Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La forêt amazonienne se rapproche plus vite que prévu de son point de non-retour

Publié par wikistrike.com sur 9 Mars 2022, 18:32pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

La forêt amazonienne se rapproche plus vite que prévu de son point de non-retour

Selon une nouvelle étude internationale, la forêt amazonienne pourrait se rapprocher rapidement d’un point de basculement. L’étude, qui s’est penchée sur des données de végétation télédétectées au cours des 30 dernières années, a révélé des signes de perte de résilience sur plus de 75 % de la superficie de cette immense forêt depuis le début des années 2000.

Souvent qualifiée de « poumon du monde », l’Amazonie ne fournit pas réellement les 20 % d’oxygène de la planète que l’on prétend, mais elle n’en reste pas moins l’un des systèmes biologiques les mieux adaptés au monde et pourrait basculer dans le chaos écologique, ce qui aurait de vastes répercussions sur la région et la planète.

Ses vastes réserves d’humidité atmosphérique, ces “rivières aériennes” qui s’échappent de la forêt à travers l’Amérique latine, protègent la région des effets ravageurs de la sécheresse. Elle régule également le climat en stockant de grandes quantités de CO2 dans sa végétation et son sol riche en carbone. L’année dernière, une étude a toutefois révélé qu’elle émettait désormais plus de CO2 qu’elle n’en stockait, principalement en raison des incendies intentionnels allumés pour défricher les terres en vue de la production de soja et de viande bovine.

Les chercheurs ont utilisé diverses sources de données, notamment des données satellitaires sur la profondeur optique de la végétation (VOD pour vegetation optical depth), une mesure de la biomasse totale des arbres et des plantes dans une zone donnée. À l’aide de ces dernières, ils ont pu dresser un tableau de l’évolution dans le temps de la résilience de la forêt, c’est-à-dire de sa capacité à se remettre d’une perturbation.

Les résultats sont frappants : depuis le début des années 2000, les trois quarts de l’Amazonie ont perdu de leur résilience. Cela ne signifie pas que ces zones ont perdu leur couverture végétale, mais que la capacité de leur végétation à résister aux perturbations diminue au fil du temps.

 

Lire la suite sur GM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents