Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les premières roches lunaires récupérées depuis des décennies viennent de parler

Publié par wikistrike.com sur 19 Janvier 2022, 11:53am

Catégories : #Astronomie - Espace

Les premières roches lunaires récupérées depuis des décennies viennent de parler

On pense que toute activité sur la Lune s’est éteinte il y a environ 3 milliards d’années : à cette époque, la température de son intérieur était déjà tombée en dessous du niveau minimum requis.

Les échantillons lunaires chinois prouvent cependant que l’activité volcanique s’est poursuivie pendant au moins un autre milliard d’années.

Les scientifiques ont décrit les résultats de l’analyse de deux fragments de basalte d’une taille d’environ 2-3 mm. Il s’avère qu’ils sont plus jeunes de près d’un milliard d’années que les échantillons lunaires collectés dans le cadre des programmes soviétique et américain du siècle dernier.

Les premiers échantillons lunaires depuis des décennies

Collecter et livrer des échantillons de sol était la tâche principale de la mission Chang’e-5, qui a été lancée en décembre 2020. L’atterrisseur a extrait 1,7 kg de roche de la région connue sous le nom d’océan des tempêtes – les scientifiques estiment que cette région contient les traces les plus « fraîches » de l’activité volcanique de notre satellite.

Recherche

À leur arrivée sur Terre, les échantillons lunaires ont été triés et les scientifiques ont prélevé plusieurs petits fragments, qui ont ensuite été examinés à l’aide de l’instrument SHRIMP (Sensitive High-Resolution Ion Microprobe) à l’Académie chinoise des sciences géologiques, située à Pékin.

L’outil SHRIMP II qui a été utilisé pour dater les échantillons. Crédit : Beijing SHRIMP Center

L’outil SHRIMP II qui a été utilisé pour dater les échantillons. Crédit : Beijing SHRIMP Center

Méthodes

En dirigeant un flux de particules chargées vers les échantillons lunaires, les scientifiques ont pu séparer et analyser des matériaux de différentes phases minérales, ce qui leur a permis d’établir l’âge de la roche – 1,97 milliard d’années. C’est un milliard d’années de moins que tout autre échantillon de lave basaltique lunaire étudié.

Des résultats inattendus

Cette découverte a beaucoup intrigué les scientifiques. Le fait est que, par le passé, la surface de la Lune était effectivement parsemée de volcans actifs et recouverte d’océans de magma – c’est ainsi que se sont formées des « taches » sombres à sa surface, appelées mers lunaires. Cependant, on pense que toute activité sur la Lune s’est éteinte il y a environ 3 milliards d’années : à cette époque, la température de son intérieur était déjà tombée en dessous du niveau minimum requis.

Des experts retirent un conteneur contenant des échantillons lunaires de la capsule d’atterrissage. Crédit : Fu Yifei / Science and Technology Daily.

Des experts retirent un conteneur contenant des échantillons lunaires de la capsule d’atterrissage. Crédit : Fu Yifei / Science and Technology Daily.

La nature de la mystérieuse source de chaleur qui a permis l’existence de la lave sur la surface lunaire il y a deux milliards d’années n’est pas encore connue. Auparavant, il a été suggéré qu’il existait une forte concentration d’éléments combustibles dans le manteau et les roches du satellite (notamment des isotopes radioactifs). Cependant, l’équipe n’a pas trouvé de différence significative dans ces taux entre les nouveaux échantillons lunaires et ceux obtenus lors des programmes spatiaux du 20ème siècle.

Chauffage par les marées

Une autre explication est le chauffage par les marées – le processus de chauffage des entrailles dû à leur déformation sous l’influence des forces de marée. La dernière hypothèse est la faible température de fusion du manteau lunaire due à sa composition unique.

Des échantillons lunaires sous un microscope. Crédit : Xiaochao Che

Des échantillons lunaires sous un microscope. Crédit : Xiaochao Che

Importance

L’équipe travaille toujours sur les échantillons lunaires pour faire la lumière sur ce mystère. Une meilleure compréhension des processus géologiques nous permettra d’étudier plus facilement d’autres planètes dont nous ne disposons pas encore d’échantillons de sol – par exemple, Mars, Vénus et Mercure. Elle pourrait même aider à la recherche de la vie extraterrestre, car l’activité volcanique joue un rôle clé dans la formation des atmosphères et des océans.

Les futures missions chinoises

La lune continue de jeter de nouveaux mystères aux scientifiques, tandis que la RPC prépare déjà une nouvelle mission d’exploration de la lune – la station interplanétaire Chang’e-6, dont le lancement est prévu en 2024. Avec le rover chinois et la construction de sa propre station spatiale en orbite terrestre, nous voyons comment la Chine commence activement à explorer l’espace.

Références :

• Bartels, M. (2021, October 7). Moon rocks brought to Earth by Chinese mission fill key gaps in Solar System history. Space.com.
• Bressan, D. (2021, October 11). With 2 billion years, China’s chang’e 5 samples are the Moon’s youngest rocks. Forbes.
• Che, X. (n.d.). Age and composition of young basalts on the Moon, measured from samples returned by Chang’E-5. Science.
• Kreier, F. (2021, October 7). China’s lunar rock samples show lava flowed on the moon 2 billion years ago. Science News.
• Snape, J. (n.d.). China’s Moon Rocks set a record for youngest lunar material: 1.97 billion years old. ScienceAlert.
• Snape, J., Joy, K., & Tartese , R. (2021, October 7). Chang’E-5 samples reveal Moon rocks dating back less than 2 billion years – the youngest we’ve seen. The Conversation.

Lire aussi : La Chine a détecté de l’eau à la surface de la Lune pour la première fois

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents