Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Deux villes amazoniennes perdues, cachées depuis des siècles, découvertes en Bolivie

Publié par wikistrike.com sur 12 Juin 2022, 09:36am

Catégories : #Civilisations anciennes, #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

Les analyses ont révélé 26 sites uniques, dont 11 étaient inconnus auparavant. Nature

Les analyses ont révélé 26 sites uniques, dont 11 étaient inconnus auparavant. Nature

La découverte de centres urbains, de centres suburbains, de chaussées, de réservoirs et de canaux va à l’encontre de la croyance selon laquelle l’Amazonie ne convenait pas à l’établissement de colonies permanentes.
 

Les légendes de cités perdues cachées dans les profondeurs de l’Amazonie ont captivé les Européens pendant des siècles. Les Espagnols étaient convaincus de l’existence d’une cité d’or appelée El Dorado. L’explorateur britannique Percy Fawcett a risqué sa vie en essayant de trouver la mythique Cité perdue de Z. Alors qu’il a disparu à jamais, des archéologues modernes viennent de trouver les ruines d’un ancien réseau de cités perdues en Bolivie.

Selon le Smithsonian Magazine, les scientifiques ont découvert le complexe tentaculaire dans les Llanos de Mojos, en Amazonie bolivienne. Abandonnées pendant 600 ans, les chaussées surélevées et les structures pyramidales ont été attribuées au peuple Casarabe, qui a prospéré dans cette région impénétrable entre 500 et 1400 ans avant notre ère.

Les chercheurs ont utilisé une technologie moderne de télédétection appelée lidar pour pénétrer dans l’Amazonie et regarder sous sa surface envahie par la végétation. Publiée dans la revue Nature, leur étude décrit une forteresse massive dotée de centres urbains, de nombreux établissements suburbains et d’un système de réservoirs d’eau et de canaux.

« C’est à mon sens le cas le plus clair d’un paysage amazonien entièrement urbanisé », a déclaré Michael Heckenberger, anthropologue à l’université de Floride. « C’est un travail merveilleux. Il montre une gamme vraiment remarquable de choses que les humains ont fait dans le passé pour travailler avec leur paysage et travailler avec des populations de plus en plus grandes. »

Selon The Guardian, le réseau de villes antiques s’étend sur des centaines de kilomètres carrés. Sa découverte a commencé il y a plus d’un siècle, lorsque des archéologues ont remarqué que de curieux monticules faisaient partie de la topographie. Les fouilles menées depuis ont confirmé que la région était autrefois habitée par les Casarabe, mais seule la technologie moderne permettait d’en savoir plus.

L’archéologue Heiko Prümers a commencé à cartographier la région avec un lidar depuis un hélicoptère en 2019. Après avoir déforesté numériquement les scans résultants de la végétation de surface, il a pu analyser les structures situées en dessous. Les images étonnantes ont révélé des pyramides et des plates-formes pouvant atteindre 21 mètres de haut, avec des chaussées et des canaux s’étendant sur 965 km.

Le lidar envoie des faisceaux infrarouges depuis un avion, et ces faisceaux rebondissent après avoir touché une surface. Les données renvoyées fournissent une mesure exacte de la distance. M. Prümers a cartographié six zones différentes, allant de 6 à 51 kilomètres carrés. Après avoir enlevé la végétation, il a trouvé 26 sites, dont 11 étaient inconnus auparavant.

« C’est comme un fossile indexé de ce à quoi aurait pu ressembler l’urbanisme amazonien à part entière », a déclaré Heckenberger. « Ils ont vraiment cloué sur place non pas ce qui a provoqué l’apparition de ces sociétés urbaines, non pas ce qui a provoqué leur effondrement – mais ce à quoi elles ressemblaient à leur apogée. »

Si des exemples d’urbanisme amazonien ont été trouvés précédemment dans la région du Haut Xingu au Brésil, il ne s’agissait essentiellement que de groupes de villages. Les Llanos de Mojos, quant à eux, montrent des centres urbains bien définis, entourés de petites « banlieues ».

Alors que l’existence de deux des grands centres urbains, nommés Landívar et Cotoca, était déjà connue, ces nouveaux scans montrent qu’ils étaient entourés d’anneaux de douves et de fortifications. Ils abritaient des bâtiments à plate-forme, des terrasses et des pyramides coniques – tous orientés vers le nord-nord-ouest.

Les colonies suburbaines étaient situées près des centres principaux, avec d’innombrables chaussées longues de plusieurs kilomètres menant à ces centres et en revenant. Certains chercheurs pensent que l’alignement des pyramides et le positionnement des colonies reflétaient une ancienne vision du monde ancrée dans la cosmologie.

« En gros, ils ont remodelé le paysage en fonction de leur cosmologie, ce qui est époustouflant », a déclaré Chris Fisher, archéologue à l’université d’État du Colorado.

 

« Le seul problème est que cette architecture était faite de briques de boue. Donc, bien qu’à l’époque elle ait été aussi fantastique que tout ce qui se trouvait dans la région maya, les monuments mayas ont perduré parce qu’ils avaient du calcaire alors que ceux-ci n’étaient tout simplement pas aussi durables. »

Si les ruines de leurs structures subsistent, les Casarabe ont mystérieusement disparu en 1 400 avant J.-C. Certains chercheurs pensent que les inondations annuelles en sont la cause, tandis que d’autres évoquent des sécheresses généralisées – ce qui expliquerait les réservoirs que cette culture jugeait d’une importance vitale. En fin de compte, cette découverte a rendu une chose assez claire.

Les historiens sont désormais contraints de revoir leur conviction de longue date selon laquelle l’Amazonie ne se prêtait absolument pas à l’établissement de colonies permanentes à grande échelle. L’archéologue Umberto Lombardo a déclaré que le débat était désormais tranché et que la seule question qui reste est de savoir à quel point ces anciens étaient vraiment capables.

Source : All That’s Interesting – Traduit par Anguille sous roche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents