Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une étude internationale montre que les vaccins de Pfizer et Moderna sont associés à un risque accru d’événements indésirables graves

Publié par wikistrike.com sur 23 Juin 2022, 17:18pm

Catégories : #Santé - psychologie

Une étude internationale montre que les vaccins de Pfizer et Moderna sont associés à un risque accru d’événements indésirables graves

Des chercheurs internationaux ont découvert que les principaux vaccins anti Covid-19 présentent un risque accru d' »événements indésirables graves » qui dépasse la « réduction du risque d’hospitalisation lié au covid-19 ».

Les chercheurs scientifiques sont issus de l’université de Stanford, de l’UCLA, de l’université d’État de Louisiane, de la faculté de pharmacie de l’université du Maryland, du service de santé de Navarre en Espagne et de l’université Bond en Australie. L’article universitaire préimprimé a été publié en juin.

« Nous avons cherché à étudier l’association entre les vaccins anti COVID-19 à ARNm autorisés par la FDA et les événements indésirables graves identifiés par la Brighton Collaboration, en utilisant les données des essais cliniques de phase III randomisés et contrôlés contre placebo sur lesquels l’autorisation était basée », déclarent les chercheurs. « Nous utilisons ensuite les résultats pour illustrer la nécessité d’analyses formelles des risques et des avantages des vaccins qui sont stratifiés en fonction du risque d’effets graves liés au COVID-19, ainsi que pour mettre en contexte les résultats par rapport aux données d’observation après autorisation. »

Les résultats scientifiques suggèrent que l’analyse risques-avantages tend à s’opposer à l’inoculation massive pour le Covid-19 en raison du « risque accru d’événements indésirables graves » dans les populations examinées.

« Les vaccins à ARNm anti COVID-19 de Pfizer et Moderna ont été associés à un risque accru d’événements indésirables graves d’un intérêt particulier, avec une augmentation du risque absolu de 10,1 et 15,1 pour 10 000 vaccinés par rapport aux valeurs de référence du placebo de 17,6 et 42,2 (IC à 95% -0,4 à 20,6 et -3,6 à 33,8), respectivement », ont constaté les chercheurs. « Combinés, les vaccins à ARNm ont été associés à une augmentation du risque absolu d’événements indésirables graves d’intérêt particulier de 12,5 pour 10 000 (IC 95 % 2,1 à 22,9). »

« L’excès de risque d’événements indésirables graves d’intérêt particulier a dépassé la réduction du risque d’hospitalisation liée au COVID-19 par rapport au groupe placebo dans les essais Pfizer et Moderna (2,3 et 6,4 pour 10 000 participants, respectivement) », ajoutent les auteurs.

L’intégralité de l’étude peut être lue ci-dessous :

Le rapport de risque était défavorable (supérieur à 1,0) pour chacun des vaccins testés, ainsi que pour l’approche combinée.

Une étude internationale montre que les vaccins de Pfizer et Moderna sont associés à un risque accru d’événements indésirables graves

Les auteurs ont également dressé la liste des événements indésirables graves. Les rapports de risque pour le syndrome de détresse respiratoire aiguë et la myocardite/péricardite sont particulièrement inquiétants. (Il convient d’ajouter que les événements enregistrés pour la taille de l’échantillon sont d’une ampleur similaire à ceux utilisés pour justifier les autorisations d’utilisation en urgence des vaccins de Pfizer et de Moderna).

Une étude internationale montre que les vaccins de Pfizer et Moderna sont associés à un risque accru d’événements indésirables graves

Il y a également eu des incidents préoccupants de « troubles de la coagulation » ou de coagulation du sang, qui peuvent entraîner une thrombose et des conséquences potentiellement mortelles.

Une étude internationale montre que les vaccins de Pfizer et Moderna sont associés à un risque accru d’événements indésirables graves

Le National Institute of Health a récemment montré que les vaccins offrent une protection limitée (~15%) contre le covid long. En outre, la Food and Drug Administration a écarté les préoccupations concernant le risque de mortalité extrêmement faible lié au covid chez les jeunes enfants ainsi que les effets secondaires connus et a recommandé que les enfants de six mois à cinq ans soient vaccinés et que les adolescents soient stimulés.

Cette étude universitaire fournit des données réelles qui montrent que les inquiétudes concernant le risque du vaccin anti covid, qui l’emporte sur les avantages pour certains patients, sont valables. Si l’on tient compte du fait que plus de 75 % des jeunes enfants bénéficient déjà d’une immunité naturelle de longue durée à la suite d’une infection antérieure, on peut se demander si le rapport risques-avantages est judicieux.

 

https://www.aubedigitale.com/une-etude-internationale-montre-que-les-vaccins-de-pfizer-et-moderna-sont-associes-a-un-risque-accru-devenements-indesirables-graves/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents