Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un impressionnant convoi de l’armée russe se dirige vers Kiev (+ infos de la nuit)

Publié par wikistrike.com sur 1 Mars 2022, 07:46am

Cette image satellite montre une partie de l'important convoi russe qui s'étire de Prybirsk à l'aéroport Antonov, ici à la hauteur de la ville d'Ivankiv. (Maxar Technologies. AP)
Cette image satellite montre une partie de l'important convoi russe qui s'étire de Prybirsk à l'aéroport Antonov, ici à la hauteur de la ville d'Ivankiv. (Maxar Technologies. AP)
Cette image satellite montre une partie de l'important convoi russe qui s'étire de Prybirsk à l'aéroport Antonov, ici à la hauteur de la ville d'Ivankiv. (Maxar Technologies. AP)
Cette image satellite montre une partie de l'important convoi russe qui s'étire de Prybirsk à l'aéroport Antonov, ici à la hauteur de la ville d'Ivankiv. (Maxar Technologies. AP)

Cette image satellite montre une partie de l'important convoi russe qui s'étire de Prybirsk à l'aéroport Antonov, ici à la hauteur de la ville d'Ivankiv. (Maxar Technologies. AP)

Alors que les premiers pourparlers lundi n’ont rien donné, un convoi russe de 60 kilomètres de long atteint les abords de l’aéroport Antonov, près de Kiev. D’après les états majors ukrainiens et américains, un siège de la capitale se prépare en ce sixième jour d’offensive.

Les bombes russes continuent de pleuvoir sur Kharkiv. Ce matin, une frappe a touché la place de la liberté, en plein cœur de la ville, juste devant le siège de l’administration régionale

Un impressionnant convoi de l’armée russe se dirige vers Kiev (+ infos de la nuit)

Russie et Bélarus au ban du ballon ovale. Après la FIFA en football, c’est au tour de World Rugby de prendre des mesures de sanction. La Russie et le Bélarus ont été suspendus mardi de toute participation au rugby international «jusqu’à nouvel ordre», indique l’instance dirigeante mondiale du ballon ovale, des sanctions «complètes et immédiates» après l’invasion de l’Ukraine. Le comité exécutif de la fédération internationale a décidé «la suspension totale et immédiate de la Russie et du Bélarus de toutes les activités internationales de rugby et de rugby de club transfrontalier jusqu’à nouvel ordre», et «la suspension totale et immédiate de la Fédération russe de rugby de son statut de membre de World Rugby jusqu’à nouvel ordre», indique un communiqué. «La décision a été prise en ayant à cœur les intérêts des valeurs de solidarité, d’intégrité et de respect du rugby», a déclaré l’instance, qui a assuré «un soutien total à la communauté du rugby» en Ukraine.

7h00

Les soldats russes aux portes de Kherson. L’armée russe est arrivée aux portes de la ville ukrainienne de Kherson, 290 000 habitants dans le sud du pays, au nord de la Crimée, a déclaré le maire de la ville dans la nuit de lundi à mardi. «Aux entrées de Kherson, l’armée russe a installé des checkpoints. Il est difficile de dire comment la situation va se développer», écrit sur sa page Facebook Igor Kolikhaïev, maire de Kherson, ajoutant que «Kherson est et reste ukrainienne […] Kherson résiste !».

 
5h40

Une unité ukrainienne décimée sous les bombes. Le bombardement russe d’une unité militaire à Okhtyrka (dans le nord-ouest du pays, à une centaine de kilomètres de Kharkiv) a tué au moins 70 soldats ukrainiens, selon une déclaration du gouverneur de l’oblast de Soumy.

5h08

De nombreux étrangers refoulés à la frontière ukraino-polonaise. En écho à de nombreux récits de traitements différenciés voire explicitement racistes des réfugiés d’origine africaine fuyant le conflit, l’envoyée spéciale de CNN à Shehyni, ville ukrainienne frontalière avec la Pologne, rapporte que seuls les citoyens ukrainiens et européens en quête d’exil sont autorisés à passer la frontière et décrit plusieurs cas précis de discrimination caractérisée. Devant les caméras de la chaîne américaine, plusieurs ressortissants du Ghana, du Cameroun ou du Nigeria, pour la plupart étudiants en Ukraine, racontent leur périple long parfois de dizaines d’heures à travers le pays en proie à l’invasion russe, pour se retrouver empêchés de monter à bord des trains permettant de quitter le pays puis massés à part, sans solution, dans le froid. «On doit trouver une autre manière pour partir, mais ça paraît tellement injuste et frustrant, dit l’un d’entre eux. On nous donne plein d’indications contradictoires. Mais il faut bien tenter de passer quelque part. Cela devient pire chaque jour, on cherche à rejoindre un endroit sûr, et plus le temps file, plus on se sent en danger.»

 
3h23

La demande d’adhésion de l’Ukraine à l’UE entre les mains de la France. Selon le média pro-Kiev EuroMaidan, la demande formelle d’adhésion de l’Ukraine à l’Union Européenne a été officiellement enregistrée, déposée de la main l’ambassadeur ukrainien auprès de l’UE, Vsevolod Chentsov, à celle de l’émissaire de la France, Philippe Léglise-Costa, qui assure actuellement la présidence tournante des Vingt-Sept.

3h02

Des troupes russes au Bélarus. Outre les clichés du convoi sur le sol ukrainien, la société américaine Maxar Technologies a également diffusé des images montrant de nouveaux déploiements de troupes russes - hélicoptères d’attaque et véhicules au sol - au Bélarus, à moins d’une trentaine de kilomètres de la frontière avec l’Ukraine. Là encore, ces clichés font craindre une intensification à venir des combats.

 
2h57

Le pire à venir pour Kiev ? Les dernières livraisons d’imagerie satellite de l’entreprise américaine Maxar Technologies montrent un convoi blindé russe long de près de 60 kilomètres en train d’atteindre les alentours de Kiev. «Certains véhicules sont parfois très distants les uns des autres et, sur d’autres portions, les équipements militaires sont positionnés à deux ou trois de front», décrit la société d’imagerie. Le convoi «s’étend des abords de l’aéroport Antonov (à environ 25 km du centre de Kiev) au sud aux alentours de Prybirsk» au nord, a-t-elle ajouté. Cet aéroport est, depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, le théâtre de violents affrontements, l’armée de Vladimir Poutine tentant de s’emparer de cette infrastructure stratégique pour la prise de la capitale. Selon des responsables du Pentagone et les analyses d’experts militaires, l’opération aurait pour but de renforcer les moyens d’y exercer un siège et d’aggraver l’assaut mené contre la capitale ukrainienne. L’état-major de l’armée ukrainienne confirme que les forces russes se sont regroupées au cours des dernières 24 heures, rassemblant des véhicules blindés et des armes d’artillerie «avant tout pour encercler et prendre le contrôle de Kiev et les autres grandes villes de l’Ukraine».

1h19

La Russie privée de Batman et Mickey. L’empire Disney suspend toutes les futures sorties de ses films en salle en Russie. «Compte tenu de l’invasion non provoquée de l’Ukraine et de la crise humanitaire tragique, nous mettons en pause la sortie de films en salle en Russie, y compris le prochain Pixar», a déclaré la société dans un communiqué lundi soir. «Nous prendrons nos décisions commerciales futures en fonction de l’évolution de la situation. En attendant, étant donné l’ampleur de la crise des réfugiés, nous travaillons avec nos ONG partenaires pour fournir une aide urgente et d’autres formes d’assistance humanitaire aux réfugiés». Disney aura été le premier grand studio hollywoodien à répondre à l’invasion russe par un boycott. Warner lui a emboîté le pas peu après, annonçant la mise à l’arrêt de la sortie russe de son nouveau Batman (qui sort en France mercredi) «à la lumière de la crise humanitaire en Ukraine». Enfin, Netflix a annoncé son intention de ne pas mettre en application un accord avec le gouvernement russe qui aurait dû le conduire à intégrer vingt chaînes d’Etat à son offre en Russie.

 
1h11

Les défenseurs de l’île des Serpents sont bien vivants. D’abord donnés comme tous morts lors d’une attaque le premier jour de l’invasion après une réponse bravache à un navire de guerre russe, les défenseurs de l’île des Serpents sont en fait «bien vivants», selon un communiqué de la marine ukrainienne. Jeudi dernier, selon un échange audio présenté comme authentique par de nombreux médias, l’un des soldats ukrainiens posté sur la petite île de la Mer Noire aurait répondu à l’avertissement d’un navire russe de déposer ses armes ou de subir un bombardement en disant : «Navire de guerre russe, va te faire foutre». A la suite de quoi, le président Volodymyr Zelensky avait déclaré que les 13 soldats présents sur l’île étaient tous morts «héroïquement» sous les bombardements russes. Mais - après que les gardes-frontières ukrainiens ont déclaré qu’ils disposaient d’informations contestant ces décès - la dernière déclaration de la marine nationale confirme que ce n’était pas le cas. Selon cette nouvelle version officielle, les soldats présents sur l’île auraient repoussé deux attaques des forces russes avant d’être finalement contraints de se rendre «en raison du manque de munitions». Le même communiqué ajoute que les attaquants russes ont détruit les infrastructures de l’île. Des médias d’État russes ont également montré l’arrivée des soldats ukrainiens à Sébastopol, en Crimée, où ils sont détenus.

0h25

La Cour pénale internationale engage une enquête sur de possibles «crimes contre l’humanité». Depuis le début de son offensive, l’armée russe aurait lancé «113 missiles de croisière de type Iskander et Kalibr sur des villes et villages paisibles d’Ukraine», selon le commandement des forces armées ukrainiennes : «Ce crime sanglant du régime de Poutine est une violation flagrante du droit humanitaire international qui nécessite une enquête de la Cour pénale internationale», conclut le communiqué. Appel entendu par le procureur de la CPI, Karim Khan, qui vient d’annoncer dans un communiqué son intention d’ouvrir une enquête : «Il y a des raisons sérieuses de croire qu’à la fois des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ont pu être commis en Ukraine.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents