Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Russie présente de nouvelles preuves concernant les laboratoires biologiques ukrainiens

Publié par wikistrike.com sur 2 Avril 2022, 14:38pm

Catégories : #Politique internationale, #Science - technologie - web - recherche

La Russie présente de nouvelles preuves concernant les laboratoires biologiques ukrainiens

L’armée russe a présenté des documents montrant l’intérêt de l’Ukraine pour l’utilisation de drones servant à épandre des agents pathogènes développés dans des biolabs financés par les États-Unis et les utiliser comme armes. Les noms des responsables américains impliqués dans les projets de biolabs, ainsi que le rôle joué par le fils de l’actuel président américain dans le programme, ont également été rendus publics lors du briefing spécial de jeudi.

 

L’une des principales pièces à conviction est une lettre de la société ukrainienne Motor Sich adressée au fabricant turc de drones Baykar Makina, le fabricant des drones Bayraktar TB2 et Akinci, datée du 15 décembre 2021. Les Ukrainiens y demandent spécifiquement si les drones peuvent transporter 20 litres de charge utile sous forme d’aérosol sur une distance de 300 kilomètres, ce qui mettrait une douzaine de grandes villes russes et presque toute la Biélorussie à portée de ces aérosols.

« Nous parlons du développement par le régime de Kiev de moyens techniques d’épandage et d’utilisation d’armes biologiques avec la possibilité de les utiliser contre la Fédération de Russie », a déclaré le lieutenant général Igor Kirillov, commandant des forces russes de protection nucléaire, biologique et chimique.

Y-a-t-il un système/mécanisme pour épandre un aérosol ayant une capacité de plus de 20 litres. – Peut-il atteindre une distance de 300 km.

Kirillov a également fait référence à un brevet américain (n° 8 967 029) portant sur un mécanisme permettant de déployer des agents pathogènes en aérosol à partir d’un drone. La réponse américaine à une enquête russe de 2018 sur ce brevet n’a pas nié son existence, mais a affirmé qu’il ne violait techniquement pas les obligations de Washington en vertu des traités interdisant les armes chimiques et biologiques, a-t-il souligné.

Kirillov a montré des contrats signés entre des agences gouvernementales américaines, l’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA), le Pentagone, le Département d’État et le ministère ukrainien de la Santé, ainsi que les installations spécifiques à l’intérieur de l’Ukraine. Selon l’armée russe, le Pentagone a dépensé plus de 30 millions de dollars pour la recherche biologique dans une seule installation ukrainienne, le Centre de santé publique du ministère de la Santé.

Robert Pope, fonctionnaire du DTRA, était « l’un des personnages clés » du programme et « l’auteur de l’idée de créer un dépôt central de micro-organismes particulièrement dangereux à Kiev », a déclaré Kirillov. Les projets biologiques du Pentagone en Ukraine étaient coordonnés par Joanna Wintrol, chef du bureau de la DTRA à Kiev, jusqu’à son départ en août 2020. Elle supervisait directement les projets UP-4, UP-6 et UP-8 visant à étudier des agents pathogènes mortels, notamment l’anthrax, la fièvre de Congo-Crimée et la leptospirose, selon Kirillov.

Le point de contact de l’agence américaine était la ministre ukrainienne de la Santé (2016-2019) Ulyana Suprun, elle-même citoyenne américaine, a noté Kirillov, tandis qu’un intermédiaire important était le contractant privé Black and Veatch, dont le bureau de Kiev était dirigé par Lance Lippencott. Un autre entrepreneur du Pentagone, Metabiota, a également joué un rôle dans le projet.

Kirillov a ajouté que Hunter Biden, le fils de l’actuel président américain Joe Biden, a joué « un rôle important dans la création d’une opportunité financière pour travailler avec des agents pathogènes sur le territoire de l’Ukraine », citant plusieurs courriels échangés entre lui et des cadres de Metabiota et de Black and Veatch. Il a notamment décrit le vice-président de Metabiota comme « un confident de Hunter Biden », sur la base de leur correspondance. Selon le général, les « médias occidentaux » ont confirmé l’authenticité de ces courriels, vraisemblablement en référence aux documents publiés la semaine dernière par le journal britannique Daily Mail.

Je comprends que Metabola est un sous-traitant de Black&Veatch, un partenaire important du ministre de la défense – Nous augmentons notre investissement dans Metabola de 250 000$ – Comme promis, les documents sur l’activité de Metabola en Ukraine et des propositions sur la façon de promouvoir l’indépendance économique et culturelle de l’Ukraine vis-à-vis de la Russie ont été préparés.

Même Kiev était préoccupé par les biolabs, selon un mémo que Kirillov a montré. Une lettre datant de 2017 du département de Kherson du Service de sécurité ukrainien (SBU) indique que DTRA et Black and Veach ont l’intention « d’établir un contrôle sur le fonctionnement des laboratoires microbiologiques en Ukraine menant des recherches sur les agents pathogènes d’infections particulièrement dangereuses qui peuvent être utilisés pour créer ou moderniser de nouveaux types d’armes biologiques. »

Pointant du doigt un document datant de juin 2019 du Centre de santé publique du ministère de la Santé de l’Ukraine, Kirillov s’est demandé pourquoi il insistait sur le secret et exigeait que les incidents « graves, y compris le décès des sujets » soient signalés aux autorités américaines de bioéthique dans les 24 heures, alors que d’autres documents sur ce programme spécifique ne font référence qu’à un travail standard de prélèvement sanguin.

« Nous n’excluons pas que le programme de recherche officiel ne soit que la partie visible de l’iceberg, alors qu’en pratique, des volontaires ont été infectés par le virus de la fièvre de Congo-Crimée, des hantavirus et l’agent responsable de la leptospirose », a déclaré le général, accusant les États-Unis d’adopter « une attitude dédaigneuse envers les citoyens ukrainiens » et de les traiter comme des cobayes pour des expériences biologiques et médicales.

Les États-Unis ont longtemps affirmé que les allégations concernant les biolaboratoires financés par le Pentagone en Ukraine étaient de la « désinformation russe ». Au début du mois, cependant, la diplomate américaine Victoria Nuland a déclaré devant le Sénat que des « laboratoires de recherche biologique en Ukraine » existaient bel et bien, et que Washington travaillait avec Kiev « pour s’assurer que le matériel de recherche biologique ne tombe pas entre les mains des forces russes. »

Selon Kirillov, tous les biomatériaux pathogènes stockés en Ukraine ont été « acheminés par avion de transport militaire vers les États-Unis via Odessa », au début du mois de février 2022. Le 24 février, alors que les troupes russes entraient en Ukraine, le ministère de la santé à Kiev a ordonné la destruction des souches restantes, a indiqué le général.

Kirillov a précisé que l’intervention russe a mis fin aux activités de cinq laboratoires biologiques ukrainiens qui travaillaient sur l’anthrax, la tularémie, la brucellose, le choléra, la leptospirose et la peste porcine africaine.

Russia Today

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents