce qui a permis de réduire considérablement le nombre de cas impliquant des troubles de la coagulation sanguine.

16 000 médecins et scientifiques disent que les enfants ne devraient pas recevoir les vaccins COVID

Les vaccins COVID sont « irréversibles et potentiellement dommageables de façon permanente », a déclaré le Dr Robert Malone, dans une déclaration expliquant pourquoi 16 000 médecins et scientifiques médicaux du monde entier ont signé une déclaration déclarant publiquement que les enfants en bonne santé ne devraient pas être vaccinés contre le COVID.

Selon M. Malone, le gène viral injecté dans les cellules des enfants oblige l’organisme à fabriquer des protéines de pointe (spike) toxiques qui pourraient causer des dommages irréparables à des organes critiques. La nouvelle technologie utilisée par les vaccins n’a pas été testée de manière adéquate, a déclaré M. Malone.

M. Malone a déclaré qu’il n’y avait aucun avantage à ce que les enfants soient vaccinés contre les faibles risques d’un virus, étant donné les blessures COVID avec lesquelles les parents, ou leurs enfants, pourraient devoir vivre pour le reste de leur vie.

Un médecin affirme que « de nombreuses vies sont détruites par l’incapacité du gouvernement à reconnaître l’immunité naturelle. »

Mardi, Dr Marty Makary, chercheur en santé publique à l’école de santé publique Johns Hopkins Bloomberg, a accusé les responsables gouvernementaux de pratiquer un « maccarthysme moderne » à l’encontre de quiconque suggère que les jeunes en bonne santé, en particulier ceux qui se sont rétablis de la COVID, n’ont pas besoin de rappels.

 

M. Makary a déclaré aux membres du House Select Committee on the Coronavirus Crisis que certaines politiques de la COVID sont devenues « trop extrêmes, trop rigides et ne sont plus fondées sur des données cliniques. »

Makary a critiqué l’empressement des CDC à promouvoir les rappels pour les jeunes de 16 et 17 ans en se basant sur des expériences de laboratoire suggérant que les rappels augmentent les niveaux d’anticorps contre Omicron.

Il a rappelé aux membres du comité que, malgré un budget annuel combiné d’environ 58 milliards de dollars, ni les CDC ni les National Institutes of Health n’ont produit une étude crédible sur l’immunité naturelle à la COVID.

Des études montrent que le vaccin Pfizer est moins efficace contre Omicron

Comme le rapportait The Defender le 14 décembre, trois études publiées à quelques jours d’intervalle ont montré que le vaccin COVID de PfizerBioNTech est moins efficace contre le variant Omicron.

Selon une étude préliminaire (avant la publication) réalisée par des chercheurs de l’université d’Oxford, en Angleterre, on observe « une baisse substantielle de la neutralisation » des anticorps chez les personnes entièrement vaccinées, « avec des preuves que certains receveurs ne parviennent pas à neutraliser du tout. »

Selon l’étude, le nombre d’infections percées chez les personnes déjà infectées ou doublement vaccinées pourrait augmenter, bien qu’il n’y ait actuellement aucune preuve d’un potentiel accru de provoquer des maladies graves, des hospitalisations ou des décès.

La Children’s Health Defense demande à toute personne ayant subi un effet indésirable, quel que soit le vaccin, de remplir un rapport en suivant ces trois étapes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents