Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une étude à grande échelle révèle un lien étrange entre les antibiotiques et le déclin cognitif

Publié par wikistrike.com sur 30 Mars 2022, 07:35am

Catégories : #Santé - psychologie

Une étude à grande échelle révèle un lien étrange entre les antibiotiques et le déclin cognitif

Une étude portant sur 14 542 femmes a mis en évidence un lien encore inexpliqué entre la prise d’antibiotiques pendant au moins deux mois au milieu de la vie et une baisse des scores cognitifs évalués plusieurs années plus tard.

L’équipe à l’origine de cette étude, dirigée par des épidémiologistes de la faculté de médecine de l’université Harvard, dans le Massachusetts, estime qu’elle montre à quel point il est important de surveiller attentivement la prise d’antibiotiques, mais aussi de comprendre le lien entre ce qui se passe dans nos intestins (sur lesquels les antibiotiques peuvent avoir un effet) et ce qui se passe dans notre cerveau.

De nombreuses études antérieures ont mis en évidence le lien entre le microbiome intestinal et le cerveau, mais la nature exacte de cette relation n’est pas claire. Cette nouvelle recherche ajoute des points de données supplémentaires dans un domaine d’étude qui en a bien besoin.

« Dans une cohorte de plus de 14 000 femmes, nous avons observé que la prise d’antibiotiques au milieu de la vie était significativement associée à des scores ultérieurs plus faibles pour la cognition globale, l’apprentissage et la mémoire de travail, ainsi que la vitesse psychomotrice et l’attention », écrivent les chercheurs dans leur article.

« À notre connaissance, notre étude représente la première grande étude sur l’utilisation chronique à long terme d’antibiotiques et la cognition ultérieure. »

Les femmes de la cohorte (un projet de recherche sur les maladies chroniques à long terme appelé Nurses’ Health Study) avaient pris des antibiotiques pour diverses raisons, notamment pour des infections respiratoires, des problèmes dentaires, de l’acné et des infections urinaires.

Pour ceux qui prenaient des antibiotiques, la baisse de la puissance cérébrale qui en résultait dans les différentes catégories d’apprentissage, de réponse et de mémoire était équivalente à environ trois ou quatre ans de vieillissement normal, selon les données.

Les capacités cognitives ont été évaluées en moyenne sept ans après le début de la prise d’antibiotiques, au moyen d’un test en ligne que les participants ont rempli chez eux. Le test comprend quatre tâches différentes au total, conçues pour mesurer différents aspects de la performance cognitive.

« Cette relation était associée à une plus longue durée d’utilisation des antibiotiques et persistait après ajustement pour de nombreux facteurs de confusion potentiels »écrivent les chercheurs.

Comme d’habitude avec des études de ce type, le lien n’est pas suffisant pour prouver la causalité – c’est-à-dire que les données ne montrent pas que c’est bien la prise d’antibiotiques qui entraîne une baisse de la cognition. Il est possible que les conditions que les antibiotiques étaient censés traiter, plutôt que les antibiotiques eux-mêmes, aient causé cette petite baisse de la cognition, par exemple.

Cependant, les résultats de cette étude sont suffisants pour suggérer que des recherches supplémentaires sont absolument nécessaires. Les limites de cette étude sont qu’elle ne s’est pas intéressée à un type particulier d’antibiotique et qu’elle s’est basée sur l’autodéclaration de l’utilisation des antibiotiques. Cependant, la grande taille de l’échantillon et la prise en compte d’autres variables, notamment le régime alimentaire et les autres médicaments, augmentent sa valeur.

Les recherches sur le lien entre les antibiotiques, le microbiome intestinal et la fonction cérébrale vont se poursuivre, mais à ce jour, il s’agit de l’une des meilleures études que nous ayons sur les effets potentiels à long terme chez les êtres humains adultes.

« Étant donné l’effet profond de l’utilisation d’antibiotiques sur le microbiome intestinal – des études antérieures ayant montré des altérations du potentiel fonctionnel deux et quatre ans après l’exposition aux antibiotiques – l’axe intestin-cerveau pourrait être un mécanisme possible pour relier les antibiotiques à la fonction cognitive »écrivent les chercheurs.

Cette recherche a été publiée dans PLOS One.

 

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents