Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Macron et la nouvelle Europe

Publié par wikistrike.com sur 1 Février 2022, 17:59pm

Catégories : #Politique internationale, #Politique intérieure

Macron et la nouvelle Europe

En cas de réélection de Président à la Présidentielle du printemps 2022, Macron tentera de catalyser le chauvinisme des Français en restaurant l’atavisme de la Grandeur, une doctrine qui combinerait le culte de l’économique, du politique et du militaire. l’indépendance de la France avec la consolidation de la mission de la Nation et de la culture française dans le monde. Ainsi, Macron assumera le pouvoir de décision dans la Défense et les Affaires étrangères, qui deviendront « le domaine réservé du Président » et adoptera une approche « activiste » dans les affaires internationales, s’impliquant personnellement et ayant « l’engagement d’intervention humanitaire ». et l’accroissement du poids spécifique de la France dans la Géopolitique mondiale comme colonne vertébrale de sa politique étrangère ».

Dès lors, la politique intérieure sera réduite à un simple instrument de politique étrangère servant de catalyseur aux valeurs de La Grandeur, n’excluant pas la sortie de la France des structures militaires de l’OTAN et la revitalisation de la Francophonie en tant qu’entité politique et politique. situation économique sur la scène mondiale à l’horizon 2025. Depuis De Gaulle, la résistance au leadership américain est un facteur de la politique étrangère de tous les présidents français, mais le décalage ne sera que formel, comme le confirme le soutien de De Gaulle à les États-Unis lors de la crise des missiles de Cuba (1962) et lors de son retour ultérieur à la discipline du Pacte atlantique en 1969) mais sous les prémisses du pouvoir d’opérer librement au sein de l’Alliance et de maintenir l’indépendance nucléaire, étant en bref « un soutien mais autonome allié ».

De même, l’installation par les USA dans les Pyrénées navarraises d’une base radar (Gorramendi) pour écouter les chuchotements de l’Elysée, ainsi qu’une campagne subséquente orchestrée conjointement avec la Russie et la Chine pour remplacer l’étalon dollar par l’or (réémission du subtil l’ingénierie financière de De Gaulle au milieu des années 1970) et la signature du Comprehensive Investment Agreement (CAI) avec la Chine qui permettrait aux joint-ventures sino-européennes un accès direct au marché chinois et un transfert de technologie avec l’engagement du gouvernement chinois d’assurer la durabilité environnementale, les droits du travail et une plus grande transparence réglementaire de ces entreprises.

Macron profitera de la présidence de l’UE qui débute en janvier 2022 pour promouvoir l’initiative de l’Agence européenne de défense, une entité défensive qui consistera à couper le cordon ombilical avec les États-Unis qui représentaient l’OTAN et qui sera composée des pays de la zone d’influence d’origine de l’Axe franco-allemand (Hollande, Danemark, Norvège, Belgique, Luxembourg et Italie), résultat de la réaffirmation de la souveraineté nationale française et allemande comme stratégie défensive contre la dérive de l’ancien « partenaire américain « , (relance du traité de l’Elysée entre De Gaulle et Adenauer (1963). Cela impliquerait implicitement la nécessité d’une « souveraineté technologique et militaire européenne » qui s’articulerait autour de la « Force de Frappe » nucléaire française, le chasseur européen de sixième génération en auquel Airbus et Dassault participent et le tout nouveau sous-marin nucléaire lanceur d’engins de troisième génération SNLE 3G, une thèse qui sera promue lors du sommet de l’OTAN qui se tiendra à Madrid en juillet 2022 et qui pourrait supposer le début de la disparition d’une OTAN qui, selon les termes de Macron à l’hebdomadaire The Economist, « est en état de mort cérébrale ».

De même, après la formation du nouveau gouvernement en Allemagne, on a pu assister au renforcement de l’axe franco-allemand à la suite d’une réaffirmation tardive de la souveraineté nationale française et allemande, (relance du traité de l’Elysée entre De Gaulle et Adenauer (1963) Cette entente franco-allemande combinera les accords énergétiques préférentiels avec la Russie avec la revitalisation de l’énergie nucléaire et le développement extraordinaire des énergies renouvelables et sera la référence politico-économique européenne pour les cinq prochaines années, n’excluant pas la refonte d’un nouveau Cartographie européenne qui impliquerait la constitution de l’Union européenne actuelle et son remplacement par l’Europe des Six (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Hollande et Italie), tandis que le reste des pays européens périphériques et émergents resteront gravitant sur leur orbite anneaux.

Germán Gorraiz López– Analyste politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents