Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

UE : Le nombre d’infections et de décès dus au Covid a été manipulé de manière grossière

Publié par wikistrike.com sur 31 Décembre 2021, 09:31am

Catégories : #Santé - psychologie

UE : Le nombre d’infections et de décès dus au Covid a été manipulé de manière grossière

Le mathématicien et statisticien Pavlos Kolias, de l’université Aristote de Thessalonique, en Grèce, a vérifié que les données de l’UE sur le coronavirus ne présentaient pas d’anomalies. Il s’est appuyé à cette fin sur les lois de Benford, qui mettent en évidence des anomalies dans la répartition des données.

Kolias a noté que le nombre d' »infections » et de décès a été largement déformé dans toute l’UE.

Les écarts par rapport à la distribution de Benford constituent une étape préliminaire pour obtenir des preuves de la manipulation des données. Il est intéressant de noter que l’étude de Kolias n’a bénéficié d’aucun financement.

Le professeur néerlandais en sciences de la santé Sam Brokken a parlé d’une « bombe statistique ». Notamment, la Belgique, les Pays-Bas et la France ont obtenu de mauvais résultats avec une valeur de probabilité significative et très significative en termes d' »infections » et une probabilité très élevée de déviation du nombre de décès enregistrés.

En particulier dans les pays à forte couverture vaccinale, les déviations étaient plus importantes. « En bref, une preuve de plus que les chiffres qui nous parviennent chaque jour ne sont pas corrects », a conclu Brokken. Dans l’ensemble, c’est au Danemark, en Grèce et en Irlande que les écarts par rapport à une répartition normale sont les plus importants.

Les pays à forte couverture vaccinale présentaient davantage de distorsion des données que les pays à faible couverture vaccinale, a-t-il ajouté. « Il devient donc clair que les chiffres sont motivés pour faire passer la politique ».

Licencié pour s’être élevé contre la politique du covid

Brokken a été licencié au début de cette année par l’Université des sciences appliquées PXL à Hasselt parce qu’en tant que scientifique, il a remis en question l’approche du covid du gouvernement. « On m’a simplement informé par téléphone que je devais cesser mes activités avec effet immédiat », a-t-il déclaré.

Non seulement il a été licencié, mais il est également censuré par des entreprises de médias sociaux telles que LinkedIn. « Il m’est impossible de partager la moindre analyse avec vous. Même un simple lien vers mon site web est bloqué », a-t-il déclaré.

« Ce que je dis est ce que disent des dizaines de milliers de virologues et d’experts dans le monde entier ». Le chercheur a néanmoins été licencié après un débat télévisé avec le vaccinologue Pierre Van Damme, le 14 février, dans le talkshow belge De Zevende Dag.

« De nombreux journalistes m’ont qualifié d’antivax, mais je ne le suis pas du tout », a déclaré Brokken. « Lors du débat sur De Zevende Dag, j’ai parlé pendant exactement 1 minute et 49 secondes. J’ai dit que j’avais des réflexions éthiques lorsque j’administre un vaccin quand on sait que la population générale ne présente que des symptômes légers lorsqu’elle est infectée par le virus. Nous en sommes maintenant à un taux de mortalité de 0,05 % pour les personnes de moins de 70 ans. Est-il alors justifié de vacciner toute une population ? En fait, ce n’est pas nécessaire. Il en va de même pour le vaccin contre la grippe. Lui aussi n’est utile que pour les personnes atteintes d’une maladie ou les personnes âgées. »

 

Sam Brokken a souligné que de nombreux experts s’étaient rangés à son avis. « Un mois après cette émission télévisée, une lettre ouverte a été publiée et signée par 41 000 virologues, immunologistes et autres experts proposant exactement ce que j’ai dit. Parmi les signataires figurent des autorités mondiales et des professeurs des plus grandes universités. Même l’ancien lauréat du prix Nobel Michael Levitt y figure. Pourquoi ne pas envisager une autre approche ? »

L’autorité sanitaire néerlandaise préfère l’alarmisme

Il y a à peine deux semaines, l’Institut néerlandais pour la santé publique et l’environnement (RIVM) a prévenu à la Chambre des représentants que la variante Omicron pourrait potentiellement entraîner 600 hospitalisations et plus de 100 admissions en soins intensifs par jour, soit le double du niveau auquel la dernière vague a atteint son pic. « Tout cela n’est pas rassurant », a déclaré le patron du RIVM, Jaap van Dissel. Il a basé sa prédiction sur le nombre d’admissions hospitalières attendues en Grande-Bretagne.

À la suite de ces prédictions, le gouvernement a décidé d’instaurer un confinement dur. Le lauréat du prix Nobel Michael Levitt a exprimé son étonnement en déclarant que les Pays-Bas ont établi le record de la pire approche du covid.

Levitt a noté le 19 décembre que « les Pays-Bas ont atteint le pic il y a 18 jours, comme prévu ».

« Les modèles de peur du RIVM s’avèrent une fois de plus sans valeur et la politique du gouvernement est totalement disproportionnée et très nuisible. Le cabinet peut-il au moins admettre sa bévue et lever immédiatement le confinement de panique ? » a noté le député Wybren van Haga.

Une action en justice pour mettre fin aux confinements

Le 28 décembre, une procédure en référé contre les confinements aura lieu. L’avocat Bart Maes a demandé la levée immédiate du confinement actuellement en vigueur. « Le juge est tenu de se prononcer immédiatement en raison de l’intérêt urgent. Après tout, chaque jour que ce confinement dure plus longtemps, les dommages matériels et immatériels augmentent », a déclaré l’avocat.

« La peur qui entoure Omicron est donc purement basée sur les modèles du RIVM et, comme pour la variante Delta, ils sont à mille lieues de la réalité, comme le montrent déjà les informations provenant de pays comme l’Afrique du Sud. »

L’avocat a en outre souligné qu’en raison du confinement, le nombre d’années de vie perdues est bien supérieur au nombre d’années de vie gagnées. Le professeur Ira Helsloot et l’économiste Barbara Baarsma ont également estimé que la politique du covid a prolongé la durée de vie des patients atteints du corona de deux semaines en moyenne. Cependant, toutes les autres personnes ont sacrifié en moyenne cinq semaines de leur durée de vie pour cela. Le coût de cette politique s’est élevé à 100 milliards d’euros, selon eux.

Un rapport a également été établi par le ministère des affaires économiques et du climat, qui a montré que 520 000 années de vie supplémentaires seraient détruites si un confinement était imposé. Le gouvernement a ignoré ce rapport.

Traduction de Free West Media par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents