Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Tout ce que vous voulez savoir sur la variole du singe, mais que vous n’avez pas osé demander

Publié par wikistrike.com sur 23 Mai 2022, 10:30am

Catégories : #Santé - psychologie

Alors que la pandémie de COVID-19 est encore fraîche dans l’esprit des populations du monde entier, il n’est pas surprenant que les récents foyers d’un autre virus fassent la une des journaux.

Des épidémies de variole du singe ont été signalées dans plusieurs pays, et les scientifiques s’y intéressent de près. Pour tous les autres, de nombreuses questions font surface :

  • Quelle est la gravité de ce virus ?
  • Quelle est sa contagiosité ?
  • La variole du singe pourrait-elle devenir une nouvelle pandémie ?

Nick Routely et Mark Belan, de Visual Capitalist, répondent à ces questions et à d’autres.

Tout ce que vous voulez savoir sur la variole du singe, mais que vous n’avez pas osé demander

Qu’est-ce que la variole du singe ?

La variole du singe est un virus appartenant au genre Orthopoxvirus, qui comprend également le virus de la variole (responsable de la variole) et le virus de la variole bovine. Les principaux symptômes sont la fièvre, le gonflement des ganglions lymphatiques et une éruption cutanée bosselée caractéristique.

Il existe deux grandes souches du virus qui présentent des risques très différents :

  • Souche du bassin du Congo : 1 personne sur 10 infectée par cette souche est décédée.
  • Souche ouest-africaine : Environ 1 personne sur 100 infectée par cette souche est décédée

Pour l’instant, les autorités sanitaires du Royaume-Uni ont indiqué qu’elles observent la souche la plus bénigne chez les patients de ce pays.

D’où vient la variole du singe ?

Le virus a été initialement découvert en République démocratique du Congo chez des singes élevés à des fins de recherche (d’où son nom). Plus d’une décennie après sa découverte en 1958, le virus est finalement passé à l’homme.

On pense généralement que la vaccination contre un autre virus similaire, la variole, a contribué à empêcher les épidémies de variole du singe de se produire dans les populations humaines. Ironiquement, l’éradication réussie de la variole et la fin du programme de vaccination ont ouvert la voie à une nouvelle menace virale. Il y a maintenant une population croissante de personnes qui n’ont plus d’immunité contre le virus.

Maintenant que les restrictions de voyage sont levées dans de nombreuses régions du monde, les virus peuvent à nouveau passer d’un pays à l’autre. Au moment de la publication de cet article, une poignée de cas ont été signalés aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et dans un certain nombre de pays européens.

Le point positif est que la recherche des contacts a aidé les autorités à reconstituer la transmission du virus. Si les cas sont rares en Europe et en Amérique du Nord, le virus est considéré comme endémique dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest. Par exemple, l’Organisation mondiale de la santé indique que le Nigeria a connu plus de 550 cas de variole du singe signalés de 2017 à aujourd’hui. L’épidémie actuelle au Royaume-Uni provient d’une personne qui est revenue d’un voyage au Nigeria.

La variole du singe pourrait-elle devenir une nouvelle pandémie ?

La variole du singe, qui se propage principalement par l’interaction entre animaux et humains, n’est pas connue pour se transmettre facilement entre humains. La plupart des personnes infectées par la variole du singe ne transmettent le virus qu’à une seule personne, de sorte que les épidémies s’éteignent généralement. C’est pourquoi le fait que des épidémies se produisent simultanément dans plusieurs pays est préoccupant pour les autorités sanitaires et les organisations qui surveillent la transmission virale. Les experts envisagent la possibilité que le taux de transmission du virus ait augmenté.

Les images de personnes couvertes de légions de variole du singe sont choquantes, et les gens sont naturellement préoccupés par ce virus, mais la bonne nouvelle est que le grand public n’a pas grand-chose à craindre à ce stade.

Je pense que le risque pour le grand public à ce stade, d’après les informations dont nous disposons, est très, très faible.

-TOM INGLESBY, DIRECTEUR DU CENTRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DE LA JOHNS HOPKINS.

Enfin, comme le note l’expert en maladies infectieuses Muge Cevik dans une discussion détaillée sur Twitter, alors que l’épidémie de variole du singe (MPX) se poursuit, de nombreuses données émergent en temps réel et sont rapidement diffusées (ainsi que des mésinformations).

Les cas confirmés et suspects de #VarioleDuSinge atteignent maintenant 200 dans 14 pays, avec 20 cas confirmés au Royaume-Uni.

Tout ce que vous voulez savoir sur la variole du singe, mais que vous n’avez pas osé demander

Source : BNO

La principale préoccupation est qu’il y a des cas non associés à des voyages en Europe, ce qui signifie qu’il y a probablement une transmission communautaire inaperçue.

Il s’agit de la plus grande épidémie en dehors de l’Afrique, et il y aura d’autres cas à venir. La préoccupation n’est pas nécessairement une pandémie mondiale comme ce que nous avons vu avec les coronavirus ou la grippe. Mais une épidémie de MPX croissante et de grande ampleur est préoccupante, surtout si les mesures de santé publique sont retardées.

Ainsi, la chose la plus importante est d’informer nos communautés et les travailleurs de la santé sur la présentation clinique, la période d’incubation, afin que les personnes puissent être diagnostiquées plus tôt, isolées et que les contacts soient protégés. Voici l’éventail des lésions cutanées.

En conclusion, la variole du singe n’est pas vraiment une maladie rare et constitue un problème de santé publique.

D’après les données préliminaires, rien n’indique que l’épidémie actuelle soit due à un nouveau variant de MPX. Les données épidémiologiques suggèrent qu’elle a été introduite dans les réseaux sexuels entre hommes, probablement à la fin du mois d’avril.

Nous avons observé des épidémies de MXP dans de nombreux pays, principalement en Afrique, mais c’est la première fois que nous observons une large transmission en Europe. La MXP reste une maladie émergente sous-reconnue et sous-déclarée. Une bonne gestion clinique peut limiter la gravité de la maladie ou le décès.

Nous sommes en territoire inconnu, car les personnes qui ont été vaccinées contre la variole bénéficient d’un certain degré de protection contre la variole du singe, mais nous ne connaissons pas vraiment le degré de protection qu’elles offrent aux personnes qui ont été vaccinées 50 ou 60 ans auparavant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents