Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

WW3: le décor est-il planté pour que les États-Unis entrent en guerre simultanément avec la Chine et la Russie ?

Publié par wikistrike.com sur 25 Mai 2022, 20:13pm

Catégories : #Politique internationale

WW3: le décor est-il planté pour que les États-Unis entrent en guerre simultanément avec la Chine et la Russie ?

Il faudrait être fou pour mener des guerres avec la Chine et la Russie simultanément. Malheureusement, l’homme à la Maison Blanche correspond à cette description. Joe Biden a été une tête brûlée tout au long de sa carrière politique, mais c’est maintenant une tête brûlée qui est dans un état avancé de déclin mental. Et comme je l’ai prévenu depuis plus d’un an, il est entouré de la pire équipe de politique étrangère de l’histoire des États-Unis, ce qui n’est pas peu dire. Biden et son équipe ne cessent de commettre une erreur colossale après l’autre, et nous sommes maintenant sur une voie qui pourrait bientôt nous amener à mener des guerres majeures avec la Chine et la Russie en même temps.

S’il y a jamais eu un moment pour invoquer le 25ème amendement, c’est maintenant. Si nous commençons à tirer sur les Chinois et les Russes, l’impensable deviendra réalité. Il n’y aura pas de « do overs », et il n’y aura pas de retour à la vie d’avant.

Lors d’une conférence de presse au Japon, on a demandé à Biden s’il utiliserait l’armée américaine pour défendre Taïwan en cas d’invasion de la Chine. Voici comment il a répondu

« Très rapidement, vous n’avez pas voulu vous impliquer militairement dans le conflit ukrainien pour des raisons évidentes. Êtes-vous prêt à vous impliquer militairement pour défendre Taïwan si on en arrive là ? », a demandé un journaliste au président lors d’une conférence de presse au Japon.

« Oui », a répondu Biden.

« Vous l’êtes ? » a insisté le journaliste.

« C’est l’engagement que nous avons pris », a répondu le président.

En faisant ces remarques, Biden semblait étourdi et confus, comme s’il était dans une sorte de brouillard mental à ce moment-là.

Immédiatement après la conférence de presse de Biden, les responsables de l’administration ont tenté de revenir sur ses propos.

Ils ont déclaré qu’il s’était « mal exprimé » et qu’il n’y avait pas eu de changement de politique.

Mais le mal était déjà fait, et les Chinois étaient furieux. En fait, un porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères a réagi en déclarant qu’« il n’y a pas de place pour le compromis » lorsqu’il s’agit de Taïwan…

Sur les questions concernant la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine et d’autres intérêts fondamentaux, il n’y a pas de place pour le compromis », a déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères.

Nous avons exhorté la partie américaine à respecter scrupuleusement le principe d’une seule Chine … à faire preuve de prudence dans ses paroles et ses actes sur la question de Taïwan, et à ne pas envoyer de mauvais signal aux forces indépendantistes et séparatistes pro-Taïwan – afin de ne pas causer de graves dommages à la situation dans le détroit de Taïwan et aux relations sino-américaines.

La Chine a toujours considéré Taïwan comme un territoire chinois et, ces dernières semaines, toutes sortes de rumeurs ont circulé selon lesquelles les Chinois se préparent à l’envahir.

Permettez-moi de partager avec vous un seul exemple

Le 22 avril, des responsables du ministère des finances et de la banque centrale chinois ont rencontré des représentants de dizaines de banques, dont HSBC, pour discuter de ce que Pékin pourrait faire en cas d’imposition de sanctions sévères à la Chine. Le ministère des finances a noté, selon les termes du Financial Times, que « toutes les grandes banques étrangères et nationales opérant en Chine » étaient présentes.

Les participants ont conclu que Pékin ne pouvait pas protéger les actifs étrangers, mais la tenue de cette « réunion d’urgence » n’en est pas moins de mauvais augure. Les responsables chinois ont vu l’effet des sanctions imposées à la Russie après le lancement de son « opération militaire spéciale » en Ukraine en février, et ils prévoient de faire face à toute mesure de ce type appliquée à leur propre pays.

Pourquoi les Chinois tiendraient-ils une telle réunion d’urgence ?

La réponse est évidemment évidente.

La seule raison pour laquelle les États-Unis imposeraient à la Chine le même type de sanctions qu’à la Russie serait que la Chine décide d’envahir Taïwan.

Comme je l’ai expliqué en détail dans de précédents articles, les Chinois envoient régulièrement, depuis des mois, des avions militaires dans la zone d’identification de la défense aérienne de Taïwan. Et toutes sortes de rapports et de rumeurs indiquent que l’armée chinoise se prépare activement à une invasion.

C’est pourquoi Biden est interrogé sur une invasion potentielle. Tout le monde se rend compte qu’un tel scénario est une possibilité distincte.

Et une fois que la Chine aura envahi le pays, les États-Unis et la Chine seront immédiatement en état de guerre.

En fait, un article récemment publié sur Fox News suggère que les Chinois pourraient même lancer une « première frappe » contre les moyens militaires américains s’ils décidaient d’envahir Taïwan…

Pour que la Chine s’empare de Taïwan, elle doit d’abord obtenir la supériorité aérienne, puis mettre hors d’état de nuire la marine de Taïwan. Et contrairement à l’invasion de l’Ukraine, alliée non membre de l’OTAN, par la Russie, la Chine doit supposer dès le départ que l’Amérique et le Japon viendront rapidement en aide à Taïwan, ce qui signifie que la Chine lancera une première attaque contre les moyens navals et aériens américains et japonais. Ainsi, à moins d’être dissuadée avec succès, une invasion chinoise de Taïwan sera probablement une affaire de haute intensité dès la première heure, avec des navires, des sous-marins et des bases aériennes américains pris pour cible par des centaines de missiles chinois, que l’Amérique revienne officiellement à l’ambiguïté stratégique ou même abandonne Taïwan comme certains le suggèrent.

Personnellement, je ne pense pas que les Chinois se risqueraient à une telle attaque.

Je pense plutôt qu’ils frapperaient Taïwan avec une force écrasante et espéreraient que Biden se contente de répondre par des sanctions.

Mais je peux me tromper.

Changeons de sujet, les deux camps continuent d’intensifier la guerre en Ukraine.

Dimanche, nous avons appris que les États-Unis envisagent d’envoyer des troupes en Ukraine pour garder l’ambassade des États-Unis à Kiev

Des plans visant à renvoyer des forces américaines en Ukraine pour garder l’ambassade américaine récemment rouverte à Kiev sont « en cours à un niveau relativement bas », a déclaré lundi le général Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées.

Le Wall Street Journal a rapporté dimanche que des responsables réfléchissaient à l’envoi de forces spéciales à Kiev pour garder l’ambassade des États-Unis. Il s’agit d’un effort délicat, car il faut trouver un équilibre entre la sécurité des diplomates américains et la nécessité d’éviter ce que la Russie pourrait considérer comme une escalade.

Ce n’est pas une bonne idée, mais ce ne sont pas des personnes rationnelles qui dirigent notre politique étrangère à ce stade.

Si des personnes rationnelles prenaient ces décisions à Washington, nous n’aurions pas déjà engagé 54 milliards de dollars dans ce conflit. C’est un montant neuf fois supérieur à ce que l’Ukraine dépense normalement pour l’ensemble de son armée pendant une année entière.

Dans la guerre en Ukraine, ce sont les États-Unis qui dépensent le plus d’argent, qui fournissent la plupart des équipements, qui fournissent la plupart des renseignements, et le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a admis que nous envoyons même des membres de l’armée ukrainienne aux États-Unis pour les former.

Cette situation est déjà devenue une véritable guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie, et nous sommes dangereusement proches d’une véritable guerre armée entre nos deux nations.

Et c’est un scénario que nous devrions essayer d’éviter à tout prix.

Cette semaine, on rapporte également que Vladimir Poutine a « survécu à une tentative d’assassinat » peu après le début de la guerre en Ukraine…

Vladimir Poutine a survécu à une tentative d’assassinat peu de temps après le début de la guerre en Ukraine, selon le chef des services de renseignement du pays.

Kyrylo Budanov a déclaré que Poutine a été « attaqué… par des représentants du Caucase » – une région qui comprend l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie et certaines parties du sud de la Russie – il y a environ deux mois.

« [C’était une] tentative absolument infructueuse, mais cela s’est réellement produit… C’était il y a environ deux mois,’ a déclaré Budanov. Je le répète, cette tentative a échoué. Il n’y a pas eu de publicité autour de cet événement, mais il a eu lieu. »

Si cela s’est produit, je doute fortement que ce soient des « représentants du Caucase » qui en soient à l’origine.

Pour moi, il est bien plus probable que les services de renseignement occidentaux étaient impliqués.

Et cela pourrait expliquer pourquoi j’ai vu Vladimir Poutine en danger juste avant que les Russes ne lancent leur opération militaire spéciale. Dans cette expérience, j’ai vu que Poutine avait été mis à terre, mais qu’il n’avait pas été tué.

Cependant, comme je l’ai expliqué plus loin, j’ai eu une autre expérience qui m’a conduit à croire qu’il finira par mourir. Il est intéressant de noter que, selon la rumeur, Poutine aurait été opéré d’un cancer la semaine dernière

Vladimir Poutine a été opéré avec succès d’un cancer la semaine dernière et est en train de se rétablir, affirme-t-on dans la dernière rumeur concernant la santé du dirigeant russe.

Selon la chaîne Telegram General SVR, qui prétend obtenir des informations de l’intérieur du Kremlin, Vladimir Poutine, 69 ans, a subi une intervention inconnue lundi dernier, après que des médecins lui eurent dit que le traitement était « essentiel ».

Certains médias occidentaux se réjouissent de la mort de Poutine, mais je pense que celui qui le remplacera sera encore plus hostile à l’Occident.

J’espère qu’on pourra trouver un moyen de faire la paix, mais pour l’instant, les responsables américains ne semblent pas enclins à poursuivre la paix avec la Russie.

Entre-temps, l’administration Biden a décidé d’autoriser l’armée américaine à participer à « un exercice israélien simulant une attaque massive contre les installations nucléaires de l’Iran »

Comme si une guerre par procuration intense avec la puissance nucléaire russe n’apportait pas assez de chaleur, la Maison Blanche de Biden vient de donner le feu vert à une participation américaine sans précédent à un exercice israélien simulant une attaque massive contre les installations nucléaires de l’Iran.

Selon le Times of Israel, « L’armée de l’air américaine servira de force complémentaire, avec des avions de ravitaillement en vol avec les avions de chasse israéliens qui simuleront l’entrée en territoire iranien et la réalisation de frappes répétées. » L’attaque simulée sur l’Iran aura lieu ce mois-ci, dans le cadre d’un exercice militaire israélien plus large appelé « Chariots de feu. »

C’est une autre guerre future sur laquelle j’ai mis en garde, et je crois qu’elle pourrait éclater à tout moment dans les mois à venir.

Et lorsque les missiles commenceront à aller et venir, le monde entier sera choqué par le carnage et la dévastation.

C’est une époque de guerres et de rumeurs de guerres, et je crois que la troisième guerre mondiale a déjà commencé.

Mais pour l’instant, les grandes puissances ne se tirent toujours pas dessus, et nous devrions en être très reconnaissants.

Malheureusement, l’administration Biden continue de commettre une erreur flagrante après l’autre, et à un moment donné, notre chance va s’épuiser.

Traduction de The End of the American Dream par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents