Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

À la télé russe: “Les Ukrainiens ont créé une secte sanguinaire, totalitaire et satanique”

Publié par wikistrike.com sur 7 Avril 2022, 09:21am

Catégories : #Culture - médias - Livres - expos - rencontres, #Politique internationale

À la télé russe: “Les Ukrainiens ont créé une secte sanguinaire, totalitaire et satanique”

“Si les Polonais franchissent la frontière, même de 10 mètres, nous leur donnerons toute la gamme des missiles de croisière.” Ou encore: “Nous menons une guerre sainte. Les Ukrainiens ont créé une secte sanguinaire, totalitaire et satanique. Comparé à Hitler, c’est de la petite bière.” Voici le genre de phrases que peuvent entendre les Russes à la télévision.

“Je ne peux pas regarder les informations russes trop longtemps, sinon je commence à douter de ce que je lis chez nous sur la guerre en Ukraine”, explique Nicolas Severyns, un traducteur-interprète qui traduit des bouts de télévision russe et publie sur les médias sociaux. “Channel One diffuse en boucle, 24 heures sur 24, des opinions d’experts sur la guerre en Ukraine, entrecoupées de séquences de guerre du côté russe du front. La boucle n’est interrompue que par les informations, la série historique Janytsyar, sur ‘comment l’Europe a forcé la Russie et la Turquie à la guerre’, et The Great Game, un documentaire conspirationniste sur la géopolitique.”

 

Satanistes

 

Le 3 avril, par exemple, une émission-débat a eu lieu dans un cadre clinquant, au cours de laquelle l’influent banquier Konstantin Malofeev a déclaré: “Les nazis du bataillon Azov (milice ukrainienne d’extrême droite qui a combattu l’invasion russe de la région de Donbass en 2014, ndlr) et d’autres groupes sont de purs satanistes.” Après quoi il a expliqué en détail, devant un public de millions de téléspectateurs, et sans aucun contre-argument, que vous pouvez voir sur YouTube comment ils effectuent des rituels avec des torches et des défilés.

En début de semaine dernière, Vladimir Shamanov, le chef de la commission de la défense du parlement russe, s’est aussi exprimé à la télévision: “Si les Polonais franchissent la frontière ne serait-ce que de dix mètres, ils recevront toute la rigueur de notre action - artillerie et aviation. Ils vont rapidement décoller pour Varsovie.” Petit détail : le surnom de l’ex-général Shamanov est “le tueur de Grozny”, en raison de ses actes violents pendant la guerre de Tchétchénie.

 
 

Dimanche dernier, l’article “Ce que la Russie devrait faire avec l’Ukraine” a été publié par Ria Novosti, l’une des principales agences de presse de Russie, entièrement contrôlée par le Kremlin. Ria Novosti affirme qu’”une partie importante de la population ukrainienne, probablement la majorité, est partisane d’une idéologie nazie”. La théorie ‘le peuple est bon, le gouvernement est mauvais’ ne tient plus la route”, a déclaré Ria Novosti.

Vladimir Solovyov, célèbre animateur de talk-show en prime time sur la chaîne publique russe Channel One, est connu pour ses discours tonitruants. Il a déclaré, malgré les images horribles de Boutcha et Marioupol, qu’”il n’y a pas besoin de négocier avec les nazis”. “Le retrait n’est pas une option”, a-t-il fulminé à propos des informations selon lesquelles les négociations entre la Russie et l’Ukraine allaient dans le bon sens.

 

En vain


En d’autres termes, ce que les téléspectateurs russes voient est tout le contraire de ce qui est rapporté ici. “Récemment, il y a eu un programme sur Marioupol”, dit Severyns. “Vous avez vu plus ou moins les mêmes images, de bâtiments brisés et de personnes enterrant des corps dans des parcs. Seulement, les explications différent: c’est la faute des Ukrainiens s’ils se font tirer dessus, car les soldats se cachent parmi les citoyens ordinaires. Même histoire pour Boutcha : réfutations officielles avec des théories qui n’ont pas de sens. Mais c’est la tactique de communication : dire tellement de mensonges que personne ne voit plus la vérité. Ce n’est pas si difficile, en l’absence de médias indépendants et avec une grande partie de la population qui n’est jamais sortie de Russie ou qui suit les médias étrangers.”

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents