Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ukraine: Poutine évoque un possible conflit nucléaire

Publié par wikistrike.com sur 9 Février 2022, 09:51am

Catégories : #Politique internationale

Ukraine: Poutine évoque un possible conflit nucléaire

Lukashevich, a rappelé à l’OSCE que l’expansion de l’OTAN violait les différents traités de sécurité de l’OSCE qui promettent une sécurité indivisible car elle constitue une menace pour la sécurité russe. Lors d’une conférence de presse à Moscou mardi, le président français Macron ainsi que son hôte, le président Vladimir Poutine, ont également rappelé que l’OTAN n’était pas une organisation défensive. La Yougoslavie, l’Irak, la Libye et l’Afghanistan en particulier pourraient en témoigner.

Le prétendu « ordre international fondé sur des règles », que Washington ne cesse de brandir, est une expression vide de sens. Un exemple récent de la mutabilité de l' »ordre international fondé sur des règles » est que les droits des homosexuels sont très importants en Russie, mais pas du tout dans le nouvel « allié majeur » de Washington, le Qatar », a souligné l’analyste Patrick Armstrong.

La France, l’Allemagne et la Russie tentent de trouver un terrain d’entente pour éviter le déclenchement des hostilités, tandis que les États-Unis et la Grande-Bretagne s’efforcent d’inciter au conflit, sans risquer de faire couler le sang sur leurs propres territoires.

Alors que M. Macron s’est rendu à Moscou pour rencontrer son homologue russe cette semaine, le chancelier allemand Olaf Scholz s’est entretenu avec le président américain Joseph Biden à Washington.

Au cours de la conférence de presse, M. Poutine a souligné que les pays européens ne pourraient éviter un bain de sang si l’Ukraine rejoignait l’OTAN et tentait de récupérer la Crimée. « Le potentiel militaire de l’OTAN et de la Russie n’est pas comparable, nous le comprenons. Mais nous sommes une puissance nucléaire de premier plan. Il n’y aura pas de gagnants », a déclaré Poutine, soulignant que ni la Russie ni la France n’étaient intéressées par une escalade militaire.

« Nous n’avons pas vu nos trois principales demandes prises en compte de manière adéquate : l’arrêt de l’expansion de l’OTAN, le refus d’utiliser des systèmes d’armes de frappe près des frontières russes et le retour de l’infrastructure militaire du bloc en Europe à ce qu’elle était en 1997. » Mais, et c’est là le fondement de la prochaine étape de l’offensive diplomatique de Moscou : La Russie a l’intention d’adhérer aux principes de sécurité commune.

Le président américain Biden est resté sourd à ces exigences et a affirmé sa mainmise sur un projet économique germano-russe qui n’implique pas les États-Unis – NordStream 2, le gazoduc entre l’Allemagne et la Russie qui est essentiel à la sécurité énergétique de l’Allemagne.

« La première question d’abord. Si l’Allemagne – si la Russie envahit – ce qui signifie que des tanks ou des troupes traversent à nouveau la – la frontière de l’Ukraine – alors il y aura – nous – il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin », a déclaré M. Biden en présence du chancelier allemand Olaf Scholz, en visite en Allemagne.

Il n’est pas du tout clair comment exactement Biden pense que cela pourrait être réalisé, à moins qu’il ne donne l’ordre à l’OTAN de lancer une guerre. La réponse de M. Biden y a fait allusion : « Nous le ferons – je vous le promets, nous serons capables de le faire ».

De tels propos devraient à eux seuls constituer une raison suffisante pour que l’Allemagne quitte l’OTAN et expulse les dernières troupes américaines de son pays.

Mais le commentateur Gilbert Doctorow est plutôt pessimiste quant aux perspectives de l’Europe, car la paix sur le continent « pourrait bien échapper au contrôle de Vladimir Poutine » ou des dirigeants européens, y compris en Ukraine.

« Les canons de février ou mars seront tirés, s’ils le sont, par des actions prises par les autorités militaires soit à Kiev, soit à la ligne de démarcation, indépendamment de ce que peut souhaiter le président Zelensky. La mèche peut même être allumée par des détachements des forces spéciales britanniques ou américaines qui circulent actuellement près de la ligne de démarcation, également sans la connaissance spécifique de leur Premier ministre ou Président respectif tout comme le coup d’État de février 2014 à Kiev a été conçu par un certain officier du Département d’État, Victoria Nuland, sans la participation ou la connaissance détaillée de ses patrons. »

Traduction de Free West Media par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents