Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Turquie interrompt toutes les transactions boursières alors que sa monnaie se désintègre, la banque centrale ne peut rien faire pour empêcher l’effondrement

Publié par wikistrike.com sur 17 Décembre 2021, 19:31pm

Catégories : #Economie, #Politique internationale

La Turquie interrompt toutes les transactions boursières alors que sa monnaie se désintègre, la banque centrale ne peut rien faire pour empêcher l’effondrement

Un autre jour, un autre effondrement de la livre turque, sauf que cette fois-ci, il y a eu un rebondissement : alors que la monnaie hyperinflationnée implose, Erdogan en a finalement eu assez du martèlement incessant, et commence à fermer les marchés turcs.

Mais d’abord, revenons en arrière : vendredi, la livre a accéléré sa descente historique, passant sous la barre des 16 dollars pour la première fois de son histoire, car la promesse de la banque centrale de mettre fin à un cycle de quatre mois de baisse des taux d’intérêt, jeudi, n’a pas convaincu les investisseurs que l’inflation pouvait être maîtrisée. Mais ce n’était qu’un début, et la chute de la monnaie s’est accélérée pour atteindre 17,14 quelques heures plus tard, portant la baisse de la semaine à 17 %. Depuis le début de la semaine, la monnaie a perdu plus de la moitié de sa valeur !

Pour rappel, la banque centrale a réduit hier son taux de référence à une semaine de 100 points de base supplémentaires pour le ramener à 14 %, sa quatrième réduction depuis septembre, suite aux demandes du président Recep Tayyip Erdogan de réduire les coûts d’emprunt face à la flambée des prix à la consommation dans le cadre de sa politique monétaire folle Erdoganomique dont la seule issue possible est l’effondrement de l’économie turque et l’hyperinflation. La vente qui en a résulté a accéléré le plongeon de 54 % de la monnaie depuis le début de l’année, alors que les taux réels sont encore plus bas que zéro et que l’inflation s’élève désormais à 21,3 % par an.

Erdogan a ensuite répondu à la douleur économique causée par la hausse des prix en ordonnant une augmentation de 50 % du salaire minimum l’année prochaine, garantissant encore plus d’inflation car cela augmentera les coûts de production qui verront l’inflation s’accélérer encore de 2 à 8 % l’année prochaine, a écrit Erkin Isik, économiste en chef de QNB Finansbank, dans une note aux clients.

Quoi qu’il en soit, une fois que la livre a plongé à 17, la banque centrale a dépensé un autre milliard environ pour intervenir, sa 5e intervention juste en décembre. Inutile de dire que cette intervention, comme toutes celles qui l’ont précédée, n’a eu qu’une demi-vie de quelques minutes, et peu de temps après, l’USDTRY s’échangeait à nouveau à un niveau proche de ses plus hauts historiques.

 

Lire la suite 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents