Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

De nouveaux documents révèlent l’ampleur des opérations de traçage des téléphones portables menées par le gouvernement américain

Publié par wikistrike.com sur 22 Juillet 2022, 08:38am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Politique internationale

De nouveaux documents révèlent l’ampleur des opérations de traçage des téléphones portables menées par le gouvernement américain

Des documents obtenus par l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) ont révélé que la collecte par le gouvernement américain des données de localisation des smartphones se fait à une échelle beaucoup plus grande que ce qui avait été rapporté auparavant.

En 2020, le Wall Street Journal a rapporté que les services des douanes et de la protection des frontières (CBP) et de l’immigration et des douanes (ICE) ont acheté des données de localisation à des courtiers en données pour traquer les fraudeurs fiscaux et les immigrants sans papiers. Une plainte déposée par l’ACLU au titre de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) a révélé que, depuis lors, les agences gouvernementales continuent de traquer les Américains en achetant des données de localisation à des courtiers en données, et ce à une échelle beaucoup plus grande que ce qui avait été signalé précédemment.

Les documents obtenus par l’ACLU révèlent que plus de 336 000 points de localisation ont été obtenus à partir de smartphones en Amérique du Nord. En seulement 72 heures en 2018, les CBP ont obtenu des enregistrements de localisation avec environ 113 654 points de localisation (ce qui se traduit par environ 26 points de localisation chaque minute) dans les États du sud-ouest.

Les documents révèlent également la justification du gouvernement pour la collecte de données, notamment que les données ne contiennent pas d’informations d’identification personnelle et que les utilisateurs partagent volontairement les données de localisation avec les applications pour smartphones. Cependant, les documents obtenus par l’ACLU montrent que les données ont permis de suivre des personnes spécifiques. En outre, la plupart des gens ne savent pas que les applications suivent leur localisation, et encore moins que ces données peuvent être partagées avec le gouvernement.

Les CBP ont passé un contrat avec le courtier en données Venntel, qui leur fournit la plupart des données provenant des smartphones aux États-Unis. L’achat de données auprès de courtiers en données permet aux agences gouvernementales de contourner la procédure légale à laquelle elles devraient autrement se soumettre.

Selon l’ACLU, les documents qu’elle a obtenus constituent une raison supplémentaire pour laquelle le Congrès devrait adopter le Fourth Amendment Is Not For Sale Act, un projet de loi bipartisan coparrainé par les sénateurs Rand Paul (R-KY) et Ron Wyden (D-OR). Cette loi obligerait les agences gouvernementales à obtenir un mandat d’un tribunal avant d’accéder aux données des smartphones des citoyens américains, même si ces données doivent être obtenues auprès d’un courtier en données.

« Une législation telle que la loi sur le quatrième amendement n’est pas à vendre mettrait fin à l’accès sans mandat des agences à ces données et mettrait fin aux justifications peu convaincantes qu’elles avancent pour les obtenir sans contrôle judiciaire », a déclaré Shreya Tewari, membre de l’équipe Brennan du projet Speech, Privacy, and Technology de l’ACLU.

Traduction de Reclaim The Net par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents