Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Dr A. Fauci informé d'une fuite probable d'un labo chinois lors d’une téléconférence secrète dès le début de la pandémie

Publié par wikistrike.com sur 2 Février 2022, 10:20am

Catégories : #Santé - psychologie, #Politique internationale

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, témoigne devant la Commission sénatoriale de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions au Capitole, à Washington, le 23 septembre 2020. (Graeme Jennings- Pool/Getty Images)

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, témoigne devant la Commission sénatoriale de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions au Capitole, à Washington, le 23 septembre 2020. (Graeme Jennings- Pool/Getty Images)

Le Dr Anthony Fauci a été informé, lors d’une téléconférence secrète, que le virus du PCC avait très probablement fui d’un laboratoire en Chine, mais il a continué à défendre l’idée qu’il était d’origine naturelle, selon de nouvelles preuves.

Des courriels expurgés qui ont récemment été rendus publics suggèrent que Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a initié des efforts pour dissimuler des preuves indiquant qu’une fuite de laboratoire était à l’origine du Covid-19.

Les preuves suggèrent que Fauci a aussi activement mis en forme un article académique très influent, d’abord publié le 16 février 2020, avant d’être ensuite imprimé dans l’éminente revue scientifique Nature, qui excluait une telle possibilité.

L’article, intitulé « The Proximal Origin of SARS-CoV-2« , a été coécrit par cinq virologistes, dont quatre ont rejoint Fauci lors d’une téléconférence le 1er février 2020.

Au cours de l’appel téléphonique, au moins trois auteurs du document ont déclaré qu’ils étaient de 60 à 80 % sûrs que le virus du PCC provenait d’un laboratoire, ce qu’ils ont également réitéré dans des courriels après l’appel.

À l’époque, des rapports publics ont également fait état d’un lien potentiel entre l’Institut de virologie de Wuhan en Chine et l’épidémie du virus CCP, mais ces rapports ont été rejetés par Fauci et d’autres professionnels de la santé comme étant des théories du complot.

Parmi eux, Peter Daszak, fondateur d’EcoHealth Alliance, l’organisation à but non lucratif qui a versé des subventions américaines aux scientifiques de Wuhan et aux autres auteurs, a publié une déclaration dans laquelle il affirme : « Nous nous unissons pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le COVID-19 n’a pas une origine naturelle. »

Dans une interview avec le programme « Crossroads » d’EpochTV, Jeff Carlson et Hans Mahncke, animateurs de « Truth Over News« , ont déclaré que les dernières preuves suggèrent que Fauci était bien conscient que le virus du PCC avait probablement fui d’un laboratoire en Chine, mais a activement poussé un récit alternatif.

« L’origine proximale prend le parti ferme de l’origine naturelle du virus. Et elle a été utilisée par les médias et par le gouvernement pour démentir toute idée de fuite d’un laboratoire. En fait, c’est ce qui a été utilisé pour repousser quiconque disait que c’était la science établie », a déclaré Carlson.

« Eh bien, la première version de l’origine proximale a été achevée le jour même de la téléconférence. Il faut donc bien comprendre qu’au moment où Fauci et Collins [Francis Collins, directeur du National Institutes of Health] et Farrar [Jeremy Farrar, directeur du Wellcome Trust au Royaume-Uni], les responsables du financement, les directeurs de nos institutions de santé, se font dire en privé qu’il y a entre 60 et 80 % de chances que ce virus soit d’origine laboratoire, ils terminent la première version de l’origine proximale, qui est ensuite utilisée pour promouvoir une origine naturelle par opposition à une origine laboratoire pour le virus », a déclaré Carlson.

Carlson et Mahncke ont déclaré qu’en dépit des preuves du contraire, Fauci a ensuite adopté une position publique selon laquelle il n’était pas au courant des affirmations faites par les auteurs lors de la téléconférence.

« Ce qui est nouveau dans ces courriels, ce sont les détails qui ont été révélés par ces courriels non censurés. Auparavant, lorsqu’il y a eu ce déversement d’e-mails, tous les e-mails ont été expurgés à 95 % environ ou juste gris, gris, gris… Nous savons maintenant ce qui se cache derrière ces expurgations, certaines d’entre elles, et ce que nous avons découvert, c’est le niveau de détail que les scientifiques connaissaient déjà à l’époque sur les caractéristiques techniques du virus », a déclaré Mahncke.

« Donc, toutes les choses que nous avons découvertes au cours des deux dernières années, ils savaient tout cela le 1er février 2020 … et au lieu d’alerter le monde sur le fait qu’il y a un virus fabriqué qui frappe le monde, Fauci fait exactement le contraire. Il dit : « Non, tout cela est naturel », a déclaré M. Mahncke.

Lors d’une réunion du 3 février à la National Academy of Sciences, deux jours seulement après la téléconférence avec les auteurs de « The Proximal Origin of SARS-CoV-2 », Fauci a été invité à participer à la rédaction d’une lettre de réponse à une demande de la Maison Blanche de Trump concernant les origines du virus.

Une fois de plus, il a réaffirmé sa position selon laquelle le virus du PCC était d’origine naturelle et ne provenait pas d’un laboratoire.

« Donc, dès le départ, Fauci insiste très fort et dans divers forums, tous dans la même direction, naturel, naturel, naturel, mais en même temps, non seulement on lui a dit qu’il est très probable que le virus provienne d’un laboratoire, mais on lui a aussi donné les détails ; pour moi, c’est très fascinant », a déclaré Mahncke.

Interrogé directement lors de sa déposition devant le Congrès au début du mois, Fauci a nié avoir communiqué avec les auteurs.

Les responsables du renseignement américain et de nombreux experts ont depuis obtenu des preuves suggérant que le virus CCP provenait d’un laboratoire, mais d’autres responsables maintiennent qu’il a une origine naturelle.

En septembre, des documents obtenus par The Intercept dans le cadre d’un procès en vertu de la loi sur la liberté d’information intenté par la publication contre les National Institutes of Health ont montré qu’EcoHealth Alliance avait utilisé des fonds fédéraux pour financer des recherches sur les coronavirus des chauves-souris à l’Institut de virologie de Wuhan.

The Epoch Times a contacté le NIAID pour un commentaire.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents