Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Boutcha: Les pro-russes continuent à croire en leur innocence en apportant de nouvelles preuves

Publié par wikistrike.com sur 9 Avril 2022, 11:04am

Catégories : #Politique internationale

Boutcha: Les pro-russes continuent à croire en leur innocence en apportant de nouvelles preuves

Les propagandes russe et ukrainienne à l'oeuvre, ici, celle des Poutiniens: 

Le 3 avril, la machine de propagande ukrainienne a tenté une nouvelle attaque contre Moscou. Quelques vidéos montrant des dizaines de civils qui auraient été tués par les militaires russes ont été largement diffusées par l’ensemble des médias ukrainiens.

La thèse principale des médias ukrainiens et occidentaux est que les militaires russes ont quitté Boutcha, causant d’énormes pertes civiles. L’un des principaux éléments de preuve était une vidéo de l’AFU circulant dans la ville. On y voit des cadavres de civils gisant le long de la route.

 

La moindre analyse de la séquence a suscité de nombreux doutes quant à sa crédibilité. Vous pouvez lire plus d’informations ICI.

 

Lecteur vidéo
 
00:00
 
01:07
 

 

Aujourd’hui, l’armée ukrainienne a partagé d’autres vidéos intéressantes de Boutcha qui pourraient contribuer à faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé dans la ville abandonnée par les troupes russes le 30 mars.

Le 2 avril, un jour avant que les « journalistes » ukrainiens ne se rendent à Boutcha pour mettre en scène les scènes horribles dans les rues, la police nationale ukrainienne a publié une vidéo de l’opération de ratissage à Boutcha.

 

Lecteur vidéo
 
00:00
 
07:48
 

xx

Les images ont confirmé que :

il n’y avait pas de cadavres dans les rues. Pas un seul civil n’a confirmé l’existence de tirs de masse dans la ville.
Les équipes de déminage ukrainiennes qui sont entrées dans la ville juste après le retrait russe n’avaient pas de travail à faire. On les voit marcher dans les rues avec les civils. Pas une seule mine laissée par les Russes n’est visible sur la vidéo.
Des militaires de la Garde nationale ont demandé à certains civils s’ils avaient besoin d’aide, mais aucun d’entre eux n’a répondu en demandant une aide immédiate, confirmant qu’ils allaient bien.
Seul un homme est vu tué dans sa voiture. On ne sait pas comment il a été tué. Une autre victime est manifestement un militaire de l’un des belligérants tué lors d’affrontements, dont le corps gît près d’un équipement militaire détruit.

 

L’un des « patriotes » ukrainiens a fait un commentaire sur le comportement des « envahisseurs russes ». Après que ses propres compatriotes aient informé les militaires russes de sa conscience sociale aiguë, les militaires russes ont inspecté son appartement, mais n’ont trouvé que des drapeaux et un tas de symboles ukrainiens. Pour ajouter un peu de drame à son cas, l’homme a prétendu que le soldat russe l’avait fait sortir « pour le tuer », mais qu’il avait soudainement changé d’avis et avait amené l’homme au commandant militaire. Le courageux patriote n’a eu qu’une courte conversation pacifique avec les militaires russes, sans aucune torture.

Cette vidéo de la police nationale ukrainienne, tournée vraisemblablement le 1er avril ou avant, ne correspond pas vraiment à ce que les médias ukrainiens ont publié le 3 avril, annonçant au monde entier que les forces armées de la Fédération de Russie auraient perpétré un « massacre de masse » de civils.

Plus les photos partagées sur place sont nombreuses, plus les preuves que la scène a été mise en scène apparaissent.

La principale preuve vidéo de Boutcha ayant suscité de nombreux soupçons et ayant été rapidement démentie, elle a été accompagnée d’autres fausses photos prétendument réalisées dans la ville.

Malheureusement, ces tentatives sont encore moins efficaces et constituent des mensonges évidents. Par exemple, le célèbre conseiller du chef du cabinet du président ukrainien Arestovich a publié la semaine dernière la photo d’une femme torturée à Marioupol par les militants ukrainiens d’Azov, en prétendant qu’il s’agissait d’une victime torturée par les Russes.

La photo a été supprimée par la suite mais a été largement diffusée par les MSM ukrainiens, qui n’ont même pas réussi à déterminer si elle se trouvait à Gostomel ou à Boutcha. Les médias ukrainiens font de leur mieux pour obtenir le plus de bruit possible, en mentant sur n’importe quel sujet.

 

 

Des photos de prétendus soldats russes ayant mis en scène le « génocide de Boutcha » ont été diffusées sur les chaînes de télégrammes ukrainiennes.

En fait, les médias ukrainiens ont utilisé une photo aléatoire de soldats conscrits yakoutes, trouvée sur les réseaux sociaux.

Ces soldats ont été démobilisés il y a un an. On leur a maintenant conseillé de cacher leurs photos de l’armée afin de ne pas être vus dans les fakes ukrainiens.

Certaines des victimes de Boutcha sont des personnes qui ont été tuées par la soi-disant défense territoriale ukrainienne. Cela a été confirmé par les Ukrainiens eux-mêmes. Le reste des victimes ont été tuées lors des bombardements menés par l’AFU après le départ des troupes russes, comme l’indique le grand nombre de cratères dus aux tirs d’artillerie sur la vidéo.

Le 3 avril, le ministère russe de la défense a confirmé que les informations de Kiev sur les massacres dans la Boutcha ukrainienne étaient fausses et que la vidéo était en réalité une mise en scène.

Le ministère russe de la Défense a déclaré que tous les faits confirment de manière irréfutable que les photos et les images vidéo de Boutcha sont une autre mise en scène du régime de Kiev pour les médias occidentaux, comme ce fut le cas à Marioupol avec l’hôpital de maternité, ainsi que dans d’autres villes.

Il a été ajouté que :

  • Toutes les unités des troupes russes se sont complètement retirées de Boutcha le 30 mars, et ces images sont apparues quatre jours après le départ des Russes, lorsque des officiers du SBU et des représentants de la télévision ukrainienne sont arrivés sur place ;
  • Pendant le séjour des soldats russes à Boutcha, pas un seul civil n’a été blessé ;
  • 452 tonnes d’aide humanitaire ont été livrées et distribuées aux civils par les militaires russes dans les localités de la région de Kiev.

Le 4 avril, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que la Russie voyait dans ces provocations, comme celles de Boutcha, une menace directe pour la sécurité internationale. À son tour, le porte-parole du président russe, M. Peskov, a déclaré que la Russie rejetait catégoriquement toute accusation d’implication dans la mort d’Ukrainiens de Boutcha, le sujet devant être discuté au niveau international.

Peskov a ajouté que les vidéos distribuées par l’Ukraine ne sont pas crédibles, les experts du ministère russe de la Défense ont révélé des éléments de falsification et de trucage des vidéos, les faits et la chronologie mettent également en doute la fiabilité des déclarations de la partie ukrainienne.

-Peskov a déclaré :

« Nous demandons aux dirigeants de la communauté. internationale de ne pas se hâter de lancer des accusations à la hâte et d’écouter les arguments de la Russie ».

De son côté, l’Union européenne a déjà affirmé qu’elle était prête à intensifier les sanctions contre la Russie et à renforcer le soutien de Kiev en matière de défense, selon la ministre allemande des Affaires étrangères, Anna Lena Berbock, sur Twitter. Les responsables européens attribuent cette décision aux rapports des autorités ukrainiennes sur les événements de Boutcha. Londres a suivi leur exemple.

De manière surprenante, le 4 avril, Londres n’a pas accepté de tenir une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur les événements de Boutcha en Ukraine. Cela a été déclaré par la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, dans Telegram.

 

Article original en anglais :

New Evidence Sheds Light on Alleged Massacre in Bucha, Kiev Region

 

Traduction : Mondialisation avec DeepL.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents