Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Des documents divulgués révèlent l’ampleur des violations des droits de l’homme commises par la Chine dans le Xinjiang

Publié par wikistrike.com sur 3 Juillet 2022, 10:33am

Catégories : #Politique internationale

« Le centre de services de formation professionnelle de la ville d’Artux », un établissement où sont détenues des minorités ethniques majoritairement musulmanes, au nord de Kashgar, dans le Xinjiang. (Photo de Greg Baker/AFP via Getty Images)

« Le centre de services de formation professionnelle de la ville d’Artux », un établissement où sont détenues des minorités ethniques majoritairement musulmanes, au nord de Kashgar, dans le Xinjiang. (Photo de Greg Baker/AFP via Getty Images)

  • L’un des documents ayant fait l’objet d’une fuite, qui contient « un ordre de tirer pour tuer » à l’intention des gardes dans les miradors du camp, confirme que ces camps sont bien des prisons. Un autre rapport qui a fait l’objet d’une fuite stipule comment les détenus doivent être transportés d’un site à un autre : menottes aux chevilles, menottes et cagoules.
  • Les précédentes fuites de documents officiels, de films non autorisés, d’images satellites commerciales et de témoignages d’anciens détenus en fuite ont permis de dresser le profil de l’enfer que l’État communiste chinois a créé pour les Ouïghours et les autres minorités du Xinjiang. Ce régime de goulag à l’échelle d’une province comprend des avortements forcés, la stérilisation et le viol des femmes détenues, la séparation des maris et des femmes, le retrait des enfants de la garde de leurs parents, le recyclage obligatoire des travailleurs pour qu’ils acquièrent des compétences utiles aux objectifs économiques du PCC et l’endoctrinement idéologique quotidien des détenus.
  • Les pays démocratiques devraient diffuser ces fuites dans le monde entier pour avertir toutes les sociétés que l’image de panda que le PCC projette de la Chine masque la réalité d’un animal tout à fait différent, à l’appétit insatiable.

Le régime de goulag massif pour l’ethnie ouïgoure dans la province du Xinjiang en Chine communiste comprend des avortements forcés, la stérilisation et le viol des femmes détenues, la séparation des maris et des femmes, le retrait des enfants de la garde des parents, le recyclage obligatoire des travailleurs pour qu’ils acquièrent des compétences qui soutiennent les objectifs économiques du Parti, et l’endoctrinement idéologique quotidien des détenus.

Des documents et des photos de milliers de Ouïghours arrêtés par les autorités chinoises, rendus publics fin mai, apportent des preuves supplémentaires incontestables des violations massives des droits humains commises par le régime communiste dans le Xinjiang. La plupart des documents divulgués sont des dossiers officiels du ministère chinois de l’Intérieur concernant des personnes incarcérées à Shufu, l’un des 61 comtés de la province du Xinjiang. Le comté de Shufu, dans la préfecture de Kashgar, est le site de plusieurs grands camps d’internement.

L’un des documents ayant fait l’objet d’une fuite, qui contient « un ordre de tirer pour tuer » à l’intention des gardes dans les miradors du camp, confirme que ces camps sont effectivement des prisons. Un autre rapport qui a fait l’objet d’une fuite stipule comment les détenus doivent être transportés d’un site à un autre : menottes aux chevilles, menottes et cagoules.

Les documents contiennent également des documents d’orientation et des discours de hauts responsables du Parti communiste chinois (PCC) concernant la « question ouïghoure ». Un discours a été prononcé le 18 juin 2018 par le secrétaire du Parti du Xinjiang, Chen Quanguo , principal architecte de l’infrastructure de rééducation des Ouïghours. Chen a développé son modèle de suppression des minorités alors qu’il était chef régional du Parti au Tibet de 2011 à 2016. Chen a ensuite été transféré par le président chinois Xi Jinping pour appliquer ses compétences dans le Xinjiang, où il a été chef du Parti d’août 2016 à décembre 2021. Le remplacement de Chen ne doit pas être considéré comme une rétrogradation pour Chen. Il reste un membre à part entière (avec droit de vote) du Politburo du PCC et pourrait être promu encore davantage lors du prochain 20e Congrès du PCC, cet automne.

Dans un autre rapport, rédigé quelques jours avant le discours de Chen, le ministre chinois de la Sécurité publique, Zhao Kezhiétablit un lien solide entre Xi et la campagne censée éradiquer « le séparatisme, le terrorisme et l’extrémisme religieux » parmi les minorités turques du Xinjiang. L’emprisonnement et la « reprogrammation » de la vie quotidienne de millions d’habitants du Xinjiang s’inscrivent pleinement dans la politique du PCC. En fait, le remplacement du brutal Chen à la tête du Parti du Xinjiang par l’ancien gouverneur de la province du Guangdong, Ma Xingrui, qui s’y connaît en haute technologie, n’est probablement pas le signe d’une décision de la Chine de « faire le ménage » dans le Xinjiang sous la pression internationale. Il s’agit plus probablement d’un signe de la confiance du régime dans le fait que l’infrastructure répressive qu’il a imposée aux minorités musulmanes du Xinjiang a réussi à supprimer tout sentiment séparatiste en faveur d’un État indépendant dans l’extrême ouest de la Chine.

La machine de propagande du PCC a tenté d’atténuer les critiques internationales, mais pas au prix du sacrifice de ses politiques abusives au Xinjiang. Le Parti a produit plusieurs documentaires de propagande sur le Xinjiang, dont certains ont été diffusés sur le réseau de télévision mondial chinois (CGTN). Ces vidéos de la vie au Xinjiang montrent une société pluraliste qui se modernise, mais qui célèbre toujours les traditions des minorités ethniques. Les dignitaires en visite reçoivent des visites orchestrées et « aseptisées » de la vie quotidienne prétendument authentique de la province. La puissance, la richesse et les prouesses commerciales de la Chine tendent également à atténuer, voire à mettre en sourdine, les critiques formulées par les nombreuses nations musulmanes du monde à l’encontre des réglementations anti-islamiques du PCC. Tout citoyen du Xinjiang portant une barbe, le voile, assistant à une cérémonie religieuse ou téléchargeant des versets du Coran est susceptible d’être arrêté et placé dans un camp d’internement.

Des fuites de documents officiels, de vidéos non autorisées, d’images satellites commerciales et de témoignages d’anciens détenus en fuite ont permis de dresser le portrait de l’enfer que l’État communiste chinois a créé pour les Ouïghours et les autres minorités du Xinjiang. Ce régime de goulag à l’échelle d’une province comprend des avortements forcés, la stérilisation et le viol des femmes détenues, la séparation des maris et des femmes, le retrait des enfants de la garde des parents, le recyclage obligatoire des travailleurs pour qu’ils acquièrent des compétences utiles aux objectifs économiques du PCC et l’endoctrinement idéologique quotidien des détenus. La nature globale et intense de la persécution des minorités chinoises non Han dans le Xinjiang équivaut à un plan conscient des dirigeants chinois pour effacer la culture et les valeurs des populations indigènes du nord-ouest de la Chine. Les pays démocratiques devraient diffuser ces fuites dans le monde entier pour avertir toutes les sociétés que l’image de panda projetée par le PCC sur la Chine masque la réalité d’un tout autre animal à l’appétit insatiable.

Traduction du Gatestone Institute par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Articles récents